Énergie et environnement

Long format

Depuis janvier 2020, les Verts autrichiens font, pour la première fois, partie du gouvernement national en tant que partenaires d’une coalition construite avec les conservateurs. Bien que ce partenariat et l’héritage des scandales de corruption du gouvernement précédent aient soulevé des questions difficiles, les Verts ont continué à poursuivre leur engagement pour un environnement et une politique propres. Nous avons demandé à Sigrid Maurer, députée verte au Parlement, ce que signifie sa coalition avec les conservateurs, comment le parti a réussi à rester dans la compétition électorale et ce qui l’attend.

Depuis leur arrivée au pouvoir dans le cadre d’un gouvernement minoritaire en 2019, les sociaux-démocrates danois ont gouverné avec le soutien extérieur des Verts, des libéraux et de la gauche, avec un programme centré sur l’action climatique et les inégalités économiques. Dans le même temps, le gouvernement danois a été largement critiqué pour avoir adopté une position dure à l’égard des demandeurs d’asile et des migrants. Pour le Parti populaire socialiste (Socialistisk Folkeparti), l’approche a été constructive mais critique. Dans le cadre de notre série sur les partis verts en Europe, nous avons rencontré cet été la dirigeante Pia Olsen pour discuter du soutien croissant du parti, de la politique climatique et de la relation du Danemark à l’Europe.

Après une ascension impressionnante ces dernières années, le Parti Pirate tchèque est l’un des principaux prétendants aux prochaines élections nationales du pays qui se tiennent à partir d’aujourd’hui. Dans un contexte politique encore marqué par les divisions du siècle dernier, les Pirates tentent de mettre en avant un discours différent, pro-européen. Mikuláš Peksa, député européen du Parti Pirate, explique pourquoi il est convaincu que le niveau européen est l’endroit idéal pour résoudre des problèmes tels que la corruption et les menaces sur les droits numériques.

Dans un paysage politique concurrentiel où la droite domine et où les alliés potentiels se font rares, les Verts tchèques ont décidé de suivre leur propre voie. À l’approche des élections, Michal Berg, co-président du parti, explique comment les Verts espèrent façonner le débat et faire évoluer l’opinion publique à long terme en défendant l’Europe, les droits des femmes et la lutte contre le changement climatique.

Créé en 1992, le Fonds pour l’environnement mondial est aujourd’hui la plus importante source multilatérale de financement des actions environnementales dans les pays en voie de développement. Un nouveau cycle de financement, qui durera de 2022 à 2026, est l’occasion pour les pays contributeurs de discuter des priorités du fonds et d’opérer une recapitalisation. À l’heure de l’urgence climatique et après la crise Covid, ces discussions auront des effets concrets.

Le premier tour de la primaire de l’écologie aura lieu du 16 au 19 septembre prochain. Nous avons demandé à trois candidats écologistes de prendre position sur le volet politique étrangère et européenne de leur programme. Sandrine Rousseau répond ici à nos questions sur l’Union européenne, la politique étrangère de la France et la diplomatie de l’Anthropocène.

Le premier tour de la primaire de l’écologie aura lieu du 16 au 19 septembre prochain. Nous avons demandé à trois candidats écologistes de prendre position sur le volet politique étrangère et européenne de leur programme. Yannick Jadot répond ici à nos questions sur l’Union européenne, la politique étrangère de la France et la diplomatie de l’Anthropocène.

Le premier tour de la primaire de l’écologie aura lieu du 16 au 19 septembre prochain. Nous avons demandé à trois candidats écologistes de prendre position sur le volet politique étrangère et européenne de leur programme. Éric Piolle répond ici à nos questions sur l’Union européenne, la politique étrangère de la France et la diplomatie de l’Anthropocène.

Dans cet entretien, le Bourgmestre de Charleroi et président du Parti socialiste belge pose les éléments d’une doctrine écosocialiste. À partir d’un paradoxe («  pourquoi n’agissons-nous pas alors que nous savons quoi faire  ?  »), il propose une méthode pour faire de l’écologie un levier de mobilisation qui saura donner au socialisme un nouveau souffle.