Nous avons rencontré Jean-Manuel Rozan

Jean-Manuel Rozan, co-fondateur du moteur de recherche Qwant, nous présente sa vision européenne du numérique. Titulaire d’un MBA de la Wharton Business School, Jean Manuel Rozan a travaillé de nombreuses années dans la finance, aux Etats-Unis notamment, avant de s’associer avec Eric Léandri et Patrick Constant et de se lancer dans la création et le développement de Qwant. Cet échange est l’occasion de revenir sur les enjeux stratégiques sécuritaires, financiers, et juridiques du numérique et sur la place des entreprises européennes dans ce domaine. Jean-Manuel Rozan nous interpelle sur l’urgente nécessité de retrouver une certaine indépendance face au monstre Google et de reprendre le contrôle du stockage des données des internautes européens. Nous reviendrons également sur la volonté de Qwant de revaloriser les particularismes locaux, de favoriser la plus grande neutralité dans les propositions de contenus aux utilisateurs et d’opérer un déploiement de son activité économique sur un « espace européen ».


Groupe d’études géopolitiques : Pourquoi avoir créé Qwant ? Pouvez-vous nous présenter en quelques caractéristiques votre moteur de recherche Qwant tout en insérant votre projet dans le contexte numérique mondial actuel, dans lequel l’Europe est loin d’être dominante ?

Jean-Manuel Rozan : L’idée de Qwant est née de deux constats principaux. Premièrement, il existe un réel besoin économique dans le secteur des moteurs de recherche. A l’image de Yandex, ou de YahooJapan, des alternatives à Google ont déjà été créées sur tous les continents et possèdent leur propre index du web. L’Europe doit pouvoir se doter d’un outil similaire et répertorier, au sein d’un serveur propre, la liste et les contenus d’une grande partie des sites du web. L’accès au net par le search est une chose absolument stratégique et il est très gênant de ne pas avoir la capacité d’élaborer un référencement. Nous ne pouvons pas nous permettre de dépendre à 100% d’un fournisseur étranger et prendre le risque de subir les conséquences pécuniaires ou morales de décisions extérieures à notre territoire. Le problème est le même que celui de la dépendance au gaz ou au pétrole étranger. Ce facteur constitue l’une des raisons de la création de Qwant.

Deuxièmement, à l’époque de la création de notre entreprise en février 2013, se profilaient déjà les problèmes liés à l’invasion de la vie privée, au stockage des données européennes sur les serveurs américains, et à l’utilisation non contrôlée de ces données. Aujourd’hui, nous ne détenons pas l’ensemble des informations personnelles de nos citoyens qui sont largement exploitées aux Etats-Unis. Google devient propriétaire des données auxquelles on lui donne accès et l’entreprise peut ensuite les revendre. Nous devons donc être en mesure de réguler cet accès.

Nous devons nous détacher de deux types de dépendance : à savoir d’une part d’une dépendance technique et économique, d’autre part d’une dépendance liée à l’accès à une base de données étrangère, faute d’alternative.

Les souverainetés se définissent dans des espaces physiques délimités, Internet relie tous les territoires sans en être un lui-même affirme Pierre Bellanger dans son livre De la souveraineté numérique (2014). Comment maintenir un Internet libre tout en exerçant notre souveraineté numérique ? Celle-ci passe-t-elle par le renforcement de l’autorité de nos juridictions européennes pour l’ensemble des serveurs localisés en Europe ? A quel moment la souveraineté numérique est-elle devenue un enjeu important pour vous ?

C’est un peu comme si je vous avais dit il y a vingt cinq ans que je voulais faire de l’agriculture biologique. Personne ne s’y intéressait, et puis, le temps passant, nous avons fini par nous rendre compte que c’est un enjeu important. Nous sommes dans la même situation. Nous avons voulu, dès le lancement de notre entreprise, faire de la « data propre », de la « data organique » si je puis dire. Nous procédons donc en deux temps. Nous commençons par créer un index européen (et donc un algorithme indispensable à une forme de souveraineté européenne), puis, nous y ajoutons une dimension sociale en respectant la vie privée de nos utilisateurs. Nous sommes conscients que le droit à l’oubli est un sujet indispensable aujourd’hui, et c’est, par ailleurs, la seule façon pour nous de nous démarquer. Ces deux axes participent à cette ambition de retrouver un peu de souveraineté à l’échelle européenne.

