Le référendum a toujours été un événement décisif dans l’histoire du Chili. Pourquoi celui de dimanche en est-il un aussi ? Marquera-t-il la fin des manifestations ?

Le plébiscite est sans précédent car c’est la première fois en 210 ans d’histoire que le peuple chilien pourra choisir les règles de la coexistence et concevoir ses règles de la légitimité suprême, c’est-à-dire son texte constitutionnel. Jamais auparavant, au sein de cette monarchie napoléonienne qui règne au Chili, le peuple chilien n’a pu décider de ses règles. C’est un fait sans précédent. Le plébiscite constituera également une étape institutionnelle vers la résolution de la crise. Le pacte social a été rompu. Cela nécessite un nouveau contrat. La Constitution est une opportunité, pas une garantie. Mais je peux vous dire que, si elle est rejetée et qu’il n’y a pas de processus constitutionnel, il n’y aura pas d’éducation de qualité, gratuite, publique et laïque au Chili. La nouvelle Constitution ouvre une porte pour y parvenir.

Le plébiscite constituera également une étape institutionnelle vers la résolution de la crise. Le pacte social a été rompu. Cela nécessite un nouveau contrat. La Constitution est une opportunité, pas une garantie.

Marco Enríquez-Ominami

Pourquoi pensez-vous qu’il est important de modifier la Constitution chilienne ? Qu’est-ce qui doit être modifié dans la Constitution ? Et qu’est-ce qui va changer dans la vie des Chiliens ?

La Constitution actuelle est une mauvaise constitution parce qu’elle est illégitime dans son origine. Elle date du siècle dernier. Mais aussi parce qu’elle a des silences, par exemple sur le droit au travail, le droit des enfants et des adolescents, ou encore sur la concentration du pouvoir qui se trouve dans le chapitre de l’architecture de l’État chilien. Nous n’avons ni fédéralisme ni décentralisation, un ensemble de concepts qu’il faudrait ajouter. Mais, surtout, il faut ajouter la notion d’État subsidiaire. Au Chili, la Constitution donne au marché la priorité de résoudre l’accès aux droits sociaux tels que l’éducation et la santé, par exemple. Ce concept de subventionnement du marché par l’État peut être modifié par ce processus constituant. Nous attendons donc un double résultat : l’approbation d’une assemblée constitutionnelle et une participation élevée. Au Chili, le vote est volontaire. C’est pourquoi le nombre de citoyens qui votent ou ne votent pas est très important. Et, par conséquent, il est important que ces deux résultats se produisent en termes de légitimité du processus. 

Quelle sera la réaction du gouvernement Piñera si le «  Oui » l’emporte ?

Lorsque l’approbation aura gagné, avec une forte participation, demain soir, Sebastian Piñera sera un président sans initiative, isolé. Son propre secteur l’abandonnera et le pays aura alors la possibilité d’adopter une nouvelle politique économique, au milieu de cette pandémie, avec un niveau de protection plus élevé, puisque le Chili, contrairement à d’autres économies, dispose des outils nécessaires pour mieux protéger sa population. Le pays a une dette publique faible, des réserves fiscales, de bonnes notations internationales, et un accès, à faible coût, à l’argent, pour qu’on puisse, à mon avis, avancer vers un revenu de base universel provisoire. La défaite du projet du «  Non » au référendum, qui est l’option que soutient Piñera, aura des conséquences sur la gouvernance nationale.

Lorsque l’approbation aura gagné, avec une forte participation, demain soir, Sebastian Piñera sera un président sans initiative, isolé. Son propre secteur l’abandonnera et le pays aura alors la possibilité d’adopter une nouvelle politique économique, au milieu de cette pandémie, avec un niveau de protection plus élevé.

Marco Enríquez-Ominami

Avec Mercedes d’Alessandro nous abordions récemment la question du revenu universel. Y a-t-il des discussions sur ce type de politique publique au sein du Grupo de Puebla et de la gauche chilienne ?

Le Grupo de Puebla1 a souligné non pas une fois, mais à de nombreuses reprises, la nécessité d’un revenu de base universel en tant que politique anticyclique mais aussi en tant que politique continentale, qui coûte entre 2 et 3 points du produit intérieur brut de l’Amérique latine, ce qui en fait une politique parfaitement viable. Les pays qui ont mis en œuvre des politiques similaires ont déjà démontré qu’ils étaient capables de réactiver l’économie, car ils ont contenu les fortes baisses des économies où elles ont été appliquées. Oui, ce qui a été proposé avec plus d’insistance dans le cas chilien, c’est cette idée d’un revenu de base universel provisoire.

