Cyprien Batut


Le Forum Économique Mondial à Davos a été l’occasion de plusieurs épisodes médiatiques où les questions de l’évasion fiscale et de la redistribution par l’impôt furent posées. C’est probablement le signe d’une évolution des opinions sur le sujet  : que ce soit en France ou aux États-Unis, la question de l’équité fiscale est au centre du débat politique.

Luigi Di Maio a accusé l’héritage colonial et plus particulièrement l’un de ses vestiges, le Franc CFA, d’être à l’origine des vagues migratoires vers l’Europe. Une accusation qui est largement infondée. Si le Franc CFA peut jouer un rôle dans le sous-développement africain en empêchant les pays concernés de mener une politique monétaire indépendante , il permet dans le même temps à ces pays de jouir d’une certaine stabilité monétaire. Or c’est plutôt l’instabilité monétaire qui peut entraîner des vagues migratoires, comme ce fut le cas entre le mexique et les Etats-Unis. De plus, la majorité des demandeurs d’asile et réfugiés en Italie ne vient pas des pays de la zone FCFA.

L’industrie laitière américaine est en pleine crise de surproduction et le surplus fromager américain n’a jamais été aussi important. Cela s’explique par des caractéristiques propres à la production laitière mais aussi par plusieurs tendances de fond depuis les années 2000  : augmentation de la taille des exploitations, volatilité des prix et faible croissance de la productivité. Des tendances qui ne sont pas propres à la production laitière.

L’artisan principal de la politique commerciale américaine n’est pas Donald Trump, mais Robert Lighthizer, le représentant au commerce. Lobbyiste de carrière, notamment pour l’industrie sidérurgique américaine, il mène une croisade depuis des années contre la Chine et par extension l’OMC qu’il accuse d’avoir permis son ascension. Sa nomination dans l’administration américaine lui a permis de passer à la vitesse supérieure. En 2019, il pourrait remporter sa première victoire en changeant les règles du commerce international.

General Motors va se lancer dans une importante opération de restructuration qui va coûter leur emploi à plus de 15000 employés américains. Cet épisode est symptomatique des transformations du marché de l’automobile et notamment le virage vers la voiture électrique et les véhicules autonomes.