Il ne s’agit donc pas d’une souveraineté française mais bien européenne ; mais, concrètement, y a-t-il une alternative à la fermeture des frontières, comme ont dû le faire la Russie et la Chine, chacune à un degré différent ?

Oui, nous avons effectivement une ambition européenne. Nous souhaitons d’abord intéresser des utilisateurs européens. Néanmoins, nous devons avancer pas à pas. Le web est grand, il l’est beaucoup plus en 2013 qu’en novembre 1997, et aucun créateur de moteur de recherches ne peut prétendre accéder à l’ensemble des données disponibles dès la première version de son moteur. A titre d’exemple, les capacités techniques d’indexation et de crawling de Qwant d’il y a 5 ans sont ridicules par rapport à ses capacités actuelles.

Sur la deuxième partie de votre question, oui, Google est, en effet, interdit en Chine. Le pays a complètement fermé ses frontières. En Russie, il reste autorisé mais le moteur russe Yandex est hégémonique. Toutefois, ce modèle national alternatif est calqué sur celui de Google. Ils tracent tout autant leurs utilisateurs, conservent les données sur un serveur et les utilisent ensuite de toutes les façons possibles et imaginables. Nous essayons d’éviter cette pratique en proposant une alternative concurrentielle dans une architecture juridique et économique européenne.

Ne pensez-vous pas que votre politique de « non conservation » des données pourrait favoriser une utilisation détournée de votre moteur de recherche par des individus à la recherche d’une discrétion suffisante pour organiser par exemple des actions terroristes ? N’y a-t-il pas, dans la gestion de toute cette masse de données, un enjeu relatif à la cyber-sécurité ?

L’argument est connu mais nous ne sommes en fait qu’un intermédiaire. Quelque soit le moteur de recherche utilisé, les personnes qui consultent des sites sensibles, à caractère potentiellement terroriste, sont traçables par toutes les polices du monde.

Quelque soit le moteur de recherche utilisé, les personnes qui consultent des sites sensibles, à caractère potentiellement terroriste, sont traçables par toutes les polices du monde.

Ce qui est surtout impossible chez Qwant c’est le recoupement de toutes vos activités. Vous ne retrouverez pas, sur notre moteur de recherche, l’ensemble de votre parcours physique (les endroits fréquentés chaque jour) ou de votre parcours web (l’ensemble des sites consultés). Si nous empêchons le recoupement, nous ne pouvons cependant pas nous opposer au « targetting » (au ciblage) des sites marchands. Ce que nous pouvons faire, c’est éviter le « retargetting », c’est à dire un ciblage particulier issu du recoupement de l’ensemble des informations que vous donnez, à votre insu, à un moteur de recherche.

Vous travaillez en collaboration avec les administrations publiques françaises, nationales ou régionales, et avec les administrations européennes. Pouvez-vous nous en dire plus ? Quels sont les enjeux attachés à un tel dialogue public-privé ? L’outil digital sécurisé que vous proposez pourrait-il être un moyen pour l’administration française de se rendre plus lisible, sécurisée, efficace et homogène sur l’ensemble du territoire ?  L’administration française est-elle un grand utilisateur de Qwant ou bien se maintient-elle encore dans ses habitudes passées?

Il faut préciser ce que veut dire « travailler en collaboration avec les administrations publiques », ce n’est pas exactement ça. En fait, il y a deux niveaux d’analyse sur lesquels nous pouvons nous arrêter. Il est vrai que, dès le début de notre projet, nous avons politisé le débat autour du numérique européen en expliquant que le numérique est un enjeu européen de sécurité très important. Nous avons ainsi porté ce discours dans toutes les administrations françaises et très rapidement auprès des décideurs politiques (y compris des ministres).

