Europe

Long format

La France n'a pas dit son dernier mot

Éric Zemmour se rêve en personnage balzacien et voudrait conquérir l’Élysée – c’est du moins le bruit qui agite ce début de campagne présidentielle. Pour faire sérieusement le point sur son hypothétique stratégie, nous avons fait l’effort de lire son dernier essai, pot-pourri cuistre des traditions nationalistes en France.

Une brève histoire de l'égalité

Le dernier essai de Piketty contient dans son titre un glissement lexical passé relativement inaperçu. Dans cette recension, Guillaume Allègre tente d’expliquer ce qui justifie ce tournant de l’étude des inégalités à la déconstruction du concept d’égalité par un changement d’optique  : une approche plus volontariste, plus optimiste.

Le Sommet démographique hongrois, qui s’est tenu les 23 et 24 septembre était l’occasion d’un rassemblement de certains pays européens aux orientations conservatrices, à l’instar de la Slovénie, de la République Tchèque, de la Pologne et de la Serbie. Étaient également présents à cet événement Eric Zemmour, Marion Maréchal-Le Pen et Mike Pence. L’occasion de revenir, en cinq points synthétiques, trois graphiques et deux cartes sur les rapports entre politiques familiales et démographiques et conservatisme en Europe.

Si nous vivons dans un monde «  plus dangereux pour les citoyens  » et «  plus excitant pour les diplomates  », ces derniers doivent permettre aux gouvernements d’abandonner une posture d’arrogance, en espérant amener plus de prévisibilité dans le désordre. L’ancien ambassadeur de France aux États-Unis revient dans cet entretien sur sa vision des relations internationales et du rôle du diplomate aujourd’hui.

Billy Wilder et moi

Billy Wilder et moi, le dernier roman de Jonathan Coe, pose une fois de plus la question de l’identité britannique – mais pas seulement. L’occasion de revenir sur l’œuvre d’un romancier qui a transformé le « state of the nation novel » britannique en un roman européen au succès continental.

Plus d’un an après avoir été lancée à l’initiative Ursula von der leyen, la Conférence sur l’avenir de l’Europe a débuté ses activités ce week-end sous forme de panels, avant de se réunir en assemblée plénière à la fin du mois prochain. Pour Guillaume Sacriste et Karolina Borońska-Hryniewiecka, il faut accorder une place plus importante aux députés nationaux afin de renforcer la légitimité de la Conférence, au risque que les discussions ne débouchent pas sur des propositions politiques concrètes.