Histoire

Comment écrire de la fausse histoire globale

Amériques
Long format

Le camp du drap d'or Holbein le Jeune Frantwa Le Grand Continent

2020 est-elle réellement une année pivot  ? Qu’est-ce au juste qu’un tournant historique  ? Serions-nous même capables de le ressentir ou de l’observer  ?
Pour lancer la réflexion, nous publions les bonnes feuilles du livre de Guillaume Frantzwa 1520. Seuil d’un nouveau monde, qui mettent en lumière la complexité et la richesse de cette année 1520 dans les sociétés européennes.

L’Europe ne cesse d’être en mouvement. En replaçant l’histoire du continent dans le temps long, depuis la «  première révolution européenne  », Paolo Prodi délivrait dans ce texte un message optimiste sur la capacité de l’Europe à se transformer.

Ce classique retrouve une certaine actualité après le dernier Conseil européen.

Vladimir Poutine : vérités et mensonges Galia Ackermann Le Grand Continent

Alors que le dirigeant russe prend le masque de l’historien pour réhabiliter le régime soviétique et glorifier le rôle de l’URSS dans la lutte contre le nazisme, Galia Ackerman déconstruit ce nouveau discours de propagande. Elle appelle de ses vœux l’échec de l’agenda réel de Vladimir Poutine  : pousser pour un Yalta 2.0 qui offrirait reconnaissance et légitimité à son régime.

73 ans après, un plan Marshall pour l'Europe

Il y a exactement 73 ans, George Marshall prononçait depuis l’université de Harvard un célèbre discours qui allait changer le destin de l’Europe. Aujourd’hui, à la suite du plan ambitieux proposé par la Commission européenne, Federico d’Onofrio se demande quelles leçons nous pouvons tirer du plan Marshall, à l’heure où le continent est frappé par la crise du Covid-19.

Éphémère destinée Sigmund Freud Élisabeth Roudinesco traduction Gallimard

En période d’incertitude, le Grand Continent vous propose de méditer des «  textes barrières  ».
Dans cet article de 1915, Sigmund Freud réfléchit à ce que provoque en nous le sentiment du périssable et de la perte des choses passagères. Pour Élisabeth Roudinesco, l’auteur pense ici «  contre son propre pessimisme  » et donne à l’éphémère un caractère éternel.