Notre démarche européenne était la suivante : nous avons fait une conférence en France pour présenter Qwant, puis nous avons organisé, l’année d’après, en 2014, une conférence de presse en Allemagne alors même que notre produit n’était pas tout à fait prêt. Néanmoins, nous voulions dès le départ avoir un ancrage européen. A la suite de cette initiative, nous avons rencontré Axel Springer qui a décidé d’entrer dans le capital de Qwant. Sa décision nous a permis de rendre crédible l’idée d’un moteur de recherche européen : les créateurs sont français et l’un des actionnaires est allemand. Il nous a lui-même mis en contact en Europe, avec François Hollande et Martin Schulz notamment. L’Elysée nous a organisé un rendez-vous au Luxembourg en présence de nombreux ministres ainsi que des représentants de la Banque Européenne d’Investissement (BEI). A l’issu de ce rendez-vous, la BEI a fait un réel effort de compréhension de Qwant et elle annonça, lors du premier sommet franco-allemand sur le digital à l’Elysée en novembre 2016, une levée de fond de 25 millions d’euro. En mai 2016, notre site revendiquait 21 millions de visites avec 50 % des visites venant de requêtes de France et 30 % d’Allemagne. Cette annonce nous a réellement permis d’affirmer l’idée européenne de Qwant.

Concernant l’utilisation de Qwant par l’administration française, nous n’avons pas de chiffre exact et nous ne pouvons évidemment pas imposer à qui ce que soit de se servir de notre outil. Néanmoins, nous enclenchons une dynamique et les administrations françaises savent que l’on existe. Grâce à cela, une bonne partie de la France sait que l’on existe. Il y a à mon avis cependant certains inconvénients, pour une grande société privée française ou pour l’administration, à utiliser un serveur étranger. Je pense notamment à l’enjeu politique et économique du stockage stratégique de données. Je crois qu’il est possible que surgisse, à un moment donné, une conscience numérique collective, un typing point à partir duquel les consommateurs changeront leur mode d’utilisation du web.

Il y a à mon avis cependant certains inconvénients, pour une grande société privée française ou pour l’administration, à utiliser un serveur étranger. Je pense notamment à l’enjeu politique et économique du stockage stratégique de données.

Plusieurs acteurs politiques ou économiques européens pointent du doigt l’absence d’une stratégie européenne dans le numérique. Ils expliquent cet échec apparant par un manque patent de coopération entre les pays européens sur ce sujet, l’absence d’une vision commune des Etats membres et une trop faible conscience de la révolution numérique en cours. Le projet du marché unique du numérique, lancé en 2015, fait encore l’objet de nombreuses négociations entre Etats membres au Parlement européen, et le niveau de numérisation reste très disparate sur le continent. Vous sentez-vous victime de ce manque de consensualisme ? Ou bien, pensez-vous qu’une entreprise privée puisse viser l’échelle européenne sans se heurter aux défauts de la politique européenne ?

Résultat de recherche d'images pour "jean-manuel rozan"

Nous ne nous sentons pas victime du manque de consensualisme européen que vous évoquez puisque, si nous recevons effectivement des fonds européens, nous traitons ensuite avec chaque pays, de manière individuelle, lorsque nous souhaitons implanter Qwant à l’étranger.

Vous heurtez-vous à des difficultés en termes de législation dans les différents pays européens dans lesquels vous vous implantez ? L’une des forces de frappes de l’Europe est de créer le cadre de régulation multilatérale d’un monde qui advient et de protéger également ses propres intérêts. Un exemple récent me vient en tête. Le nouveau « Règlement général sur la protection des données » (RGPD) doit entrer en vigueur le 25 mai 2018. Il prévoit que tous les Européens soient informés, de façon « claire et explicite », des données qui sont captées pour le moment à leur insu. Ils disposeront aussi d’un « droit à l’oubli » permettant de faire effacer toute information personnelle et un droit à « la portabilité de ces données », c’est-à-dire la possibilité de récupérer intégralement ces données pour les conserver, ou les transmettre à un service concurrent s’ils le souhaitent. Qu’en pensez-vous ? Est-ce plutôt un frein ou une bonne chose selon vous ?

