Europe


Alors que le Conseil de l’Arctique a connu des remous cette semaine, nous avons rencontré celle qui a été la première femme à présider le Parlement sami de Norvège, Aili Keskitalo. Elle livre ses analyses sur la fonction et le rôle des minorités indigènes dans l’Arctique. Au-delà des forts liens unissant les divers peuples du cercle polaire, de la Russie à l’Alaska, l’exemple sami montre comment les minorités de l’Arctique cristallisent certains blocages de l’Union européenne et de la gouvernance régionale.

L’Écosse revendique désormais ouvertement la volonté d’organiser un second référendum sur l’indépendance si le Brexit se confirme. Alors que Londres travaille à son divorce avec Bruxelles et que Theresa May a déclaré à plusieurs reprises que son gouvernement n’autoriserait pas un second référendum après celui de 2014, elle ferait face à l’hypothèse d’un divorce interne au Royaume-Uni.

Lors des élections locales britanniques qui ont eu lieu le 2 mai 2019, les deux principaux partis, Conservateur et Travailliste, ont subi une défaite dans de nombreuses circonscriptions au profit des Libéraux-Démocrates, des Verts ou encore de partis indépendants. Cela illustre la fragmentation de l’échiquier politique britannique, miné par les longues négociations sur le Brexit, mais reflète aussi une tendance présente dans d’autres pays européens comme l’Allemagne ou l’Espagne.

Par un avis du 30 avril 2019, la Cour de justice de l’Union européenne a validé le mécanisme de règlement des différends entre les investisseurs et les États prévu par l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union, accord plus connu sous son acronyme anglais : CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement). Pour permettre une mise en œuvre complète de ce traité de libre-échange dit « nouvelle génération », il ne reste désormais qu’une étape : que tous les États membres qui ne l’ont pas encore fait, ratifient l’accord.

Depuis mars 2019, la Turquie est entrée officiellement en récession suite à des performances économiques désastreuses en 2018. L’exode du capital des investisseurs étrangers fin août 2018 a provoqué une chute massive de la valeur de la Lire turque, qui a perdu plus d’un quart de sa valeur en une semaine, avant de récupérer une partie importante de cette perte suite à des mesures sévères prises par la Banque centrale. Aujourd’hui, l’érosion rapide des réserves en dollar de la Banque centrale présage une aggravation considérable de la crise économique.

La rivalité entre la France et l’Italie sur le dossier libyen n’est pas nouvelle. Depuis 2011, les positions des deux pays divergent radicalement, au point de se livrer à une concurrence féroce, qui a culminé avec le rappel de l’Ambassadeur de France à Rome. Dans ce contexte, l’attaque de Khalifa Haftar sur Tripoli change la donne : embourbées dans leur rivalité, Paris et Rome s’écartent du jeu libyen malgré elles, laissant la place à des puissances non européennes.

À Tunis, les gouvernements italien et tunisien ont signé le projet d’une nouvelle ligne électrique, ElMed. L’initiative vise à relier les marchés de l’électricité de Tunisie et d’Italie et sera la première liaison transméditerranéenne en courant continu. Signaux faibles du dévéloppement d’une Europe méditerranéenne dans le domaine de l’énergie?

Réélue en 2018 à la mairie d’Ancône, Valeria Mancinelli est membre du Parti Démocratique (PD) italien. En 2018, elle gagne le World Mayor Price 2018, pour « sa contribution exceptionnelle à sa communauté. » Valeria Mancinelli se distingue par son approche pragmatique et réaliste de la politique ; elle situe son action à l’échelle locale et se fonde sur une philosophie « des petits pas. »

Après la procédure ayant conduit à la suspension du Fidesz d’Orban du PPE, c’est vers la Roumanie que se se sont concentrés les regards de l’Union et des sociaux-démocrates européens, qui accusent le parti de gouvernement à Bucarest, le PSD, de violation des principes de l’État de droit. Pour cette raison, le PSD roumain a été suspendu du Parti Socialiste Européen, même si toutes décisions seront prises après les élections européennes.