Une victoire du « Oui » conduirait-elle à un éventuel retour de la gauche au pouvoir lors des prochaines élections présidentielles, et pourrait-on également parler d’une victoire pour la gauche latino-américaine ?

La gauche remportera les prochaines élections présidentielles. Mais aujourd’hui, c’est un plébiscite, il s’agit de se mettre d’accord, ensemble, sur des règles de coexistence. Donc, aujourd’hui, ce n’est pas tant une victoire de la gauche, mais un pays qui peut se donner un moment institutionnel fondateur. Nous verrons comment sortir de ces politiques pour des postes à un seul membre. Le triomphe de l’approbation, bien sûr, fait aussi partie d’un tournant du continent que nous avons vu au Mexique, en Argentine et en Bolivie. Cela se passera au Chili et en Équateur. Les valeurs démocratiques qui ont été affaiblies par les gouvernements conservateurs seront à nouveau imposées. 

Aujourd’hui, c’est un plébiscite, il s’agit de se mettre d’accord, ensemble, sur des règles de coexistence. Donc, aujourd’hui, ce n’est pas tant une victoire de la gauche, mais un pays qui peut se donner un moment institutionnel fondateur.

Marco Enríquez-Ominami

Lorsque nous nous sommes entretenus avec vous il y a presque un an, nous avons parlé du retour de la droite en Amérique latine mais aussi de la victoire, à l’époque, de la gauche en Argentine. Que signifie la victoire du MAS en Bolivie à l’heure actuelle ? 

Le triomphe du MAS est un triomphe qui inspire d’autres processus. C’est la preuve qu’une force de changement calme est imparable. Et, en soi, c’est une force pour la paix, pour la justice sociale. Le triomphe en Bolivie est la réparation démocratique, c’est la normalisation démocratique et c’est le début, avec le processus argentin et mexicain, d’un débat démocratique intense au sein d’un État de droit. 

Quel est le rôle et l’importance du Grupo de Puebla dans ces processus ? 

Le Grupo de Puebla est un groupe de réflexion et de coordination politique qui aspire à accroître l’intégration des peuples et d’un continent qui est, aujourd’hui, le plus touché au monde en termes de santé et d’économie. Et, au sein du continent, l’Amérique du Sud est la région qui a été le plus durement touchée. C’est pourquoi le Grupo de Puebla intensifie son programme pour promouvoir le débat, proposer des politiques continentales sur la dette, la protection sociale et même les dépenses militaires. Le Grupo de Puebla voit avec joie le triomphe des valeurs progressistes, des valeurs de justice sociale, dans les différents processus électoraux. Le Grupo de Puebla compte parmi ses membres les protagonistes de ces processus et se sent appelé à intensifier la tâche qu’il s’est imposée : accroître le débat et les propositions en termes de politique publique. 

Pour nous, il est fondamental que l’OEA soit un espace multilatéral d’intégration et non de division. Et l’OEA est aujourd’hui un facteur de division, de méfiance, voire d’allégations frauduleuses qui ont causé la mort, la peur et l’exil.

Marco Enríquez-Ominami

Le Grupo de Puebla demande la démission du secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, dont la participation au coup d’État en Bolivie a été prouvée et qui a également critiqué les manifestations au Chili. Diriez-vous que le conflit ou l’adversité entre le Grupo de Puebla et l’OEA ne se résume qu’à la personne d’Almagro ? Que demandez-vous réellement à travers la demande de démission d’Almagro ?

Pour nous, il est fondamental que l’OEA soit un espace multilatéral d’intégration et non de division. Et l’OEA est aujourd’hui un facteur de division, de méfiance, voire d’allégations frauduleuses qui ont causé la mort, la peur et l’exil. Il nous semble donc qu’étant donné l’importance de cette institution, elle ne peut pas être aux mains de dirigeants qui ne pensent qu’en termes idéologiques, en augmentant le pouvoir d’un secteur politique et en ne pensant pas à la grande Amérique latine et aux Caraïbes qui a besoin, aujourd’hui plus que jamais, d’union et non de division.

Sources
  1. Fondé le 12 juin 2019 à Puebla (Mexique), le Grupo de Puebla réunit différentes personnalités de la gauche latino-américaine (entre autres, Lula, Rafael Correa, Evo Morales, Alberto Fernandez), afin de proposer des idées et des modèles progressistes en Amérique latine.