Monde

Long format

Les répercussions de la pandémie de Covid-19 sur nos vies et sur les relations internationales mettent en lumière des failles, des opportunités et un certain nombre de grandes questions. À cette occasion, Pol Morillas s’est entouré de spécialistes de très haut niveau pour tenter de repenser la politique mondiale et poser les premiers jalons d’un nouvel internationalisme.

Quelle géopolitique pour la transition énergétique  ? Dans cette étude à la riche dimension historique et géostratégique, Jorge E. Viñuales revient sur les dimensions multiples de ce vaste processus de transformation qui s’exprime de plus en plus par le droit. Une initiative visant à tracer des lignes de front (juridiques), à comprendre leur configuration politique plus profonde, à établir des priorités d’action et, sur cette base, à définir une politique juridique étrangère claire et cohérente est nécessaire, voire urgente pour de nombreux pays, et pour l’Union européenne tout particulièrement.

L’ère de l’Anthropocène dans laquelle nous vivons actuellement est marquée par le sceau de l’omnipotence de l’Homme en tant que force dominante de la nature. Les problèmes auxquels nous faisons collectivement face, affectent de manière inhérente, le bien être des générations futures. La crise climatique en est, bien sûr, l’archétype.

Soulèvement parisien ou République universelle  ? Que peut-on encore dire des échelles de la Commune, événement local hors du commun et pourtant immédiatement discuté et commenté dans le monde entier  ? En ce jour anniversaire du début de l’insurrection, qui aboutira dix jours plus tard à la proclamation de la Commune de Paris, Quentin Deluermoz nous invite à réinscrire ces 72 jours dans une «  fascinante traversée des temps  » – de 1871 à aujourd’hui.

Dans cette étude, instruite par le contexte de guerre commerciale qui a marqué les années Trump, Dani Rodrik propose un modèle pour penser une autre gouvernance mondiale, non pas au service de la mondialisation mais au service de la démocratie, qui soit écologique, et qui cible directement les échecs potentiels de la gouvernance nationale.

Dans cette parabole, Yann Aguila et Marie-Cécile de Bellis proposent une réflexion sur l’action internationale dans le domaine de l’environnement. Y est présentée l’impossibilité éprouvée d’adopter des décisions courageuses, ambitieuses et efficaces pour protéger la planète. Une refonte profonde du droit international – fondé sur la théorie de l’autolimitation – autour de la notion d’intérêt public mondial s’impose donc.

La Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international sont dirigés par des femmes. Pourtant, une série d’études révèlent que le genre est une dimension quasi absente de la gouvernance économique et monétaire internationale. Dans cette perspective, les autrices plaident pour une meilleure intégration des inégalités de genre dans la gouvernance globale.