Abonnez-vous à nos Lettres Restez informés des actualités du Grand Continent

La première question porte sur le contexte singulier de la pandémie : quels sont les impacts de la crise sanitaire sur la société mexicaine ?

Nous vivons déjà, au-delà de la pandémie, une époque très complexe. Je pense que cela affectera absolument tout le monde d’une manière ou d’une autre, directement ou indirectement. Au Mexique en particulier, une crise économique brutale va se produire. Même le Ministre des Finances a déclaré que nous étions face à l’une des pires crises économiques du pays et que nous devions être prêts. D’une part, de nombreuses personnes commencent à reprendre leurs activités liées au commerce informel. Cependant, au Mexique, le commerce informel n’est pas soutenu, de sorte qu’il peut difficilement s’ériger en tant qu’échappatoire en termes économiques. Il y a peu d’espoir pour ce qui est à venir en termes économiques. Ce dont je peux parler un peu, c’est de l’optimisme que tous les Mexicains ont. Je peux vous dire que je suis un enfant de la crise de 1994. Ma femme aussi. Plusieurs de mes amis ont vécu des crises économiques. Ce n’est donc pas un phénomène étranger pour nous. Mais nous vivons dans un climat plutôt morose en termes économiques. La gestion de la pandémie a également été une question complexe : nous ne savons pas si les vrais chiffres sont ceux dont nous parlons. Ou si nous devons les multiplier par huit, ou par sept, ou par trois. Il y a donc un peu d’incertitude à ce sujet. Ce que nous savons, c’est qu’une grande partie de la population essaye de prendre ses responsabilités, de reprendre sa vie en main de manière responsable et sans crainte. Je pense qu’en fin de compte, c’est ce que nous devons tous commencer à faire : ne pas avoir peur et être responsables. 

Ce que vous dites sur le commerce informel est intéressant. Vous avez publié il y a quelque temps un tweet dans lequel vous critiquiez, d’une certaine manière, la criminalisation du commerce informel pendant la pandémie, ce qui a été observé au Mexique – mais aussi dans plusieurs pays d’Amérique latine. Quel est l’engagement social et politique, au Mexique, des artistes, des personnes du monde de l’art en général ?

Je pense que cela est lié à ce qui vous intéresse. Et je pense que cela vient de chaque individu. En parlant spécifiquement du commerce informel, en Amérique latine, si vous allez en Bolivie, au Pérou, au Mexique, c’est vraiment quelque chose de tout à fait naturel pour nous. Si de nombreuses personnes choisissent le commerce informel pour gagner leur vie, il est évident qu’il faut soutenir ces instances afin que les gens puissent avoir un revenu, afin qu’ils puissent continuer à travailler. Quant à savoir pourquoi je fais cela, c’est tout simplement parce que je suis intéressé. Je ne peux pas parler au nom d’autres collègues, qui peuvent être intéressés par d’autres choses, et ce sont des décisions très personnelles. Personnellement, j’aime ça. Dans les réseaux sociaux, ce que je tweete, ce que je partage, enfin, c’est un peu ce qui m’intéresse, que ce soit dans le domaine sportif, dans le domaine culturel, dans le domaine politique. J’essaie de ne pas être trop lourd en ce qui concerne cela. J’essaie tout simplement de partager ce que je trouve intéressant et ce qui me frappe.

Si de nombreuses personnes choisissent le commerce informel pour gagner leur vie, il est évident qu’il faut soutenir ces instances afin que les gens puissent avoir un revenu, afin qu’ils puissent continuer à travailler.

ALFONSO HERRERA

Bien que cela vous intéresse de façon individuelle, nous constatons dans de nombreux cas une mobilisation des artistes et des acteurs de la région. Cela a-t-il à voir avec un rôle des gouvernements qui n’est pas rempli ? 

Pour reprendre un peu les raisons pour lesquelles je fais cela, ce que nous pouvons faire, c’est rendre visibles les problèmes qui se posent dans notre région. Par exemple, le travail que je fais avec l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) consiste à rendre visible la situation très complexe que vivent de nombreux frères et sœurs d’Amérique latine. Cependant, le travail de terrain qu’une personne effectue au Salvador, au Honduras, au Guatemala ou à Chiapas est évidemment beaucoup plus complexe. Je pense que c’est notre possibilité et je pense que c’est quelque chose de très précieux, de faire prendre conscience de la situation très complexe que peuvent vivre des personnes dans une vulnérabilité aussi brutale. 

