Florent Zemmouche


La diplomatie du vaccin est l’outil privilégié par le successeur de Donald Trump pour affronter la première crise de son mandat. En effet, pour la première fois depuis le début de la crise, la premier pays producteur de vaccins, les États-Unis, va expédier des doses à l’étranger. En échange, l’administration de Joe Biden demande au Mexique de durcir sa politique de contrôle des frontières.

photo portrait Alfonso Herrera séries entretien « Nous devons être conscients des histoires que nous racontons », une conversation avec l'acteur mexicain Alfonso Herrera art Covid-19 cinéma histoires Amériques Mexique culture société

Le Grand Continent s’est entretenu avec l’acteur mexicain Alfonso Herrera, que l’on retrouve notamment dans les séries Netflix Sense8 et La Reine du Sud, à l’occasion de la sortie de son nouveau film, El baile de los 41, et de sa récente nomination en tant qu’ambassadeur de bonne volonté du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Acteur engagé aux multiples facettes, Alfonso Herrera n’hésite pas à prendre position dans une société mexicaine particulièrement touchée par la crise sanitaire du Covid-19.

Photo Comprendre le référendum au Chili, conversation avec Marco Enríquez-Ominami politique latino-américaine contemporaine constitution chilienne Amérique latine manifestations Sebastian Piñera Grupo de Puebla poltiique intérieure

Après la victoire du MAS en Bolivie la semaine dernière, on assiste à une redéfinition de la gauche en Amérique latine. Marco Enríquez-Ominami, le spin doctor de la politique latino-américaine contemporaine, qui proposait dès 2013 de changer la Constitution chilienne, revient avec nous sur l’importance du référendum au Chili et le rôle central du Grupo de Puebla.

Image Multiples fronts au Salvador crise covid-19 criminalité meurtres violence prisons société Amérique latine meurtres assassinats Bukele

Alors que le taux d’homicide semblait avoir trouvé un équilibre énigmatique (mais équilibre tout de même), la violence a de nouveau explosé du jour au lendemain au Salvador. Si le mois de mars a été le mois le moins meurtrier de l’histoire récente du Salvador, la journée du vendredi 24 avril a compté 23 assassinats, le samedi 25 avril, 13 assassinats, auxquels s’ajoutent 24 de plus dimanche et 17 hier, lundi 27 avril. En seulement quatre jours et avec au moins 77 homicides, le président Nayib Bukele fait face à l’épisode le plus meurtrier de son mandat en pleine épidémie du coronavirus.

Nous avons interrogé la romancière chilienne Isabel Allende sur sa manière de vivre la pandémie et la période particulière du confinement. Après avoir promené ses chiens, elle monte au grenier pour écrire.

Pour l’auteure de La Maison aux esprits, à la renommée mondiale, le fait de vivre cette expérience collectivement montre bien que «  l’humanité ne fait qu’un.  »

Le président d’El Salvador, Nayib Bukele, est en conflit depuis une semaine avec l’Assemblée nationale, d’opposition, qui n’a pas approuvé son budget de sécurité intérieure. Le conflit a pris un tournant dimanche dans l’après-midi lorsque Bukele a déployé l’armée dans l’enceinte de l’Assemblée en guise de démonstration de force. Un fait inédit depuis la fin de la guerre civile (1980-1992).