Bulles

Long format

Face au glissement d’un ordre basé sur les règles vers un ordre basé sur la puissance, la directrice générale de la puissante DG commerce de la Commission européenne et ancienne négociatrice en chef adjointe pour le Brexit revient sur la signification de l’autonomie stratégique ouverte, la dynamique des relations entre l’Union et la Chine et l’état du lien transatlantique. De la taxe carbone aux frontières au déploiement d’un nouvel instrument anti-coercition, Sabine Weyand fait un tour d’horizon des principaux dossiers en cours qui doivent permettre à l’Union d’«  agir en fonction de ses intérêts, tout en préservant son ouverture  ».

Cette semaine, l’Europe économique a fait sa rentrée avec un Eurogroupe (17 janvier) et un Conseil des affaires économiques et financières (18 janvier). Comme lors des sessions en ligne organisées par le Forum économique mondial, intitulées «  l’État du monde  », l’inflation, la relance et la question de la dette sont au cœur de l’agenda.

À l’occasion de la sortie du troisième numéro de la Revue européenne du droit, nous nous sommes entretenus avec le Commissaire européen à la Justice. Dans cette longue conversation, Didier Reynders met en garde contre un risque systémique de remise en cause de la primauté mais réaffirme la force du pacte européen fondé sur le respect de l’État de droit.

Au seuil de l’an 2022, l’ancien président de la Commission européenne revient sur les grandes permanences avec lesquelles doivent composer l’Europe et les Européens. Pour celui qui avait souhaité une Commission «  politique  », l’épreuve du coronavirus aura peut-être permis de délester l’Union d’un «  néolibéralisme sans borne et sans gêne.  »

Aujourd’hui, l’Eurogroupe se réunit pour faire le bilan sur la situation de la zone euro et de la monnaie unique. Dans un contexte d’inflation record, la coordination des politiques budgétaires, le futur du Pacte de stabilité et la surveillance post-programme sont à l’ordre du jour.