Imaginez qu’entre le moment où la première voiture a été commercialisée et le moment où la Ferrari capable d’atteindre une vitesse de 380km/h a été mise en vente, il se soit passé 12 ans et non 70 ans. Nous n’aurions pas eu le temps de créer le code de la route, de mettre en place les feux de circulation, de former une police de la circulation, etc. C’est parce que le développement de la voiture a pris tant de temps que l’on a pu construire l’environnement et le cadre routier dans lequel les différents produits routiers sont utilisés. Pour le numérique, les acteurs ont réussi à maîtriser une technologie qui a permis de rendre un immense service à l’humanité. Il faut le reconnaître. Le problème, c’est que tout est allé trop vite au niveau technique, et, du côté législatif et règlementaire, personne n’a eu le temps de comprendre quels étaient les abus possibles. Or, quand vous laissez à quelqu’un la possibilité d’abuser de sa position, en l’absence de régulation, il finit effectivement par le faire. Aujourd’hui, nous sommes obligés de rattraper ce retard. Pendant les dix premières années, Google était neutre, il ne pratiquait pas une politique d’accumulation précise des données et proposait les mêmes réponses à tout le monde. L’entreprise ne posait pas de problèmes sur le plan de la réglementation et des valeurs jusqu’à ce qu’elle se mette à exploiter les données personnelles qui lui parvenaient. C’est cette décision qui a rendu Qwant intéressant et possible. Nous nous posons en alternative.

Il existe aujourd’hui un mouvement de rétropédalage : nos amis américains ont tiré avantage du système à la fois sur le plan du traitement non contrôlé des données personnelles (car aucune loi ne régulait ces questions mis à part peut-être une loi américaine influencée par le lobbying) et sur le plan fiscal. Sur ce dernier point, l’Europe a créé sur tout le continent un maillage fiscal mité. Grâce à des techniques d’optimisation fiscales telles que le « double irlandais » ou le « sandwich hollandais », les grandes entreprises américaines du numérique s’arrangent pour ne payer quasiment aucun impôt en Europe. Il serait peut être bon d’essayer de forcer les acteurs non européens à s’aligner sur nos normes européennes. C’est un sujet sur lequel nous nous sommes déjà exprimés. Nous faisons d’ailleurs parti des 400 entreprises participant à l’« Open Internet project » ayant déposé plusieurs plaintes contre Google devant la Commission européenne pour « abus de position dominante ». Il faudrait imposer un impôt sur la valeur que ces entreprises créent sur notre territoire. C’est un combat qui nous semble juste à mener.

Pour revenir sur le règlement dont vous parlez, nous ne pensons pas que ce soit un frein, et ce pour une raison très simple. Notre activité est, et ce dès le départ, cent pour cent compatible avec toutes les valeurs exprimées par l’Europe, sur le plan technologique comme sur le plan éthique. Nous respectons déjà les exigences prévues dans le RGPD. Nous pouvons ainsi continuer notre croissance tout en respectant le cadre dans lequel nous évoluons.

Notre activité est, et ce dès le départ, cent pour cent compatible avec toutes les valeurs exprimées par l’Europe, sur le plan technologique comme sur le plan éthique. Nous respectons déjà les exigences prévues dans le RGPD.

Dans une interview, vous précisiez qu’il existe une réelle demande européenne de valorisation d’une identité régionale. A côté de votre politique sociale (je pense ici au fait de promouvoir la protection de la vie privée), vous favorisez également l’émergence de Qwant locaux en valorisant les cultures locales. Quel est l’intérêt de créer des moteurs de recherche spécifiques ? Pensez-vous avoir un rôle culturel à jouer dans le numérique ? La philosophe Barbara Cassin affirme dans son livre Google-moi, la deuxième mission de l’Amérique, que « l’alternative à Google passe par l’exploration de ce que Google a vocation à laisser de côté : le singulier, le style, l’œuvre, la pluralité des langues et des cultures comme telles [;..]. L’accès au singulier pourrait passer par des « structurations diversifiées » ». Est-ce un peu cela Qwant ?