Voulez-vous nous en dire un peu plus sur le HCR et sur le rôle que vous y jouez et jouerez à l’avenir ?

Je travaille avec eux depuis environ un an maintenant. Et avec eux, de manière très organique, il y a eu ce lien. J’ai eu l’occasion de me rendre au Salvador, au Honduras, pour faire un voyage, et j’étais censé partir, il y a quelques mois, à la frontière du Brésil avec le Venezuela. Malheureusement, à cause du coronavirus, cela n’a pas pu être fait. C’est ça pratiquement la tâche : rendre visible la situation très complexe que vivent les réfugiés dans la région et dans le monde entier. Le coronavirus a rendu les choses plus complexes pour absolument tout le monde. Si ce que nous vivons est déjà compliqué pour nous tous – j’ai été au chômage à cause de deux projets et pourtant, malgré cela, j’ai la chance d’être chez moi avec ma famille -, la situation que peut vivre un réfugié est encore plus complexe. Ils n’ont pas – ou la plupart de ces personnes, qui vivent dans une vulnérabilité tellement brutale – n’ont même pas la possibilité d’avoir un confinement adéquat. Et si nous parlons de chiffres – pour ne parler que du Venezuela, nous parlons de près de 3,5 millions de Vénézuéliens – les chiffres vont malheureusement augmenter.

En Europe, on parle des terribles conséquences du coronavirus sur la situation difficile des réfugiés. Que pourrait-on dire des réfugiés aux temps du coronavirus en Amérique centrale ?

Les chiffres sont complexes. Quand j’ai eu la possibilité d’aller au Salvador – j’ai eu la possibilité d’aller au Honduras aussi – nous étions sur le point d’entrer dans cette crise sanitaire. La situation en Europe commençait déjà à devenir plus complexe. En Chine, elle était déjà à son apogée. En ce qui concerne ce qui se passe en Amérique centrale, au Venezuela, dans de nombreux autres pays qui accueillent des Vénézuéliens, à la frontière sud du Mexique, je demandais à de nombreuses personnes dans les campagnes : « Écoutez, y a-t-il vraiment un espoir ? Vraiment ? » Avec toute cette situation des gangs en Amérique centrale, de la MS-13, de la 18, cette question des frontières invisibles que j’ignorais totalement : marcher à San Salvador et se rendre compte soudainement qu’on ne peut pas passer au-delà de cette épicerie parce que, si on la traverse, on risque notre vie. Comprendre que c’est une situation très désespérante. Mais, malgré cela, tous les gens qui travaillent sur le terrain disent : « Bien sûr qu’il y a de l’espoir ». Et il y a beaucoup de gens qui ont cela, qui ont de l’espoir. Je pense qu’il y a aussi de l’espoir. Mais nous devons travailler. Comme le dit le proverbe ici, « Dieu donne de l’eau, mais il ne la met pas en bouteille ». Nous devons orienter ces efforts pour que la réalité puisse changer. Les chiffres en Amérique centrale sont complexes, car 350 000 personnes ont été déplacées de leur pays. Et je ne parle que du Triangle du Nord, l’Amérique centrale. Je pense donc qu’il y a de l’espoir, mais ce que nous devons faire, c’est travailler. Et c’est ce que nous devons faire. Et chacun dans son propre champ, et chacun depuis sa propre tranchée.

Je pense qu’il y a aussi de l’espoir. Mais nous devons travailler. Comme le dit le proverbe ici, « Dieu donne de l’eau, mais il ne la met pas en bouteille. »

ALFONSO HERRERA

Face à cette nécessité de rendre les problèmes visibles, comment ne pas parler précisément de cinéma ? Quel serait le rôle ou l’engagement que le cinéma pourrait avoir dans la société mexicaine ou dans la société latino-américaine – s’il est toutefois possible de parler de société latino-américaine ? Je pose cette question au-delà de l’engagement individuel.

