Europe

Les origines historiques de l’écofascisme en Europe

Doctrines
Long form

« La conquête du pouvoir semble résumer une action politique en butte à l’immédiateté, qui n’est plus capable d’échapper aux visions de (très) court terme. L’affolement les entretient et rend presque impossible une intentionnalité politique de long terme. »

Et si faire l’Europe, avant de construire des institutions politiques, impliquait surtout un projet éducatif et culturel ? Les éditions La Baconnière publient un recueil de textes de Denis de Rougemont, où le penseur fédéraliste s’interroge sur le rôle de l’École et de l’Université dans la constitution de l’Europe.

En s’enfermant dans un repli nationaliste qui donne tous les torts à l’Union, la gauche se trompe de combat : ni la technocratie bruxelloise, ni l’hégémonie qu’on prête à l’Allemagne sur le continent ne sont responsables du primat de la doctrine néolibérale. Celle-ci trouve ses origines ailleurs : dans un système de gouvernance intergouvernemental.

Malgré les scores élevés des candidats écologistes, cette campagne européenne n’aura pas permis de mettre à jour les questions de fond sur l’articulation de la transition écologique. Dans ce contexte, l’activiste Rob Hopkins, fondateur du mouvement Transition, apporte une vision créative et stimulante de la place que le citoyen peut prendre dans la transition écologique.