Élargissement de l’Union : penser une Europe qui s’élargit

« Orbán a été un moteur de l’entrée de la Hongrie dans l’Union », une conversation avec Endre Juhász sur les coulisses d’une adhésion

Europe
Long format

Il y a vingt ans, l’Union accueillait dix nouveaux pays. Aujourd’hui, les futurs États membres contribuent déjà à la sécurité du continent.

Le prochain élargissement doit être pensé dans cette continuité. Mais pour l’achever, il faut aussi l’inscrire dans une série de transformations de l’Union et faire émerger un processus nouveau — crédible et attractif. Une perspective signée Milena Harito, ancienne ministre albanaise de l’Innovation.

Comment relancer l’Union  ? Quelques jours après un Conseil européen tendu pendant lequel l’ouverture des négociations en vue de l’adhésion a été difficilement obtenue par la Moldavie et l’Ukraine, cinq grandes voix européennes étaient réunies au Sommet Grand Continent. Entre la critique de ses insuffisances passées et élaboration de l’avenir, l’Union s’avance sur une ligne de crête plus étroite que jamais. Une lecture essentielle à cinq mois des élections européennes.

Comme celle du roman à travers l’histoire, la forme de l’Europe est en train de changer. En 2024, l’Union devra découvrir un nouveau modèle  : il nous est encore permis d’espérer. Un viatique pour ouvrir l’année — signé Javier Cercas.

Les démocraties du continent sont en crise. Ce ne sont pas les seules, mais c’est en Europe que tout peut basculer. Pour l’eurodéputée Pina Picierno, l’espace démocratique unique que constitue l’Union doit nous aider à construire un nouveau modèle étatique — à six mois des élections de juin prochain, le risque est grand de perdre à la fois l’État et la démocratie si nous n’y parvenons pas.

Il ne s’agit pas de savoir si l’Union européenne va s’élargir, ni quand, mais bien comment nous allons y parvenir. Alors qu’une nouvelle ouverture pourrait encore plus la transformer, il faut se nourrir de l’expérience des dernières décennies pour ne pas répéter les erreurs du passé et faire de l’élargissement une occasion de renforcer l’Union. C’est ce que défend Laurence Boone dans cette pièce de doctrine.

La séquence qui s’ouvre pour les neuf prochains mois jusqu’aux élections du Parlement européen en juin 2024 représente un tournant critique pour la politique de l’Union. Dans la guerre étendue, l’Union devra marcher sur une ligne de crête  : réussir un élargissement aussi périlleux que nécessaire tout en se transformant pour intégrer de nouveaux impératifs de sécurité.

Pierre Vimont dresse un cap pour l’agenda stratégique 2024-2029.