Oui je trouve que c’est assez bien dit. Nous avons effectivement créé des Qwant locaux. Nous essayons de coller à la réalité culturelle locale des utilisateurs en France, en Europe et pourquoi pas un peu partout dans le monde. Je pense qu’il y a une réelle demande. Les gens sont contents, la diversité des cultures est indéniable en Europe. C’est un continent très fragmenté, ce qui n’est pas le cas des Etats-Unis par exemple, et nous souhaitons respecter ces spécificités. Nous valorisons également les langues des différents pays du continent en créant un vocabulaire numérique qui puisse être traduit.

L’usage d’Internet modifie sensiblement l’accès que nous avons au savoir. Ne pourrait-on pas finalement dire que ce qui différencie les moteurs de recherche entre eux c’est cette capacité à traiter l’information et à faire des liens différents entre les informations au sein de cette masse de données ?

La user experience est très importante : à partir du moment où l’on respecte les principes de Qwant (à savoir la neutralité et le respect de la vie privée), quelle est la conséquence la plus négative de ce mécanisme de mémorisation active et gigantesque des données des internautes ?  Eh bien, je dirais que c’est l’effet de sélection automatique. Les informations sélectionnées et proposées correspondent aux goûts des utilisateurs. Cette adaptation est présentée comme quelque chose de positif et même d’inédit. Tout cela pose néanmoins problème. On restreint la réalité quotidienne de l’utilisateur en la faisant strictement correspondre à ce qu’il recherche et à ses goûts. Vous pouvez avoir certaines habitudes de vie, d’alimentation, de fréquentation dans la ville où vous vivez tous les jours. Mais lorsque vous vous déplacez dans une ville différente, peut-être qu’il serait intéressant pour vous qu’un spectre plus large d’informations vous parvienne. Ainsi, notre politique est celle d’un accès à l’ensemble des activités qu’une ville (dans le cas de notre exemple) peut proposer (culturel, gastronomique, etc…). Les moteurs de recherche actuels conservent les données des utilisateurs et cherchent à faire constamment correspondre les propositions affichées en première page à l’univers mental de la personne qui pose la question. Il me semble que c’est un gros handicap.

Les moteurs de recherche actuels conservent les données des utilisateurs et cherchent à faire constamment correspondre les propositions affichées en première page à l’univers mental de la personne qui pose la question. Il me semble que c’est un gros handicap.

Nous souhaitons un mécanisme plus ouvert, et plus holistique car ce problème est très important. On vous fait croire que l’on vous facilite la vie, on construit une réalité pour vous, une réalité différente de celle de votre voisin. Or ce monde-là est le monde « vu par Google » et dans les intérêts de Google. En termes de hiérarchie des priorités, une entreprise s’intéresse souvent d’abord à ses propres intérêts, puis à ses clients (publicitaires notamment) et en dernier lieu à l’internaute. L’utilisateur devient le dernier maillon de la chaine. Nous souhaitons revoir ce business model et rendre à l’utilisateur une vision plus réelle des opportunités qui se trouvent autour de lui.

Image associée

N’est-ce pas une perte en termes d’efficacité, et un handicap par rapport à vos concurrents, que de ne pas conserver les données de vos utilisateurs ?

Non. Notre politique est bien de montrer à l’utilisateur l’ensemble des réponses possibles pour une question posée à un instant t. Lorsque vous vous reconnectez sur Qwant, vous repartez à zéro dans vos recherches. C’est notre moyen de proposer une certaine pluralité. Vous avez ensuite des annonces qui s’affichent comme étant clairement commerciales sur la page d’accueil, mais elles sont distinctes du reste.

Lorsque vous vous reconnectez sur Qwant, vous repartez à zéro dans vos recherches.

En tant qu’entrepreneur quelle est votre idée de l’Europe ? Vous avez décidé de vous attaquer à un domaine largement monopolisé par les Etats-Unis. Pensez-vous participer, grâce à une entreprise numérique, à l’émergence d’un commun ou d’une identité numérique européenne ? La question est un peu idéaliste mais elle souligne l’enjeu politique que vous pourriez porter et l’idée d’une Europe entrepreneuriale que vous pourriez incarner.

