Énergie et environnement

Long format

Durant la pandémie de COVID-19, la finance durable poursuit son développement alors que beaucoup défendent une surperformance des fonds ESG par rapport au marché. Cette tendance est soutenue par les émissions de dette durable, et la pandémie a d’ailleurs opéré un changement important dans le mix jusqu’alors dominé par les obligations vertes. En effet de nombreux émetteurs ont eu recours à des obligations sociales ou des «  pandemic bonds  » pour financer les dépenses liées à la situation sanitaire et son impact sur l’économie. Analyse.

Alors que l’adoption du «  Green Deal  » entérine une nouvelle stratégie de croissance pour l’UE, la saisine de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) le 30 octobre 2020 par la Commission européenne à l’encontre de l’Etat français démontre le rapport ambivalent entre la prise d’engagements et leur réalisation. Ce recours intervient face au constat d’une mauvaise qualité de l’air due à des niveaux élevés de particules fines (PM10). En d’autres termes, la France n’a pas respecté ses engagements pris dans la directive du 21 mai 2008 concernant la qualité de l’air ambiant et un air pur pour l’Europe.

Quelle place occupe la transition écologique dans le plan de relance économique français  ? La transition énergétique apparaît comme un thème transversal dans le plan de 100 milliards d’euros. Pour le gouvernement français, l’écologie est un levier important pour accroître la compétitivité nationale et la capacité d’innovation. Les quatre points principaux du chapitre «  Écologie  » sont  : l’hydrogène vert, le nucléaire, l’aéronautique et l’automobile, la restructuration thermique (premier poste de dépenses du chapitre).

D’après un article publié par la BBC le 30 Octobre, le gouvernement anglais serait prêt à donner son accord pour la construction d’une nouvelle paire de réacteurs EPR sur le site de Sizewell C. Cette annonce arrive une semaine avant la parution d’un article publié par le Financial Times annonçant le possible soutien public pour le développement d’un programme nucléaire de 16 petits réacteurs modulaires, avec un design domestique proposé par l’entreprise Rolls-Royce. A un an de la COP 26, le Royaume-Uni enverrait ainsi des signaux politiques en faveur du nouveau nucléaire, avec des nouvelles perspectives qui pourraient se dessiner aussi en Europe avec une intervention plus importante des États dans le financement des nouveaux projets.

Alors que l’élection américaine se déroule dans moins d’une semaine, la réaction en chaîne d’attaques, de soutiens politiques, de flashs spéciaux et de scandales reflète l’accumulation des tensions et l’importance des enjeux de cette événement. Si la polarisation des opinions n’est plus à démontrer entre Démocrates et Républicains, la transition énergétique peut en être l’emblème. La question du charbon ne déroge pas à la règle  : a fait l’objet d’efforts intenses de lobbying politique et de dérégulations successives au sein de l’administration Trump. Après le 3 novembre, quel pourrait être l’avenir du charbon américain  ?

La Commission européenne a dévoilé ce mois-ci sa stratégie pour une «  Vague de rénovation  » européenne. Alors qu’il est aujourd’hui plus que jamais question de relance verte et juste, la «  Vague de rénovation  » européenne risque de souffrir d’un manque de moyens pour réaliser son ambition, au-delà des financements exceptionnels débloqués dans le cadre de la relance post-covid.

Dans le cadre du plan «  France relance  » présenté le 3 septembre dernier, le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures pour lutter contre la précarité énergétique, soit la difficulté qu’éprouvent certains ménages à régler leurs dépenses d’énergie. Si on insistait jusqu’ici principalement sur la nature sociale de ce phénomène, le plan de «  relance verte  » souligne davantage les enjeux environnementaux qui lui sont associés, en rappelant que les bâtiments des secteurs résidentiel et tertiaire représentent à eux seuls 40  % de la consommation finale d’énergie et 18  % des émissions nationales de gaz à effets de serre. Ce changement dans la stratégie de communication aidera-t-il à remplir les objectifs de rénovation thermique que s’est fixés le gouvernement  ?

Suite à l’affaire Navalny, l’opposition au Nord Stream 2 regagne en intensité. Si le Parlement européen a adopté une résolution réitérant l’exigence de l’abandon de la construction du gazoduc, cette résolution ne sera surement pas suivi par Berlin. Pour leur part, les États-Unis poursuivent leur offensive.

Le tournant réaliste de l'écologie politique Charbonnier manifeste doctrines géopolitique Xi Jinping Chine changement climatique énergie électricité pétrole plan de relance européen

Il faut donc que l’écologie européenne fasse son tournant réaliste. Cela ne signifie pas qu’elle doive entrer dans un débat agressif et martial avec d’autres acteurs géopolitiques, mais qu’elle doit abandonner l’habitude néfaste qui consiste à s’exprimer en termes consensuels et pacificateurs, pour accepter de jouer sur une scène politique complexe.

Mise à jour tous les trois ans par la Commission européenne, la liste des matières premières critiques vient cette année s’étoffer du lithium, un métal critique parmi 30 autres et dont la convoitise autour des ressources augmente alors que la transition énergétique requiert de plus en plus de métaux en tous genres, de la production d’éoliennes à la fabrication des batteries.