Les nouvelles règles du jeu allemand

Comprendre la géopolitique allemande en 10 cartes

Par l’équipe du gegallemand

Qu’est-ce que l’Allemagne ? Cette question devrait être au centre des préoccupations de chaque européen.

Notre chapitre allemand, aidé par le pôle cartographie, propose dix cartes exclusives pour représenter les dix perspectives qui permettent de comprendre la relation complexe entre l’Allemagne, sa nouvelle géographie et le reste de l’Europe.

Il s’agit d’un dossier nécessaire pour approcher l’élection allemande de dimanche que nous commenterons ce mardi à l’Ecole Normale Supérieure.


Géopolitique linguistique

 

1. L’apprentissage de l’allemand dans l’Union européenne

Pour les pays de l’Est, l’apprentissage de l’allemand pourrait constituer une Westbindung (“liaison avec l’Ouest”) qui permet en quelque sorte de rompre avec le passé socialiste où l’apprentissage du russe était fortement encouragé, et dont la rationalité économique est certaine étant donnée la circulation économique intense entre l’Allemagne et ces pays où les entreprises allemandes disposent leurs usines, ainsi que l’importante diaspora polonaise en Allemagne. L’accroissement de l’influence culturelle germanique n’est cependant pas sans équivoque, comme en témoigne la volonté du gouvernement polonais actuel de raviver des tensions historiques en provoquant son voisin sur la question des réparations.

Carte1 Linguistique


Démographie et migrations

 

2. Le vieillissement de la population en perspective européenne

Le vieillissement de la population allemande a souvent été avancé comme l’une des raisons principales expliquant l’accueil massif de migrants, sans comparaison avec les autres pays européens. Il existe de fait un écart entre l’Est et l’Ouest : par contraste avec les grandes villes de l’Est comme Berlin, Dresde ou Leipzig qui ont su se développer avec la transition, les périphéries et les campagnes se trouvent dans une situation assez difficile avec une émigration des jeunes vers l’Ouest importante depuis la réunification.

Carte2 Vieillissement.PNG

 

 

3. Les pays d’origine des personnes issues de l’immigration

Un Allemand sur 5 est issu de l’immigration en 2016 ; cette proportion a eu tendance à augmenter significativement sur la dernière décennie, et a augmenté avec l’afflux de réfugiés en 2015-2016. Les populations issues de l’immigration se concentrent en Allemagne de l’Ouest, et sont majoritairement originaires d’Europe. Par conséquent, l’arrivée de réfugiés du Proche et du Moyen-Orient, ainsi que de l’Afrique, représente une transformation importante de la structure des flux migratoires à destination de la République fédérale.

Carte 3 Immigration


Action extérieure

 

4. Les zones d’intervention de la Bundeswehr dans le monde

La Bundeswehr a eu tendance à accroître sa présence hors du territoire allemand sur les dernières décennies, avec un passage de 8 à 14 interventions étrangères entre 2005 et 2017. Ces engagements s’inscrivent dans le cadre de l’ONU, de l’Union européenne ou de l’OTAN, l’Allemagne apportant comme partenaire minoritaire son soutien à ses alliés occidentaux. Par exemple, l’Allemagne a envoyé des avions de reconnaissance en appui à ses alliés occidentaux en Irak et en Syrie. Le Livre blanc de la Défense adopté en juillet 2016 a acté l’objectif d’une montée en puissance du pays sur la scène internationale, avec une augmentation importante des dépenses de défense prévues d’ici 2024 défendu par la ministre Ursula von der Leyen (CDU) afin de respecter les engagements de l’OTAN.

 

Carte 4 Bundeswehr

 

5. L’OTAN et les dépenses de défense

La question des dépenses de défense a été un point important de divergence entre les différents partis candidats aux élections de septembre. Alors que la CDU défend les objectifs du gouvernement d’un doublement des défenses de défense d’ici 2024, Martin Schulz et le SPD ont agité le spectre d’une “spirale de l’armement”; ce dernier se positionne comme le parti du pacifisme, refusant de se soumettre aux exigences de l’OTAN exprimées de manière polémique par Donald Trump.

