Europe

Long format

Dans Au service de l’Europe, Didier Georgakakis recompose vingt années de réflexions et d’observations sur la fonction publique européenne, de sa constitution originelle comme corps d’avant-garde du projet européen aux transformations opérées progressivement depuis la fin de l’ère Delors, et plus radicalement depuis les années 2000. Ce faisant, il donne une vision sans concession du retournement de trajectoire des conditions d’exercice de la structure humaine européenne et de ses implications pour l’avenir de l’Union.

La violence et le terrorisme d’extrême droite ont une longue et douloureuse histoire dans de nombreux pays, mais depuis quelques années, elles ont changé. Bien qu’il soit tentant de considérer que la menace et la violence du terrorisme d’extrême droite soient égales à la menace du terrorisme islamiste, il s’agit en réalité de deux phénomènes tout à fait différents  : les menaces terroristes les plus graves de l’extrême droite ne proviennent pas d’organisations traditionnelles, mais de plus en plus d’individus agissant seuls mais trouvant leurs justifications idéologiques, leur inspiration tactique et leur soutien social dans des communautés extrémistes en ligne. Pour une réponse efficace, il est nécessaire de comprendre ces cultures souterraines en en identifiant les signes.

Dans son dernier livre, Marion Van Renterghem compile trente ans de souvenirs et de portraits européens en tant que journaliste. Elle nous livre aujourd’hui son sentiment sur cette période, qu’elle décrit comme un lent passage de l’euphorie à la lassitude, sans toutefois effacer la vitalité des figures qu’elle a croisées.

Le problème des fake news et leur impact politique occupent une place de plus en plus centrale dans le débat sur la santé de la démocratie et des médias. Une série de recherches scientifiques menées ces dernières années a permis d’en dresser un tableau précis  : dans le système d’information actuel, les personnes sont de plus en plus enfermées dans des bulles, qui sont alimentées par un nombre limité de sources d’information. Ainsi, les «  fausses nouvelles  » seraient l’effet et non la cause du phénomène qui favorise la circulation des informations erronées. Serions-nous donc en train de combattre un effet et non une cause  ? Cet enjeu contemporain, qui pose des problèmes fondamentaux de nature politique, trouverait plutôt sa source dans la radicalisation progressive de la société.