Afriques Subsahariennes

Long format

Les 23 et 24 octobre, a eu lieu le sommet Russie-Afrique, rendez-vous fondamental pour la diplomatie moscovite, qui voit depuis des années le continent noir comme un potentiel scénario d’expansion. Outre les limites claires d’un pays qui a toujours eu du mal à ignorer le continent, il y a la ferme volonté de définir des scénarios distincts au niveau de la coopération et de l’énergie, les deux fondations sur lesquelles Poutine veut agir. Quelles sont les perspectives pour la «  PoutineAfrique  »  ?

Pour le Burkina Faso le 15 octobre est une date spéciale. Cela correspond à l’anniversaire du coup d’État contre le président Thomas Sankara, tué le 15 octobre 1987. Le « Che Guevara africain », l’un des hommes politiques africains les plus aimés et les plus discutés du siècle dernier, a été le point de référence pour l’émancipation de son pays et de l’ensemble du continent en termes de dette souveraine et de lutte contre le néocolonialisme. Après 32 ans, cependant, la présidence de Kaboré témoigne d’une souveraineté de plus en plus fragile, en proie à des tensions constantes dues aux foyers du terrorisme islamiste dans le nord.

Le 15 octobre, des élections générales sont prévues pour l’élection du Parlement et du président du Mozambique. Le tour crucial des élections, qui fait suite à la signature historique du traité de paix en février dernier, est marqué par la présence d’un front majoritaire uni au sein du FRELIMO (parti historique au pouvoir) et une opposition très fragmentée dont au moins trois acteurs distincts (avec le pôle principal RENAMO). L’épreuve de ces élections est toutefois marquée par l’augmentation nette de la violence politique.

Le 12 septembre, le Conseil de sécurité des Nations unies a redéfini le régime de sanctions contre la République centrafricaine. Le point principal concerne l’assouplissement du régime d’embargo sur les armes. La République centrafricaine est au coeur d’une reconstruction lente et difficile après l’accord de paix signé en février 2019. Dans ce contexte, Bangui reste un dossier central pour les craintes occidentales face à la montée de la Russie dans la course régionale aux armements.

Deux grands pays d’Afrique sont le théâtre depuis de longs mois de manifestations de masse qui modifient le cours de leur histoire  : l’Algérie et le Soudan. Ce dernier semble s’acheminer vers un régime démocratique. Le premier est confronté à une impasse entre le haut commandement de l’armée et la population. Tandis qu’il se met lui-même et sa famille en avant, Gaid Salah devrait garder à l’esprit qu’il n’est plus que le porte-parole du majlis des généraux supérieurs. Certains d’entre eux pourraient penser qu’il est en train de devenir trop ambitieux.

L’armée nigériane a nommé major le général Adeniyi à la tête de l’opération Lafiya Dole (l’opération contre Boko Haram). Il est le sixième commandant en deux ans. L’ISWAP, la faction de l’État islamique en Afrique de l’Ouest, a remplacé son gouverneur Abu Musab al-Barnawi par Abu Abdullah Ibn Umar al-Barnawi (aucun lien familial). Des changements qui ont lieu dans un contexte d’évolution profonde au sein d’ISWAP. Contraires à sa stratégie habituelle, ses récentes attaques pourraient lui coûter le soutien de la population locale, à un moment où le groupe commençait à affecter le gouvernement nigérian autant sur le plan militaire que politique.

Un accord de paix historique a été signé au Mozambique le 1er août. Les signataires, Filipe Nyusi, président du Mozambique, et Ossufo Momade, chef du mouvement d’opposition RENAMO, ont ainsi tracé la feuille de route en vue des prochaines élections générales. L’accord porte notamment sur la réintégration sociale et syndicale des militants après les crises de 2013, mais peut-on le comparer aux accords de Rome de 1992  ?

Le président indien Ram Nath Kovind a atterri le 30 juillet à Banjul (Gambie), première étape de sa visite d’État en Afrique. Il visitera également le Bénin et la Guinée avant de rentrer en Inde le 3 août. L’importance de cette initiative réside dans la perception qu’a New Delhi de l’Afrique et dans quelle mesure cela a influencé sa politique à l’égard du continent. Coincé entre le passé de Gandhi et les «  10 principes  » de Modi ainsi que la rivalité sans fin avec la Chine, ce voyage est une occasion de comprendre les intentions de New Delhi en Afrique.