Carte 5 Défense

 

 

6. Une aide publique au développement relativement élevée

Le refus du SPD de l’objectif de 2% du PIB pour les défenses de dépenses s’est accompagné d’un discours mettant en avant les financements très importants que l’Allemagne consacre à l’aide publique au développement. Sigmar Gabriel a proposé d’inclure ces financements dans l’objectif de 2%, suggérant que l’aide humanitaire et la prévention des crises étaient aussi importantes pour la sécurité internationale que les dépenses de défense classiques.

Carte 6 Développement


Les enjeux économiques

 

7. Un taux de chômage parmi les plus bas de l’Union européenne

Le taux de chômage allemand a baissé de manière continuelle pour atteindre un niveau historiquement bas de 3,7% en juillet 2017 (Eurostat), et de 5,7% selon Destatis. Il y a pour la première fois moins de 2,5 millions de chômeurs en Allemagne, une première depuis 1990, ce qui entraîne une pénurie de main d’oeuvre dans certains secteurs. Le chômage reste toutefois nettement plus élevé dans les Länder de l’Est que dans ceux de l’Ouest.

Carte 7 Chômage.PNG

 

8. Un modèle social reposant sur un taux élevé d’emplois à temps partiel

L’Enfer du miracle allemand” titrait Le Monde diplomatique pour son édition de septembre 2017, faisant référence à la multiplication des emplois précaires et à l’augmentation des inégalités salariales qui s’observe en Allemagne sur les deux dernières décennies. Le taux de pauvreté a ainsi connu une augmentation continuelle durant les 10 dernières années. Contrairement à une opinion répandue qui peut être qualifiée de mythe Hartz, la modération salariale et de la flexibilisation du marché du travail ne sont pas le facteur déterminant dans l’expansion économique allemande, qui doit plus à la mise en place de nouvelles chaines de valeurs internationales avec les pays d’Europe de l’Est, et la demande de produits allemands dans les pays émergents, comme l’expose Thomas Piketty.

Carte 8 Temps partiel

 

 

9. La dette publique allemande diminue rapidement – ce qui n’est pas le cas pour les autres grands Etats de la zone euro

L’Allemagne rembourse chaque année une partie de sa dette publique grâce à l’excédent budgétaire qu’elle dégage chaque année depuis 2014 : la dette publique allemande a connu une baisse rapide de 76,3% du PIB au premier trimestre 2014 à 66,9% du PIB au premier trimestre 2017. La Commission européenne a appelé à plusieurs reprises à une hausse des investissements publics dans le pays, notamment dans le but de corriger le déséquilibre important que représente l’excédent courant record. Le FMI a exprimé une position similaire dans le dernier article IV de juillet 2017, appelant à une hausse des investissements publics dans les infrastructures et l’aide à la petite enfance. Dans la campagne électorale, Martin Schulz s’est emparé de ce sujet en proposant un seuil minimum d’investissements obligatoires, permettant notamment de réinvestir dans l’éducation. Angela Merkel privilégie une amélioration de l’efficacité des investissements sans hausse notable de leur niveau.

Carte 9 Dette publique

10. Un excédent commercial record réalisé principalement avec les autres pays de l’Union européenne

L’excédent commercial record est devenu la nouvelle question allemande : à 252 milliards d’euros en 2016, il représente 8% du PIB allemand. Le FMI, la Commission européenne et la plupart des partenaires européens de l’Allemagne ont exprimé leur inquiétude face à une telle accumulation de déséquilibre, qui fragilise notamment la cohésion de la zone euro. La réponse de la classe politique allemande est de se féliciter de la compétitivité de leur économie, se donnant pour modèle aux autres pays, et de souligner que les pouvoirs publics allemands n’ont pas de prise sur des facteurs comme le taux de change de l’euro ou le cours du pétroleScreenshot 2017-08-24 23.44.37

Carte 10 Excédent commercial