Je pense que nous, en tant que Latino-américains, devons être conscients des histoires que nous racontons. Récemment, j’ai lu une citation d’un réalisateur que j’ai trouvé très juste. Il disait que nous ne devons pas nous victimiser, nous devons simplement exposer les situations qui sont vécues dans nos pays, dans notre région, les toucher de front, et être conscients de l’environnement et du contexte dans lequel nous vivons. Et cela peut enrichir les histoires que nous racontons. D’autre part, en parlant de cinéma, ce que cette pandémie génère aussi, c’est que la culture de notre pays est très durement affectée. D’une part, vous voyez Michel Franco gagner le Lion d’argent à Venise, où il reçoit une standing ovation. Cependant, les stimulants pour générer ce type de projet, pour promouvoir la culture au Mexique, sont battus, blessés, punis. C’est aussi une question complexe. Que va-t-il arriver au cinéma ? C’est complexe.

Est-ce que cela a un rapport avec l’austérité promue par le nouveau gouvernement fédéral, ou est-ce quelque chose qui se passe depuis longtemps ?

À un moment donné, la possibilité de réduire la stimulation du cinéma a été évoquée. Il y a eu une conversation et il a été décidé de faire marche arrière sur cette question. Et enfin, aujourd’hui, ils recommencent à parler de la suppression de ces stimuli. Il y a donc un va-et-vient constant pour supprimer ces stimuli pour soutenir le cinéma et la culture. Il a été possible de l’arrêter et, aujourd’hui, je crois qu’il est à nouveau débattu, et avec le feu vert pour aller de l’avant.

Pour en revenir au rôle du cinéma dans la société mexicaine, et en pensant au film auquel vous avez participé, La Dictadura perfecta, et à sa critique des relations du dernier gouvernement du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) avec les médias, en général, et Televisa, en particulier, comment avez-vous vécu l’interprétation d’un film de ce genre, et comment voyez-vous le gouvernement actuel par rapport aux gouvernements précédents du PRI et du Parti action nationale (PAN) au Mexique ?

Ce que je peux vous dire, c’est que lorsque vous décidez de travailler avec Luis Estrada, vous savez dans quoi vous vous embarquez. C’est une personne très politisée. Il est très préoccupé et très informé de la situation dans le pays, et c’est quelque chose qu’il aime reproduire dans ses films : de La Ley de Herodes à La Dictadura perfecta. Un des projets qui a dû être mis en attente était précisément un film que nous allions faire avec Luis. C’était assez particulier. Le processus de réalisation du film a été complexe car j’ai toujours dit que Luis Estrada est chirurgical dans le choix de ses projets, dans le choix des acteurs. En même temps, il sait ce qu’il ne veut pas, il sait parfaitement quel chemin il veut prendre. Je pense que le résultat a été assez positif. Le film est assez fort par rapport à la relation qui existait entre le gouvernement d’Enrique Peña Nieto et les médias à l’époque. Ce qui m’a beaucoup frappé, c’est de voir comment, dans la partie promotionnelle, ils ont essayé effectivement de mettre une limite à ce film, afin d’entraver sa sortie. Ce qui s’est passé a été tout le contraire. Par exemple, nous sommes allés à Monterrey où nous attendions une salle pleine de journalistes. Finalement, dans une salle de 250 personnes, il n’y avait qu’un seul reporter et une seule caméra, d’un tout autre média. C’était très révélateur pour nous de comprendre les conditions dans lesquelles le film allait sortir. Ce qui s’est passé, c’est que cela a profité au film, de manière indirecte, parce que les gens se sont rendus compte d’à quel point ils voulaient mettre des bâtons dans les roues à ce projet. D’autre part, ce qui se passe avec le gouvernement actuel est ce que j’ai déjà mentionné. L’idée était de soutenir la culture, le cinéma et les beaux-arts, mais ce n’est pas le cas. C’est tout le contraire, ce qui est inquiétant.

Que va-t-il arriver au cinéma ? C’est complexe.

ALFONSO HERRERA

Cette question est peut-être un peu triviale, mais dans votre cas, avec la voix que vous pouvez avoir dans la société mexicaine, elle peut être intéressante. Auriez-vous un film auquel vous aimeriez participer – peut-être autour de questions sociales, que ce soit au Mexique, en Amérique centrale ou en Amérique latine ?

