Olivier Lenoir


Nombre de tests pour le coronavirus réalisés Europe Allemagne France monde réponse globale covid-19

Retranchés dans une stratégie de confinement à l’horizon incertain, les pays occidentaux commencent à regarder vers la Corée du Sud ou Singapour, qui semblent capables de concilier une continuité de l’activité économique et la limitation de la diffusion du virus. Ces pays, plus préparés au risque épidémiologique, se distinguent par une stratégie s’appuyant sur des tests de masse. Une similaire stratégie européenne de dépistages massifs est-elle possible  ?

La fermeture des frontières et le confinement sont apparus comme des mesures primordiales pour freiner la propagation du coronavirus, mais elles ne sont en rien des solutions au problème central  : trouver un vaccin contre le COVID-19. Pourtant, même si l’on découvrait ledit vaccin, il n’est pas certain que toutes les populations accepteraient de se faire vacciner. Cette carte, réalisée par l’Observatoire Géopolitique du Covid-19, montre le soutien pour les vaccins dans le monde.

Pourquoi ce Nobel d’économie est si particulier  ? Pour comprendre, voici un résumé – non exhaustif – des apports théoriques majeurs du trio d’économistes récompensés le 14 octobre  : leurs avancées remarquables en économie de l’éducation et leurs résultats concernant l’usage du microcrédit dans les pays en développement.

Mardi 10 septembre, la présidente désignée de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté son équipe de candidats aux postes de commissaires. Le Grand Continent vous présente une série de plusieurs épisodes pour présenter ces candidats, en choisissant à chaque fois des profils intéressants et révélateurs pour comprendre l’orientation géopolitique de la prochaine Commission.

Demain, mardi 3 septembre, le Parlement britannique est censé se réunir pour la dernière fois, avant une suspension de cinq semaines. Il devrait reprendre le 14 octobre, deux semaines avant la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union. Le Grand Continent vous propose d’isoler trois faits révélateurs de ces derniers jours.

Pour concurrencer la position du dollar, le gouverneur sortant de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, jette un pavé dans la mare calme de Jackson Hole (Wyoming) en proposant d’étudier la piste d’une crypto-monnaie internationale, digitale, décentralisée. Olivier Lenoir a analysé son discours.

Les grand-messes économiques internationales seront au nombre de deux en fin de semaine prochaine et donneront un peu de relief à nos paysages de l’été. Du 22 au 24 août prochains, le symposium annuel des banques centrales de Jackson Hole, crucial pour la détermination de la Banque fédérale américaine (Fed), se tiendra dans les montagnes du Wyoming. En Europe, Biarritz et ses quatre kilomètres de littoral accueilleront le G7 du 24 au 26 août.

L’atmosphère paisible de Francfort-sur-le-Main est déjà perturbée par les tensions qui président à la nomination du successeur de Mario Draghi à la Banque centrale européenne (BCE) en octobre. Celles-ci traduisent tout à la fois des oppositions entre mesures prédéfinies et attention aux évolutions du marché, entre retour aux sources et appel à la créativité. Surtout, le processus de nomination témoigne de logiques politiques et nationales qui interrogent sa réalisation à l’échelle pertinente. Le Programme GEG | Économie propose dix points pour donner un sens à ces débats.