Afriques Subsahariennes

La conférence de Berlin sur la Libye inquiète l’Union africaine

Politique
Long format

À quoi faut-il s’attendre en 2020 ? Après avoir passé en revue la mouvementée année 2019, nous soulignons cette semaine les tendances à suivre pendant l’énigmatique 2020, mois par mois. Emmanuel Macron l’avait annoncé aux côtés d’Alassane Ouattara en décembre : c’en est fini du franc CFA dans la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine).

À quoi faut-il s’attendre en 2020 ? Après avoir passé en revue la mouvementée année 2019, nous soulignons cette semaine les tendances à suivre pendant l’énigmatique 2020, mois par mois. L’année 2020 s’ouvrira en Afrique : l’imminence de l’arrivée des troupes turques en Libye et la réunion du G5 Sahel marqueront l’avenir du continent.

Hage Geingob a été réélu président de Namibie, suite à l’élection présidentielle du 27 novembre. Le renouvellement du mandat du candidat de la SWAPO, parti historique de Sam Nujoma, n’a pas surpris, malgré les scandales de corruption et une situation économique qui inquiète certains investisseurs internationaux, dans un pays traditionnellement défini comme stable sur les plans politique et social.

L’élection présidentielle du 24 novembre en Guinée-Bissau, alors que le pays traverse une situation de crise politique profonde, sont un test nécessaire pour comprendre la résilience d’un pays de facto bloqué à partir de 2015, après la démission contestée du Premier ministre Pereira, voulue par Vaz, le premier président dans l’histoire du pays à terminer son mandat. De la guerre civile du milieu des années 1990 aux élections d’aujourd’hui : montée et crise du PAIGC.

Dans la province de l’Ituri, à l’est de la République démocratique du Congo, une série d’opérations militaires conjointes des armées des pays des Grands Lacs contre les embuscades des milices liées aux FDA (Force démocratiques alliées – Allied democratic forces) a été lancée. Il s’agit d’une opération d’envergure, comme d’autres précédentes, mais c’est un premier pas pour la diplomatie de Félix Tshisekedi, après une période d’abandon des avant-postes de l’Est. Récemment, la nouvelle de la mort de 10 civils est arrivée. La population civile réclame un engagement accru, mais les tensions entre le Rwanda et l’Ouganda pourraient limiter le spectre d’action.

Les 23 et 24 octobre, a eu lieu le sommet Russie-Afrique, rendez-vous fondamental pour la diplomatie moscovite, qui voit depuis des années le continent noir comme un potentiel scénario d’expansion. Outre les limites claires d’un pays qui a toujours eu du mal à ignorer le continent, il y a la ferme volonté de définir des scénarios distincts au niveau de la coopération et de l’énergie, les deux fondations sur lesquelles Poutine veut agir. Quelles sont les perspectives pour la « PoutineAfrique » ?

Pour le Burkina Faso le 15 octobre est une date spéciale. Cela correspond à l’anniversaire du coup d’État contre le président Thomas Sankara, tué le 15 octobre 1987. Le « Che Guevara africain », l’un des hommes politiques africains les plus aimés et les plus discutés du siècle dernier, a été le point de référence pour l’émancipation de son pays et de l’ensemble du continent en termes de dette souveraine et de lutte contre le néocolonialisme. Après 32 ans, cependant, la présidence de Kaboré témoigne d’une souveraineté de plus en plus fragile, en proie à des tensions constantes dues aux foyers du terrorisme islamiste dans le nord.

Le 15 octobre, des élections générales sont prévues pour l’élection du Parlement et du président du Mozambique. Le tour crucial des élections, qui fait suite à la signature historique du traité de paix en février dernier, est marqué par la présence d’un front majoritaire uni au sein du FRELIMO (parti historique au pouvoir) et une opposition très fragmentée dont au moins trois acteurs distincts (avec le pôle principal RENAMO). L’épreuve de ces élections est toutefois marquée par l’augmentation nette de la violence politique.