Je viens d’en tourner un que j’aime tout particulièrement et qui vient de sortir au Mexique. Il s’appelle El Baile de los 41. Je ne sais pas si vous connaissez le numéro 41 au Mexique. Il est généralement lié à l’homosexualité, et cela a un rapport avec l’histoire d’Ignacio de la Torre y Mier. C’était un homme d’affaires et un homme politique très important, au début du XXème siècle au Mexique. Il était le beau-fils de Porfirio Díaz, le président du Mexique de l’époque. Il a épousé la fille de Porfirio Diaz et tout le monde savait qu’il menait une double vie dans laquelle il organisait des fêtes. L’homosexualité, à l’époque, telle qu’elle était traitée, passait par la clandestinité. À l’époque, Ignacio, avec un autre groupe d’hommes d’affaires et de politiciens, organisait des fêtes clandestines pour tout simplement être eux-mêmes. Ce que j’apprécie beaucoup dans ce projet, c’est que, malgré le fait que ce sujet ait eu lieu au début du siècle dernier, il demeure d’actualité puisque les phobies n’ont pas beaucoup évolué dans ce pays. Ignacio de la Torre y Mier a été un personnage très important dans l’histoire du Mexique. Mais, simplement parce qu’il était homosexuel, il était tabou, il est entré dans un coffre et on ne l’a pratiquement plus jamais ressorti. Ignacio de la Torre y Mier, pour vous donner un exemple, a été l’une des causes de l’assassinat de Francisco Madero. Il était l’un des plus importants producteurs de sucre au monde à l’époque. Il avait un rôle et était un acteur politique très important à l’époque, mais son existence était totalement invisible tout simplement parce qu’il était homosexuel. Ça m’a vraiment intéressé de jouer ce rôle car il touche à de nombreuses questions qui sont extrêmement importantes et je pense qu’elles doivent être aérées et oxygénées.

photo portrait Alfonso Herrera séries entretien « Nous devons être conscients des histoires que nous racontons », une conversation avec l'acteur mexicain Alfonso Herrera art Covid-19 cinéma histoires Amériques Mexique culture société

Cela fait penser à votre rôle dans Sense8. Peut-on établir un lien, dans le cas du personnage que vous avez joué dans la série, avec cette phobie qui existe encore dans la société mexicaine autour de l’homosexualité ?

Jouer un rôle homosexuel n’implique pas que le fait que le personnage soit homosexuel soit la partie la plus importante du rôle. Ce sont des personnages très riches, ils sont complètement différents, dans des contextes complètement différents. Je pense que c’est la richesse des personnages : le contexte dans lequel ils se déplacent, dans lequel ils transitent. J’apprécie vraiment d’avoir travaillé avec Lana et Lilly Wachowsky sur un projet comme Sense8. Et j’ai réalisé à quel point mon personnage Hernando était important parce que j’ai compris, au milieu de la deuxième saison, ce que Hernando voulait dire, comme s’il était la voix de Lana. C’était ce qu’elle voulait transmettre. Et m’en rendre compte a été très important. J’aurais aimé m’en rendre compte plus tôt. Mais je pense que parler d’Ignacio de la Torre y Mier joue maintenant un tout autre rôle. C’est un rôle complètement différent. Je reviens à la même chose : l’environnement dans lequel se déroule l’histoire. Je suis enthousiaste à l’idée qu’il arrive dans les salles de cinéma. Beaucoup d’autres acteurs n’aimeraient pas aborder ce genre de questions parce qu’ils pensent qu’elles pourraient les mettre en danger. Je pense que la seule façon de vivre pleinement est de chercher ces défis, qui ne concernent pas seulement les rôles que vous choisissez. Il s’agit aussi de ce qu’ils peuvent générer. Quand j’ai fait La Dictadura perfecta, j’avais travaillé longtemps pour cette chaîne de télévision [Televisa]. Ce que moi je signifiais pour ce projet était une lecture encore plus complexe. Je suis très enthousiaste à propos de ce projet. Aussi parce que David Pablos est un réalisateur que j’apprécie et respecte beaucoup pour le travail et les projets qu’il a réalisés.

Jouer un rôle homosexuel n’implique pas que le fait que le personnage soit homosexuel soit la partie la plus importante du rôle.

