Asie Intermédiaire

Faut-il boycotter la Coupe du monde au Qatar ?

Sport

Les Taliban ont-ils gagné la guerre par le droit ? Une conversation avec Adam Baczko

Guerre
Long format

Samedi 2 octobre, le Qatar a organisé les premières élections législatives de son histoire. Les citoyens autorisés à voter devaient choisir entre 284 candidats – dont 28 femmes. Ces élections se sont déroulées dans le cadre d’une relative modernisation de l’Émirat, en proie à des critiques alors que 80 à 90  % de la population est étrangère et ne peut donc pas voter. L’occasion de revenir en 7 points synthétiques sur la situation qatarie.

Aujourd’hui, jeudi 26 août, au moins deux explosions ont touché Kaboul, confirmant les avertissements de militaires et d’experts de ces derniers jours concernant la sécurité dans la capitale afghane. La branche du Khorasan de l’État islamique, qui a récemment dénoncé la prise de pouvoir par les Talibans, est sur tous les radars – six points synthétiques.

Depuis la prise de Kaboul par les Talibans le 15 août dernier, les pays qui disposent d’une représentation diplomatique en Afghanistan cherchent à évacuer leurs ressortissants ainsi que des Afghans qui travaillaient avec eux. Alors que la situation est tragique à bien des égards, les opérations d’évacuation ont pris des allures de compétition entre les pays – six points synthétiques.

Les raisons de l’effondrement fulgurant de l’État afghan et de son armée dans la foulée du retrait américain tirent directement leurs origines des modalités de l’intervention de 2001. Si le désengagement des États-Unis a mis au jour le hiatus entre l’ambition et les capacités réelles de l’armée afghane, celui-ci a toujours été présent, témoignant de l’échec de la tentative de nation building.

Rory Stewart, ancien député conservateur et ministre de Theresa May connaît en profondeur l’Afghanistan. Dans l’armée il a été gouverneur-adjoint de provinces irakiennes et a consacré plusieurs travaux au Moyen-Orient, dont un livre devenu un best seller. Ben Judah l’a rencontré pour parler de la crise et du sens géopolitique qu’elle assume pour les États-Unis et pour le reste du monde.