Guerre

Le pari de Poutine sur l’histoire

Europe
Long format

Déploiement militaire, cyber-attaques. Ce début d’année 2022 est marquée par une démonstration de force de la Russie face à laquelle nous ne savons pas bien comment réagir. Pour interpréter ces manœuvres, il faut peut-être se replonger dans le temps long de la diplomatie russe, aux racines tsaristes et soviétiques, où se forge un concept  : la continuité entre la force et la diplomatie.

Pour comprendre la défaite américaine en Afghanistan, les explications avancées semblent toujours tomber dans des impasses culturelles et militaires. Adam Baczko, dans La guerre par le droit, les tribunaux Taliban en Afghanistan (CNRS éditions) apporte un nouveau regard sur la question en montrant que la guerre a peut-être été perdue du fait d’une défaite juridique et anthropologique. Dans cet entretien, il revient sur le système Taliban, la logique des opérations américaines et les leçons à en tirer.

Europe champ de bataille. De la guerre impossible à une paix improbable.

Dans Europe champ de bataille, dont nous publions des bonnes feuilles, Thibault Muzergues nous oblige à faire face à une préoccupante réalité  : si l’Europe (occidentale) a pu vivre en paix depuis 75 ans, cette période constitue une exception dans l’histoire d’un continent marqué par la guerre, et d’une certaine façon fait pour elle. Envisager la guerre est peut-être le meilleur moyen de la conjurer.

En juin 2021, le German Marshall Fund a mené une étude basée sur des sondages d’opinion conduits dans 11 pays des deux côtés de l’Atlantique. À quelques mois de l’élection présidentielle française, après la chute de Kaboul et en pleine affaire Naval Group alors que les ambassadeurs français à Washington et Canberra ont été rappelés, il est utile de se référer aux résultats de ces «  tendances transatlantiques  » pour comprendre les priorités des Français en matière de politique étrangère.

Est-il possible de tracer une frontière qui sépare l’état de paix de l’état de guerre, ce «  nihil medium  » qu’évoquait Cicéron  ? Si les terrains des conflits se sont déplacés des champs de bataille au cyber, au domaine de l’information et au big data, la question liée à l’absence d’une séparation nette, responsable de cet «  état intermédiaire  », se posait déjà à la fin des années 1930. Céline Jouin, spécialiste de Carl Schmitt, présente ce texte clef du juriste allemand – pour la première fois en français.

Les raisons de l’effondrement fulgurant de l’État afghan et de son armée dans la foulée du retrait américain tirent directement leurs origines des modalités de l’intervention de 2001. Si le désengagement des États-Unis a mis au jour le hiatus entre l’ambition et les capacités réelles de l’armée afghane, celui-ci a toujours été présent, témoignant de l’échec de la tentative de nation building.