Clémence Pèlegrin


Dans une économie industrielle à la numérisation croissante, l’infrastructure électrique constitue la cible par excellence, moins connue du grand public mais plus stratégique encore que les réseaux de télécommunications. Les réseaux de transport d’électricité constituent en tous points des infrastructures essentielles à la vie économique et sociale de chaque État au point qu’un black-out (c’est-à-dire une interruption de l’alimentation électrique) engendrerait des coûts socio-économiques extrêmement importants. Ils demeurent consubstantiels à la construction européenne et seront à ce titre des infrastructures-clés dans l’émergence d’une plus grande solidarité énergétique européenne.

Quelle place occupe la transition écologique dans le plan de relance économique français  ? La transition énergétique apparaît comme un thème transversal dans le plan de 100 milliards d’euros. Pour le gouvernement français, l’écologie est un levier important pour accroître la compétitivité nationale et la capacité d’innovation. Les quatre points principaux du chapitre «  Écologie  » sont  : l’hydrogène vert, le nucléaire, l’aéronautique et l’automobile, la restructuration thermique (premier poste de dépenses du chapitre).

Photo Ursula von der Leyen discours Une Union toujours plus géopolitique ? Union européenne politique plan de relance contre la crise du Covid-19 Commission géopolitique Bruxelles Bulles

A l’occasion du premier discours sur l’état de l’Union d’Ursula von der Leyen, cet article propose un aperçu de ce que peut signifier une grande stratégie européenne et sa traduction tangible dans un certain nombre de domaines clés.

Photo inquiétude face au changement climatique dans l'Union européenne 10 points vague de chaleur environnement écologie catastrophe feux de fôret Californie incendies canicule été

La Grèce est en feu. Dans plusieurs endroits d’Europe, cet été, les températures ont passé la barre des 40°. Il devient impossible de ne pas sentir que les mois estivaux se réchauffent.

Comment faire face à ces canicules plus fréquentes, plus longues et plus intenses  ? Rendront-elles certains endroits inhabitables  ?

10 questions / 10 réponses.

Tandis que les perspectives de croissance des économies mondiales ne cessent de s’aggraver pour la fin de l’année 2020, plusieurs grandes entreprises énergétiques comme Total ou encore BP ont pris des engagements significatifs en faveur de la mise en cohérence de leurs activités avec la transition écologique. Quel lien faut-il y voir avec la pandémie de coronavirus  ? Est-ce nouveau, est-ce durable  ? Et que ces annonces nous disent-elles du climat politique et économique européen à venir  ?

Au terme de quatre jours de négociations houleuses, les 27 chefs d’États de l’Union se sont accordés sur les enveloppes et les modalités du prochain Cadre financier pluriannuel ainsi que du plan de relance européen. Au-delà du succès que représente la perspective d’un emprunt collectif, à l’échelle de l’Union, l’intégrité financière des principaux projets annoncés par le Green Deal a été particulièrement affectée, menaçant de fait la capacité de l’Union européenne à respecter l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050 tel qu’elle se l’est fixé en décembre dernier.

La crise du coronavirus a plongé l’économie mondiale dans une incertitude brutale et profonde, ainsi que les systèmes énergétiques. L’Europe ne fait pas exception  : la chute de la demande en énergie a précipité la baisse momentanée des émissions de CO2 et des prix de l’électricité sur les marchés de gros. La rupture de certaines chaînes d’approvisionnement stratégiques a révélé les interdépendances économiques entre l’Europe et ses partenaires commerciaux. Si ces chaînes ont déjà été résorbées, ou sont en voie de l’être, cette crise est l’occasion de penser notre système énergétique et ses écosystèmes, entre résilience, sécurité d’approvisionnement, stratégie industrielle et surtout transition vers une société bas-carbone.