Monde

Long format

Le G7 vient de conclure aujourd’hui un Sommet de trois jours auquel a assisté Volodymyr Zelensky par visioconférence. Précédant le Sommet de l’OTAN qui s’ouvre ce même jour à Madrid, les chefs d’État et de gouvernement présents ont cherché à apporter des réponses à l’échelle globale aux conséquences de la guerre en Ukraine.

Dans la recomposition mondiale qui se joue depuis l’invasion de l’Ukraine, l’Europe doit prendre la mesure de la perte de confiance qui marque sa relation avec le Sud global.

Pour dépasser les potentiels blocages que cela peut générer au plan de la diplomatie climatique, il faut savoir changer l’échelle de la coopération environnementale.

Près de la moitié de toutes les émissions produites à partir de la révolution industrielle l’ont été depuis 1990 – année du premier rapport du GIEC. Pourtant, tout le monde ne pollue pas autant, ni de la même façon. L’inégalité est donc une donnée essentielle, préalable à toute politique publique de lutte contre le réchauffement climatique. À partir des résultats de son étude pour le rapport 2022 du World Inequality Lab, Lucas Chancel revient en 10 points sur la répartition des émissions et sur ses conséquences économiques.

Hier a eu lieu une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU – présidée ce mois-ci par les États-Unis – abordant la question des conséquences de la guerre sur la sécurité alimentaire mondiale. Aujourd’hui, c’est le Conseil des affaires étrangères de l’Union présidé par Josep Borrell qui a abordé les mêmes sujets, à l’échelle européenne.