Afriques Subsahariennes

Long format

Le 29 mai, l’ONU célébrait la journée des Nations Unies pour les missions de maintien de la paix, consacrée à la mémoire des personnes tuées sur le terrain et à la définition des perspectives d’avenir dans les pays où intervient l’ONU. L’analyse de l’état actuel des missions confirme la tendance actuelle à une contribution très polarisée  : les pays du « Nord » sont associés à un soutien logistique et financier, tandis que les pays du « Sud » fournissent l’essentiel des forces déployées. Cette tendance est également confirmée pour les opérations régionales. Cependant, les contributions financières ont diminué.

Le 21 mai, après quatre mois de médiation, Sylvestre Ilunga Ilukamba a été nommé le Premier ministre de la République démocratique du Congo. C’est le résultat de longues négociations entre Felix Tshisekedi et l’ancien président Joseph Kabila, dont le parti est majoritaire au Parlement. Avec cette nomination, le projet réel de « réconciliation nationale », pilier de la nouvelle présidence,peut commencer. Le retour de Moise Katumbi et les problèmes des milices, cependant, sont un facteur inconnu.

La République de Djibouti est au coeur de différentes dynamiques géopolitiques dans une région où s’accumulent guerres et foyers potentiels d’instabilité. L’économie de l’État est très dépendante de la présence militaire étrangère sur son territoire. L’Italie a investi massivement dans le pays, avec une base de la Marine et des Carabiniers, très actifs dans le cadre des projets communs européens. Il s’agit d’une tentative de Rome de se doter d’une projection géopolitique entre la Corne de l’Afrique et la péninsule arabique, malgré son manque de ressources.

Le ministère de la Défense ougandais a annoncé un important plan d’investissement pour renforcer les forces armées nationales. L’augmentation des dépenses militaires a été l’un des piliers de la politique du président Museveni ces dernières années. Les points centraux sont deux  : la centralité de la Russie comme fournisseur (qui se base sur un rôle de premier plan dans le continent s depuis quelques années) et la hausse des investissements dans l’armement en Ouganda, dans un cadre régional qui enregistre une diminution significative.

Les élections législatives béninoises du 28 avril, régies par un nouveau code électoral n’ayant permis qu’au parti présidentiel de Patrice Talon et de ses alliés de présenter des candidats, ont été suivies d’une vague de contestation. Les manifestations ont été réprimées avec des tirs à balles réelles de la part des forces de l’ordre. Considéré comme un modèle démocratique en Afrique de l’Ouest, le système béninois se trouve dans une situation périlleuse.

Les 10 et 11 avril, les chefs des principales factions engagées au Soudan du Sud, Salva Kiir Mayardit et Riek Machar, se sont rendus à Rome, où ils ont rencontré le Premier ministre italien Giuseppe Conte et le pape François. Ce dernier, embrassant leurs pieds, a affirmé la nécessité d’une transition pacifique et constructive, à la suite de l’accord de paix signé à Khartoum et dans le contexte de la chute du régime Al-Bashir au voisin Soudan.

Le cyclone Idai a frappé de vastes zones de l’Afrique australe et orientale en mars 2019. L’un des pays les plus touchés a été le Mozambique, avec plus de 600 personnes tuées dans la ville de Beira, le centre économique du pays. L’Italie a immédiatement envoyé une aide humanitaire par l’intermédiaire de l’Agence italienne de coopération au développement (AICS), qui considère l’ancienne colonie portugaise comme l’un de ses pays prioritaires, en raison des relations diplomatiques étroites qui existent entre Rome et Maputo.

À l’occasion des vingt-cinquièmes commémorations du génocide des Tutsi au Rwanda, Archives et discours vous propose de découvrir les belles feuilles du récit-témoignage de Charles Habonimana, survivant du génocide, Moi, le dernier Tutsi, tout juste paru aux éditions Plon.

L’Istituto Ricerche Internazionali Archivio Disarmo (IRIAD) de Rome a publié un rapport sur l’état du trafic illicite des armes légères et de petit calibre (SALW) dans la Méditerranée élargie. Signaux faibles qui démontrent le statut de la Méditerranée comme pont géopolitique pour le trafic illicite. Outre les Balkans et le Moyen-Orient, l’Afrique apparaît comme un territoire de transit et de destination. Mais les acteurs régionaux ont posé la question de savoir comment mettre un terme à ces trafics.