Centres

Comment Nord Stream 2 s’inscrit-il dans les tensions militaires entre l’Ukraine et la Russie ?

Énergie et environnement

Élections Bulgarie : Borissov en tête et un nouvel équilibre à trouver

Politique
Long format

Markus Söder, ministre-président de Bavière, et Armin Laschet, son homologue de Rhénanie-du-Nord-Palatinat, font figure de favoris pour succéder à Angela Merkel. Ces derniers mois, leur gestion de l’épidémie a révélé deux visions bien différentes de l’Europe et de la coopération transfrontalière.

Portraits croisés et européens de deux conservateurs que tout semble séparer.

Le 26 mars, à la suite d’un recours en urgence déposé par un collectif de citoyens eurosceptiques, la Cour Constitutionnelle allemande a suspendu la dernière étape qui devait permettre la ratification de la décision sur les ressources propres par l’Allemagne, étape indispensable pour le déploiement du plan de relance. S’il est difficile d’estimer à ce stade s’il s’agit ou non d’un obstacle sérieux, cette décision pourrait ralentir le processus et remet en cause la faisabilité à long terme d’un mécanisme d’endettement commun au sein de l’Union.

Le climat, la santé publique, la vaccination  : jusqu’où et dans quelles situations peut-on parler de «  biens communs  »  ? Pourquoi sont-ils partiellement incompatibles avec la mondialisation «  géopolitique  » que nous connaissons  ? Selon Thierry de Montbrial, si nous voulons co-gérer ces biens communs, il faut dépasser le cadre de l’État-Nation et penser à l’échelle pertinente.

«  L’idée d’un «  monde des régions  » est ancienne en relations internationales, bien sûr, mais c’est une idée qu’il vaut la peine de revisiter dans un contexte nouveau dans lequel les réflexes multilatéralistes de la deuxième partie du XXe siècle se sont enrayés. Au lieu de craindre la régionalisation du droit international au titre de l’éventuelle fragmentation d’un droit qui se présenterait comme étant déjà universel, comme ce fut le cas dans l’immédiat après-guerre, mieux vaudrait en faire une vertu et travailler ensemble, par la concertation interrégionale et la comparaison, à la construction d’un droit international qui puisse prétendre à l’universalité.  »

Pour remédier à la crise du multilatéralisme, dans un monde pétri de tensions, une des clefs est le polylatéralisme. Ce concept vise à repenser les relations internationales, en dépassant le quasi-monopole des souverains, par le développement de formes hybrides d’organisations aptes à réunir des acteurs nouveaux et diversifiés et dont l’aiguillon sera l’efficacité.

Pour gouverner la mondialisation par le droit, Vincent Forray et Sébastien Pimont formulent l’hypothèse d’un nouveau droit naturel  : un droit parfaitement apte à gouverner nos vies dans la mondialisation et ainsi à gouverner la mondialisation, bien plus efficace dans ce rôle que le droit positif lié à des États déclinants ou attachés à des communautés toujours plus morcelées. Mais pour les auteurs, un droit fondé sur les incitations, instrumentalisé afin de gouverner nos vies autrement que par le droit positif est aussi un droit dont il faut se défier pour cela même qu’il est terriblement efficient.

Comment la Commune de Paris peut-elle inciter à repenser l’Europe  ?

Dans ce texte érudit, qui construit des points de liaison entre Victor Hugo et Denis de Rougemont, entre le Paris de 1871 et la Catalogne d’aujourd’hui, Luciano Curreri trace un chemin qui révèle toute l’actualité des concepts mis en avant par la Commune à l’occasion de son 150e anniversaire.