ALFONSO HERRERA

Il y a d’autres séries et films auxquels vous avez participé et qui sont encadrés par des faits historiques. En pensant à cette époque de Porfirio Díaz, je voulais vous demander comment vous voyiez la subordination de l’Amérique latine au reste du monde aujourd’hui, ou simplement sa place dans le monde, quel rôle joue-t-elle aujourd’hui ?

Je vais revenir sur le sujet des réfugiés parce que je trouve ça intéressant. À la fin du XIXe siècle, un nombre incroyable de migrants, en particulier au Mexique, sont arrivés dans notre pays en provenance de ce qui est aujourd’hui le Liban, en tant que réfugiés. Après la guerre civile espagnole, nous avons tendu la main à beaucoup de républicains espagnols qui ont apporté des choses merveilleuses à notre culture, aux sciences et à l’économie. En tant que Mexicains, nous faisons tout notre possible pour aider les gens qui viennent de l’étranger, n’est-ce pas ? Et plus particulièrement pour les personnes qui viennent en tant que réfugiés. Aujourd’hui, il y a un discours tout à fait particulier et complètement différent qui est en désaccord avec cette façon d’être, cette façon de vivre. Je ne sais pas si nous, en tant que Mexicains, Latino-Américains, reproduisons un discours… Je veux dire, je ne m’inclus pas parce que je ne suis pas d’accord avec ce discours, mais il semble que nous commencions à faire partie, peut-être de façon indirecte, de ce discours de haine, de division… L’époque dans laquelle nous vivons est assez particulière pour la région. Un peu à cause de ces étranges mouvements qui se produisent dans le pays du nord. Je ne sais pas si ces messages commencent à avoir leurs impacts dans une partie de la société. C’est assez délicat et assez triste. En tant que Mexicain, je peux vous dire que nous avons été construits à partir de nombreuses autres personnes qui sont venues et ont contribué ici, et qui ont généré des fondations très importantes dans notre pays, dans notre histoire. Nous vivons une époque atypique à cause du virus et des discours que nous entendons. Nous regardions avec beaucoup de distance les films apocalyptiques, mais nous observons bien ces incendies qui se produisent en Californie, nous observons la pandémie, les crises économiques dans le monde entier, la division qui existe dans le monde… C’est vraiment particulier. Et espérons que cette crise nous réveillera et nous emmènera dans une autre direction.

Aux États-Unis, une partie de la population a manifesté dans les rues contre les violences policières. Y a-t-il eu un écho qui s’est créé au Mexique ? Y a-t-il eu une répercussion positive autour de cette influence nord-américaine ?

Après tout, nous avons toujours vécu dans cette situation et ce, depuis l’époque de la conquête. Et cela n’a fait depuis qu’empirer. Il y a une différence très marquée entre les castes, entre les classes sociales. Il est important de réaliser que les actes racistes ne peuvent tout simplement pas exister, ne peuvent pas être tolérés. Et cela s’applique également à notre pays. Cependant, notre contexte historique, notre situation est complètement différente de celle des États-Unis. C’est une question complètement différente, à cause des castes, à cause des métissages qui ont eu lieu dans notre pays, dans la région. Mais nous devons aussi toucher et critiquer cette question. El Baile de los 41 parle aussi de la façon dont notre société est construite, ce qui n’a pas du tout changé. La couleur de votre peau, malheureusement, dans notre pays, peut définir si vous allez avoir plus de privilèges que quelqu’un d’autre. Et cela ne peut pas arriver. La personne doit être qualifiée en fonction de son travail et de ses compétences. Et malheureusement, dans la société mexicaine, la couleur de la peau est une chose qui règne. Et c’est tout à fait regrettable.

En tant que Mexicain, je peux vous dire que nous avons été construits à partir de nombreuses autres personnes qui sont venues et ont contribué ici, et qui ont généré des fondations très importantes dans notre pays, dans notre histoire.

Alfonso Herrera

Ce mouvement social que nous observons aux États-Unis, autour de la question raciale, fait un peu penser au mouvement féministe. Il s’agit d’un mouvement extrêmement présent dans la région. Vous avez participé à Rebelde, l’adaptation mexicaine d’une série qui a connu un succès en Argentine. Ces derniers temps, de nombreux jeunes Argentins portent un regard neuf sur ces séries jeunesse des années 2000, exportées dans le monde entier. On leur reproche d’avoir véhiculé un certain machisme ou le harcèlement à l’école. Ce genre de critique existe-t-il au Mexique pour les séries destinées aux jeunes en général, au-delà de Rebelde en particulier ?

