Vera Marchand


À quelques semaines du jour J, l’impasse du Brexit n’est pas prête de se résoudre par l’impossibilité de revenir sur la question du backstop. Mais les clivages créés par le vote en faveur d’une sortie de l’Union européenne au sein des deux principaux partis produisent l’idée d’une troisième voie modérée.

Depuis le rejet par le Parlement de Westminster de l’accord négocié fin novembre avec Bruxelles et le vote sur un amendement réclamant une alternative au backstop, les chances d’un “no deal” ont augmenté. Les entreprises britanniques font part de leurs inquiétudes et songent à délocaliser tout ou partie de leurs activités à l’étranger.

Holroyd Alexandre Alexandre Holroyd le Brexit des citoyens pdf

Nous avons rencontré Alexandre Holroyd, député des Français d’Europe du Nord. Il détaille les mesures prises pour les citoyens britanniques résidant en France et fait le point sur les conséquences de la sortie de l’UE pour les Français du Royaume-Uni.

Le Parlement de Westminster se prononcera demain sur l’accord de retrait négocié avec Bruxelles. Le risque d’un rejet est élevé et le pays fracturé entre ses différentes options  : Brexit “ordonné” mais nouvelles élections, brexit “dur” ou nouveau référendum. Entre temps, les Leavers se rassemblent afin de défendre le résultat du hard Brexit.

L’offre de soutien aux Gilets Jaunes provenant de l’Italie par les deux vice-premiers ministres, Luigi Di Maio et Matteo Salvini, s’explique autant par la politique intérieure italienne que par la projection dans un contexte étranger d’un modèle politique “anti-caste”. Pour le moment, les Gilets Jaunes paraissent ne pas vouloir ouvrir la porte à l’invitation à entrer dans le jeu politique en s’inspirant du Mouvement Cinq Étoiles. Mais le débat sur la structuration d’un nouveau mouvement anti-système n’est pas nouveau.

L’accord conclu à Bruxelles au mois de novembre sera soumis au vote du Parlement britannique mi-janvier. Alors que la crainte d’un “no deal” augmente, les pays européens légifèrent afin de protéger les droits des ressortissants britanniques qui vivent et résident dans l’Union européenne.

Londres a décalé le vote sur l’accord de retrait de l’Union, Theresa May a survécu à une motion de défiance et les 27 se sont réunis à Bruxelles autour du Brexit. Toutes les options restent ouvertes, mais l’hypothèse d’un “no deal” fait plus que jamais peur.