Matthieu Caillaud


La victoire dans les villes d’Istanbul, d’Ankara, d’Antalya et de Mersin offre une consolation de prestige pour le CHP, alors que le score de l’AKP ne s’érode pas, restant au même niveau qu’en 2014. Mais les problèmes économiques grandissant de la Turquie ont rattrapé le « reis », qui a pourtant pesé de tout son poids dans cette campagne. Le CHP sera-t-il capable de saisir cette opportunité pour se reconstruire ?

Alors que l’attractivité et l’activité des ports français est en berne, la perspective d’un “Brexit dur” pourrait également priver la France d’une grande partie du commerce transmanche. Plus généralement, c’est toute l’infrastructure portuaire, et surtout les liaisons avec les infrastructures terrestres, qui est à améliorer pour que la France devienne une véritable puissance commerciale maritime européenne.

L’opposition de Matignon et de l’Elysée au projet de fusion entre Naval Group et Fincantieri relance la compétition entre Rome et Paris, et par la même occasion la question de la stratégie française dans les projets d’armement européens. Le cas de Thalès est particulièrement révélateur : fleuron technologique français, il n’est présent dans aucun des grands consortiums d’armement. En sous-main, c’est toute la stratégie de Paris dans l’industrie européenne de la défense qui est à repenser, et plus largement, la future organisation de “l’Europe de la défense”.

Alors que les États-Unis et l’Union cherchent à faire adhérer les pays balkaniques aux idéaux économiques et démocratiques occidentaux, la Chine y développe sa Belt and Road Initiative. Les investissements chinois font craindre aux Occidentaux une perte d’influence, alors que la stabilité politique est constamment remise en cause par Moscou. Dans cette partie de poker, la Turquie a également réinvesti les territoires que l’Empire ottoman contrôlait autrefois.

Alors que l’OTAN a accueilli l’année dernière dans ses rangs le Monténégro, l’organisation renforce ses positions dans les pays de l’ex-Yougoslavie. La Bosnie-Herzégovine, déjà très fragilisée, se présente comme le futur théâtre d’affrontements entre l’organisation et Moscou.

Après la diffusion d’une vidéo d’exécutions au Cameroun montrant des soldats utilisant des armes fabriquées en Serbie, Amnesty International a demandé au pays de cesser d’y exporter des armes. Ces événements mettent en lumière la très bonne santé économique de l’industrie d’armement serbe, et des pays balkaniques en général.