Je pense que beaucoup d’entre nous doivent se rééduquer. Je pense qu’en tant qu’hommes, il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous devons nous rééduquer. Il est important de comprendre que nous devons normaliser tout ce qui à avoir avec l’égalité des genres. Et en tant qu’hommes, nous devons commencer à comprendre et à rééduquer.

Et vous arrive-t-il de faire une autocritique pour avoir participé à un certain type de série ? 

La version argentine n’est pas vraiment différente à la mexicaine. La chose la plus complexe ou difficile à un moment donné a pu a être d’essayer de trouver un autre type de projet. Essayer de faire un saut et d’essayer de raconter des histoires qui aient une autre façon d’être racontées. Le passé de ce contexte était un défi. C’était un merveilleux défi de trouver d’autres projets, d’autres réalisateurs, d’autres façons de raconter des histoires. Et cela m’a mis dans une position difficile. C’était un grand défi. Essayer de trouver une autre façon de raconter des histoires. Et je pense que, jusqu’à présent, je commence à raconter les histoires que je veux, je commence à travailler avec les réalisateurs avec lesquels je veux travailler. Et cela a été un processus à la fois enrichissant et complexe. 

Enfin, nous voulions vous interroger sur la représentation des questions latino-américaines à Hollywood, notamment après votre participation à La Reine du Sud, qui est également une adaptation du roman espagnol d’Arturo Pérez-Reverte, et après certaines déclarations d’acteurs comme Ricardo Darín, sur son refus catégorique de travailler à Hollywood pour la caricature de l’Amérique latine qui est en faite, avec le trafic de drogue, ou certains clichés récurrents sur la région.

Ce que je souligne, par exemple, de La Reine du Sud, c’est d’avoir un personnage féminin qui a été si puissant. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai dit oui. Si cela avait été une autre histoire, je ne sais pas si j’aurais accepté un tel rôle. Il est difficile de trouver des personnages féminins aussi forts, qui finalement, dans un environnement aussi complexe, doivent s’imposer. Et c’est ce que je souligne de cette série, ce positionnement très important d’un personnage féminin. Et, d’autre part, il y a effectivement de nombreux endroits où l’on trouve une caricature de ces personnages. Cependant, il faut avoir une vision un peu plus profonde. Par exemple, Alexis Bledel me semble être une actrice incroyable qui est consciente d’avoir des rôles féminins importants dans l’industrie du cinéma. Je pense qu’il est essentiel de participer à une série qui a ces caractéristiques. Je reviens à la même chose : si c’était une série avec des pièces différentes, je ne sais pas. Mais, par exemple, en ce qui concerne L’Exorciste, une série dans laquelle j’ai participé aux États-Unis, le stéréotype d’un Mexicain vivant à Chicago, dans le sud de la ville, a été complètement brisé. C’est complètement en dehors de ce stéréotype. En parlant d’Hernando, dans la série Sense8, vous parlez aussi de contextes et de contrastes très différents. Je pense que chaque personnage, ou chaque rôle, ou chaque rôle que j’ai essayé de jouer, je l’ai fait un peu en essayant de ne pas me répéter, en essayant de raconter des histoires qui sont importantes, ou qui attirent mon attention, et aussi avec des réalisateurs avec lesquels j’ai envie de travailler et des histoires qui pourraient être intéressantes. Et je vous donne l’exemple de L’Exorciste, produit par la chaîne Fox. C’est incroyable qu’elle ait osée faire quelque chose du genre. Je pense que ça vaut le coup. Finalement, le résultat a été assez positif. Les critiques ont été assez positives pour le projet lui-même, ce qui nous a donné accès à une deuxième saison. Une troisième saison était beaucoup plus complexe parce que la terreur à la télévision nationale était un peu plus difficile. Mais ce qui nous a permis d’accéder à cette deuxième saison, c’est la critique. Et je pense que cette nouvelle vision de la terreur, ainsi que les rôles non-stéréotypés de cette histoire, ont été quelque chose d’intéressant et d’important.