Énergie et environnement

Politique climatique et stratégie géopolitique : l’exemple britannique

Nordiques
Long format

De sa conversion au gaz à son effort mis sur le nucléaire, le Royaume-Uni a toujours conduit une politique énergétique volontariste, tournée vers l’autonomie d’approvisionnement. Cette politique, fondée sur un mix énergétique de plus en plus décarboné, devrait continuer à se préciser dans les prochains mois, dans le contexte de la sortie de la crise sanitaire.

L’Union vient d’officialiser son objectif de réduction des émissions d’au moins 55  % d’ici à 2030, à la veille du grand sommet climatique initié par les États-Unis dont Joe Biden avait fait une promesse de campagne. Le déploiement de la diplomatie américaine sur la lutte contre le réchauffement climatique consacre le retour de Washington sur cette question, quelques mois seulement après les annonces ambitieuses de Xi Jinping à l’automne. Dans ce contexte, l’Union européenne doit trouver une fenêtre d’opportunité.

C’est un fait  : il est devenu plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin de la voiture. Elle a si bien envahi nos imaginaires depuis un siècle qu’il paraît désormais impossible de lui trouver d’alternative. Or si nous voulons accélérer la fin de cette brève histoire de l’automobile, il faut accepter que la transition ne se fera pas du jour au lendemain – et cesser d’en faire une affaire personnelle.

Quelle géopolitique pour la transition énergétique  ? Dans cette étude à la riche dimension historique et géostratégique, Jorge E. Viñuales revient sur les dimensions multiples de ce vaste processus de transformation qui s’exprime de plus en plus par le droit. Une initiative visant à tracer des lignes de front (juridiques), à comprendre leur configuration politique plus profonde, à établir des priorités d’action et, sur cette base, à définir une politique juridique étrangère claire et cohérente est nécessaire, voire urgente pour de nombreux pays, et pour l’Union européenne tout particulièrement.