Cyprien Batut


Après des années d’effort, les finances grecques semblent enfin être stables. La Grèce est cependant loin d’être remise de la crise et souffre encore de ses conséquences directes et indirectes. C’est l’occasion de faire le bilan de 11 ans de politique budgétaire en Europe. De quoi parle-t-on  ? Peut-on dire que l’Europe toute entière a connu une austérité à l’image de la Grèce  ? Une analyse des soldes budgétaires nous permet de donner une réponse.

Après le feu qui a ravagé Notre-Dame, les dons des milliardaires pour financer sa reconstruction ont vite atteint des montants records. Les lois subventionnant le mécénat en France ont en parti rendu possible cet afflux de dons mais elles posent aussi légitimement question. La puissance publique doit-elle subventionner la charité privée  ? Ne participe-t-elle en le faisant à sa propre délégitimation  ? Contrecoup économique sur un débat redevenu d’actualité.

La France s’est opposée, seule en Europe, à la reprise des négociations commerciales avec les Etats-Unis. Cette prise de position interroge alors que ces discussions ont pour objectif d’éloigner le spectre d’une guerre commerciale. Si la raison officielle est la défense de l’accord de Paris, la posture française peut s’expliquer car la France a peu à perdre dans une guerre commerciale avec les Etats-Unis, mais potentiellement peu à gagner aussi à l’obtention rapide d’un accord, notamment à cause des demandes américaines sur le marché agroalimentaire. Contrepoint sur une prise de position qui résonne comme un coup politique à l’aube des élections européennes.

La courbe des rendements de la dette américaine s’est inversée  : les dettes à plus court terme sont maintenant mieux rémunérés que les dettes à plus long terme. Cette situation anormale est historiquement annonciatrice de crise. Toutefois, il faut prendre en compte que le contexte monétaire mondial est inédit  : les anciennes lois d’airain ne sont peut être plus valides.

Une étude du CEP, un think tank allemand libéral, affirme que l’Euro a coûté à chaque français plusieurs dizaines de milliers d’euros. Le problème est que ce chiffre est … faux. Le GEG | économie a trouvé de grossières erreurs méthodologiques qui disqualifient la démarche du CEP et laissent planer le doute sur sa bonne foi. Mais au-delà de la mise au point statistique, cette séquence révèle des points intéressants, tant sur les positions de la droite libérale allemande que sur les structures du débat public français. Le GEG | Économie vous en propose une synthèse en dix points.

Emmanuel Macron a défendu dans sa lettre aux Européens l’introduction d’un salaire minimum européen. Néanmoins, cette mesure est impossible à traité constant et impliquerait une transformation significative de la politique sociale de plusieurs pays européens. C’est donc une petite révolution sociale qui est annoncée ici et le niveau même d’un potentiel salaire minimum devrait y jouer un rôle important.

Amazon a engrangé en 2018 des profits records sur le territoire américain tout en ne payant aucun impôt dessus. C’est symptomatique de la facilité avec laquelle les multinationales sont aujourd’hui capables, tout à fait légalement, d’échapper à l’impôt. Depuis plusieurs années, les pays développés ont abandonné toute tentative de coopération dans la lutte contre les paradis fiscaux et se livrent au contraire une guerre fiscale à l’aide niches fiscales pour les entreprises.

Le candidat de Trump à la présidence de la Banque Mondiale David Malpass, un ancien banquier de Wall Street, est contesté. La candidature de ce fervent critique du fonctionnement de l’institution paraît incongrue à beaucoup. Ce coup de semonce de Donald Trump à l’une des institutions les plus représentatives du multilatéralisme pourrait paradoxalement unir les alliés traditionnels des États-Unis à ses adversaires actuels.