Monde

« L’urgence climatique impose une politique mondiale », une conversation avec Yannick Jadot

Énergie et environnement

« Nous devons inventer une diplomatie de la sobriété », une conversation avec Éric Piolle

Énergie et environnement
Long format

Le Covid-19 a-t-il normalisé le recours à l’endettement au point d’installer un nouveau paradigme  ? Au cours de l’histoire, la fonction de la dette a beaucoup évolué, de même que le regard porté sur elle – jusqu’à aujourd’hui. Dans cette note pour le Groupe d’études géopolitiques, l’économiste Barry Eichengreen plaide pour une défense constructive de la dette publique après la pandémie.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié hier son Atlas de la mortalité et des pertes économiques dues aux phénomènes météorologiques, climatiques et hydrologiques extrêmes (1970-2019). Celui-ci offre l’analyse actuelle la plus complète des pertes humaines et matérielles causées par des phénomènes météorologiques au cours des cinquante dernières années – sept points synthétiques, quatre graphiques.

L’Organisation internationale du Travail (OIT) vient de publier aujourd’hui son rapport 2020-2022 sur l’état de la protection sociale dans le monde. Il en ressort que plus de la moitié de la population mondiale (4,1 milliards de personnes) ne bénéficie pas de protection sociale, une situation qui a été cruellement visible depuis le début de la pandémie de Covid-19 – six points synthétiques et trois graphiques.

La pandémie a changé pour toujours la nature du pouvoir. Après la crise, trois hypothèses extrêmes se dessinent  : un scénario bureaucratique et dirigiste, un scénario «  populiste  » ou bien une transformation en profondeur des structures de pouvoir.

La crise financière de 2008 a révélé l’insoutenabilité – jusqu’ici latente – du modèle capitaliste mondial tel qu’il a été construit après la Seconde Guerre mondiale. Le retrait progressif des investissements publics au profit du système financier privé a permis aux «  forces obscures du temps et de l’ignorance  » de s’installer, laissant place à l’incertitude, sacrifiant la confiance dans l’avenir et dans les marchés. Deuxième partie et fin de ce tour d’horizon du capitalisme dans le temps long.