Histoire

Long format

Entre le Nord et le Sud, une crise commune. Entre l’Est et l’Ouest, une guerre de moins en moins froide. Les taux directeurs atteignent des sommets. Les modèles se percutent, le capitalisme se transforme. Faut-il se battre pour maintenir un statu quo — ou espérer une révolution  ?

Dans ce nouvel épisode de notre série «  Le XXe siècle en dix fins d’année  », dirigée par Pierre Grosser, l’historien Mathieu Fulla nous replonge dans les incertitudes du tournant 1983-1984.

Date majeure, point de départ, acmé, césure… Le tournant 1973-1974 est toujours une référence dans nos manuels d’histoire  : pourquoi  ? Et est-ce si pertinent que cela  ? Dans une vaste et ambitieuse étude, Pierre Grosser avance une réponse plus nuancée  : si elle est porteuse de changements mondiaux, l’année du premier choc pétrolier et de la création de la Commission trilatérale n’est pas une rupture pertinente pour l’histoire des relations internationales.

Fin de l’année 1963. La coexistence pacifique semble à son apogée. En fait, elle n’a jamais été aussi fragile.
C’est au Vietnam que tout vacille, mais partout sur la planète — au sein des deux blocs, comme parmi les non-alignés — la Guerre froide bascule. Dans une étude puissante, qui décentre le regard, Phi Van Nguyen analyse ce processus, expliquant comment celle-ci a pris un tour nouveau, dramatique.

Le 5 mars 1953, Staline meurt dans sa datcha de Kountsevo. Avec sa disparition passe le pic de la Guerre froide. Les années 1953-1954 voient les conditions de l’affrontement Est-Ouest se métamorphoser, en Europe, en Asie, mais aussi en Amérique latine  : les logiques internes à chaque bloc évoluent, les impératifs stratégiques aussi. Rétrospectivement, ces deux années ont été au cœur de multiples débats contrefactuels  : la Guerre froide aurait-elle pu se terminer en 1954  ?

Où se situe le tournant de la Seconde Guerre mondiale  ? Les contemporains du conflit ont-ils pu le ressentir  ? Assurément, la situation n’est pas la même si l’on est engagé dans les combats, qui font rage partout dans le monde en 1943-1944, ou si l’on habite dans les territoires occupés. Si les dernières années de la guerre voient les forces de l’Axe connaître d’importantes défaites, cette période est aussi celle pendant laquelle s’accélèrent leurs entreprises meurtrières. Dans cette étude à l’échelle globale, Guillaume Pollack réfléchit aux sens que peut prendre cette bascule.

Quand l’événement est-il devenu inévitable  ? Dans le cas de la Seconde Guerre mondiale, cette question prend un écho singulier. Dans cette étude fouillée, Matthieu Boisdron se penche sur l’année 1934, qui voit s’effondrer l’ordre fragile qui avait été établi dans les années 1920 sous l’effet conjoint de la poussée des régimes autoritaires, de nouveaux conflits, et de l’incapacité des organisations internationales… Vous avez dit 1934  ?

Pas d’années folles. Pas de Roaring Twenties. Les années 1920 inaugurent une recomposition profonde de l’ordre mondial selon une logique atlantique. Dans une perspective érudite et informée par la longue durée, Patrick O. Cohrs revient sur cette étape clef de l’histoire européenne et globale qui, à bien des égards, a façonné tout le XXe siècle. Deuxième épisode de notre série dirigée par Pierre Grosser.

Comment un monde bascule-t-il dans la guerre  ? Dans cette première étude de notre nouvelle série de Noël dirigée par Pierre Grosser, l’historien Martin Laberge revient sur un tournant qui a conduit à l’embrasement du continent. Entre 1913 et 1914, l’Europe est suspendue entre deux options  : l’équilibre ou la prise de risque. La seconde est privilégiée. Le Concert européen a vécu — il aura duré un siècle.

Premier épisode de notre série «  Le XXe siècle en dix fins d’année  ».

La guerre en Ukraine a reposé la question des limites de l’Union. À partir de la lecture d’essais récents — d’Anthony Pagden à Perry Anderson — Hugo Drochon s’interroge sur le passé et le futur de l’idée européenne au moment où celle-ci doit à nouveau déterminer sa forme politique. Quel coup d’éclat sera suffisant pour faire advenir l’État européen du futur  ?

Autrefois dominante dans le champ intellectuel, la psychanalyse est parfois décrite comme en crise. Autour d’Élisabeth Roudinesco, Patrick Boucheron, Alain Vanier et Bernard Lahire échangent et réfléchissent sur les voies qu’elle a empruntées — et sur les raisons d’espérer dans sa persistance. Une conversation passionnante qui pose la question du dialogue entre les sciences à l’ère de l’inquiétude généralisée.