Olivier Lenoir


Une étude du CEP, un think tank allemand libéral, affirme que l’Euro a coûté à chaque français plusieurs dizaines de milliers d’euros. Le problème est que ce chiffre est … faux. Le GEG | économie a trouvé de grossières erreurs méthodologiques qui disqualifient la démarche du CEP et laissent planer le doute sur sa bonne foi. Mais au-delà de la mise au point statistique, cette séquence révèle des points intéressants, tant sur les positions de la droite libérale allemande que sur les structures du débat public français. Le GEG | Économie vous en propose une synthèse en dix points.

La Cour Suprême des États-Unis a donné son feu vert à la procureure générale du Massachusetts afin qu’elle accède à des documents internes de la compagnie pétrolière américaine ExxonMobil, dans le but d’évaluer sa connaissance réelle du réchauffement climatique, qu’elle aurait ouvertement dissimulé à ses investisseurs et consommateurs. Exxon est en effet impliquée dans de nombreuses accusations liées au climat, ce qui ne l’a pas poussée à renoncer à ses activités polluantes.

Au cours d’une communication téléphonique tenue le lundi 10 décembre, la Chine s’est engagée à réduire les taxes à l’importation des voitures américaines, de 40 à 15 pour cent, et remet en cause la portée de son programme de transformation massive de l’industrie chinoise vers les nouvelles technologiques, qui inquiète les États-Unis. Cette annonce s’inscrit dans le contexte de trêve de la guerre commerciale sino-américaine, qui demeure cependant très fragile.

La Chine, sévèrement critiquée par de nombreux États, et en particulier les États-Unis, accusée de ne pas respecter les règles du commerce international, a finalement accepté de participer aux négociations, et de réfléchir à d’éventuelles concessions, visant à réformer l’OMC. Pékin reste cependant fort suspicieux et refuse que ces réformes se fassent au détriment de sa puissance économique et commerciale.

La semaine du 22 au 26 octobre a permis à la Commission européenne et à plusieurs dirigeants européens de multiplier les attaques contre les géants du web, tant sur le plan du respect des données personnelles que du rapport que ces acteurs entretiennent avec la fiscalité. Reste à savoir le poids réel de ces discours.