Non ce n’est pas si idéaliste. Je pense qu’aujourd’hui nous avons encore, en tout cas au niveau du grand public, le réflexe de penser national plutôt que de penser international. Mais au fur et à mesure que l’Europe progresse, je soutiens l’idée que nous allons faire face à la reconfiguration d’une Europe nouvelle, et que les citoyens pourront suivre ou soutenir un acteur émergent européen. Il est difficile de présager de l’avenir mais nous sommes sur une trajectoire de croissance. Je reste également conscient qu’il est difficile de parler d’une Europe, comme il est difficile de parler d’une Afrique par exemple. Il y a de fortes diversités culturelles et il est difficile d’entraîner les pays européens dans une direction convergente sur le plan du numérique ou même sur d’autres sujets.

Pour transmettre ça en un mot pour Qwant. Aujourd’hui, beaucoup de Français se mettent à utiliser notre moteur de recherche parce que celui-ci est français. Si on lance Qwant en Italie, cet argument est moins fort et paraît insuffisant pour inciter les internautes à l’utiliser. Il faut donc leur donner des raisons autres que l’idée nationale pour les fidéliser. Avec le temps, nous souhaitons créer un véritable moteur de recherche européen qui corresponde à l’ensemble des consommateurs européens.

Quel est selon vous ce qui vous distingue le plus des autres moteurs de recherche, et notamment de Google?

Notre principe est celui de la neutralité. Nous montrons le même contenu à tout le monde. Cette stratégie n’est d’ailleurs pas celle de nos concurrents. Un article publié par les scientifiques américains a prouvé que pendant les dernières élections américaines, Google générait automatiquement, pour ses utilisateurs indécis, des contenus « orientés » selon les préférences analysées par le moteur de recherche. Si l’on ne propose à l’internaute que des articles positifs sur Hillary Clinton, et que celui-ci n’a jamais l’occasion de lire des articles valorisant les positions politiques de Sander, il en tirera la conclusion qu’Hillary a raison.

Qwant ne fait pas ça. L’idée plutôt peut être de valoriser le débat en donnant des informations plus neutres et plus diversifiées. En cela on pourrait participer à l’élection européenne en pratiquant une politique maximale de neutralité. On retombe finalement sur notre volonté à proposer une perception non biaisée du monde.

Vous avez une vision optimiste de notre époque et des opportunités qui s’ouvrent. Pourriez-vous partager avec nous cet enthousiasme ?

Oui, je pense que nous sommes aujourd’hui dans une période extrêmement intéressante et porteuse d’espoirs ainsi que de nombreuses opportunités. Cette situation procède d’un développement significatif, depuis la fin du XXème siècle, de l’accès à la connaissance grâce à des réseaux de communication de plus en plus développés et une diffusion rapide du savoir.

La croissance démographique a explosé et a permis plus de richesse, de savoir et d’opportunités. Si l’augmentation de la population mondiale pose de nombreux problèmes (faim, accès aux ressources, pauvreté et injustice), cette tendance permet néanmoins une multiplication d’individus formés, inventifs, dynamiques qui créent de la valeur. Les problèmes d’aujourd’hui sont créés par les avancées d’hier. La pollution actuelle est la conséquence des outils mis en place pour pouvoir nourrir, loger, faire vivre cette population qui croit. Les problèmes d’hier ont ensuite été résolus par la technologie d’aujourd’hui et les problèmes d’aujourd’hui le seront par la technologie de demain. Le progrès se diffuse, se multiplie et nous observons une création de valeur originale et plus dispersée sur différents territoires.

J’ai cette image en tête : celle d’une mer sans vagues, calme et plate. Puis, un geyser apparaît, puis deux, puis trois et dix ans après c’est toute la mer qui se met à bouillir. La French tech c’est un peu ça. Il y a 5 ans, elle n’existait pas et aujourd’hui c’est un pôle dynamique composé de nombreux entrepreneurs, expérimentés ou pas – certains ayant déjà connu un échec après une première tentative. Tout cela génère de l’enthousiasme, de l’intérêt, de l’emploi et des opportunités pour l’avenir. Je ne crois pas du tout que les cinq prochains « Google » de la technologie viendront de la Silicon Valley. Ils viendront au contraire des autres coins du monde.

Entretien réalisé par Juliette Mollo.

Edition : Valentine Truchard.