Bulles

Au service de l’Europe, Crises et transformations sociopolitiques de la fonction publique européenne

Politique
Long format

Quand l'Europe improvise

Avec une puissance d’analyse indéniable, Luuk van Middelaar passe en revue les dix dernières années de crises politiques traversées par l’Union. À la faveur des difficultés qu’elle rencontre, l’Europe ne peut plus s’appuyer uniquement sur son corpus de règles. Émerge alors une nouvelle catégorie : la politique de l’événement.

Élue mardi dernier à la présidence de la future Commission européenne par 383 voix contre 327, Ursula von der Leyen a été portée à la tête de l’exécutif européen par une majorité dont la composition exacte pose question. L’occasion de s’interroger sur la pertinence des notions de coalition et de majorité dans l’espace politique européen.

Pour devenir la première présidente de la Commission, Ursula von der Leyen devait convaincre un Parlement européen qui n’aura jamais été aussi politique. Son discours paraît un exercice d’acrobatie, mais son positionnement vaut un programme et mérite d’être étudié de près, dans la première transcription intégrale, traduite en français et largement commentée.

L’atmosphère paisible de Francfort-sur-le-Main est déjà perturbée par les tensions qui président à la nomination du successeur de Mario Draghi à la Banque centrale européenne (BCE) en octobre. Celles-ci traduisent tout à la fois des oppositions entre mesures prédéfinies et attention aux évolutions du marché, entre retour aux sources et appel à la créativité. Surtout, le processus de nomination témoigne de logiques politiques et nationales qui interrogent sa réalisation à l’échelle pertinente. Le Programme GEG | Économie propose dix points pour donner un sens à ces débats.