La Turquie semble être sur le point de recevoir le premier d’une série de systèmes de missiles antiaériens russes, nommées S-400, d’ici le mois de juin. De plus, le Président Erdoğan a annoncé le 18 mai, que la Turquie et la Russie produiront ensemble le S-500, actuellement en cours de développement en Russie. En contrepartie, les Etats-Unis, inquiets de la possibilité d’un rapprochement renforcé entre Ankara et Moscou, menacent de sanctionner la Turquie et de les expulser du projet F-35. En effet, le temps presse pour les américains s’ils souhaitent empêcher l’accord turco-tusse conclue en 2017, puisqu’ils feront face à un fait accompli lorsque le premier S-400 arrivera en Turquie.

Tout au long de cette semaine électorale, Le Grand Continent vous propose une couverture inédite des résultats du seul scrutin continental au monde. Chaque jour, les correspondants du Grand Continent vous proposeront un aperçu des enjeux à venir, pays par pays. Aujourd’hui, on commence par les premiers deux Etats membres à voter: le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

Tout au long de cette semaine électorale, Le Grand Continent vous propose une couverture inédite des résultats du seul scrutin continental au monde. De jeudi soir à lundi matin, vous pourrez lire nos analyses exclusives et consulter sur notre plateforme exclusive les résultats électoraux en direct. Ce premier article présente les enjeux fondamentaux pour comprendre ce qui se déroulera dans les jours à venir.

Tandis que la question chypriote continue d’empoisonner une part conséquente des échanges entre l’Union européenne et la Turquie, l’expansionnisme d’Ankara, le prolongement des crises propres au Levant et la découverte de nouveaux champs gaziers en Méditerranée orientale pose la question d’une éventuelle évolution de la présence française dans la région. Celle-ci doit répondre à des enjeux protéiformes, de la lutte inachevée contre Daech à la sauvegarde des intérêts économiques français, en passant par la sauvegarde de l’influence française dans un espace soumis à des tensions croissantes.

À quelques jours du scrutin de dimanche, l’idée européenne est figée. Les think tanks et autres cercles de réflexion qui étaient autrefois des laboratoires d’idées sont enfermés dans une méthode qui ne correspond plus à la réalité. Pour donner une nouvelle dynamique à l’Europe, il faut changer de méthode – radicalement.

Le gouvernement italien a publié son rapport annuel sur l’état des exportations d’armes pour l’année 2018, conformément à la loi 185/1990. Bien que le nombre d’autorisations ait diminué, la liste des pays clients reste inchangée. Le Qatar reste le premier importateur. Les armes sont de plus en plus utilisées dans les pays non membres de l’Union et de l’OTAN, soulevant ainsi le risque que l’Italie alimente de nombreuses crises internationales.