Histoire

Long format

Tous ceux qui tombent

Faire l’histoire des humbles, de la banalité, des vies minuscules qui entourent un événement aussi colossal que la Saint-Barthélémy  : c’est le pari de l’historien Jérémie Foa, auteur de Tous ceux qui tombent. Visages du massacre de la Saint-Barthélémy (La Découverte, 2021).Nous l’avons rencontré pour discuter de sa méthode, des échos de son travail avec l’histoire de la Shoah ou du génocide des Tutsis du Rwanda, et de la mémoire de la Saint-Barthélémy dans l’inconscient français.

Conquering Peace. From the Enlightenment to the European Union

Dans ce long entretien, Stella Ghervas revient sur ses hypothèses, ses méthodes de travail, et la spécificité disciplinaire d’une approche historique de la paix en Europe. Alors que son ouvrage se termine à l’époque contemporaine, sa perspective historique sur la paix résonne forcément, au moment où la guerre apparaît en pleine mutation pendant que les organisations internationales qui ont émergé après la Seconde Guerre mondiale paraissent toujours plus impuissantes.

À travers son livre The Rise and Fall of the British Nation publié en 2018, l’historien David Edgerton propose une histoire renouvelée de la Grande-Bretagne du XXe siècle qui remet en cause les orthodoxies établies sur la place du libre-échange dans l’histoire britannique, l’importance de l’État-providence et la continuité de l’idéologie impérialiste. Nous avons ainsi demandé à ce critique du Brexit comment l’histoire du XXe siècle pouvait éclairer l’état actuel de la politique britannique.

Inkotanyi, c’est le nom donné aux troupes du Front patriotique rwandais (FPR). À leur tête, Paul Kagamé, actuel président du Rwanda et acteur majeur de la fin du génocide des Tutsi.

En avril 2021, durant la semaine de commémoration du génocide des Tutsi, pour aider à comprendre et à faire l’indispensable travail de mémoire et de vérité, le Grand Continent a diffusé ce documentaire où le réalisateur Christophe Cotteret retrace l’histoire de ce mouvement politique et militaire.

Le rapport Duclert récemment remis au président de la République constitue un effort de transparence louable qui mérite une analyse approfondie. Malgré un certain nombre de partis pris méthodologiques et de lacunes dans la consultation des archives, il constitue indéniablement un pas significatif vers la reconnaissance du rôle de la France. La balle est désormais dans le camp politique  : Emmanuel Macron a annoncé qu’il se rendra au Rwanda au mois de mai 2021, une visite qui devra être saisie comme l’occasion de vraiment rompre l’omerta et initier un travail mémoriel.