Ramona Bloj


Lundi 26 août, l’Alliance des libéraux et démocrates (ALDE), dirigée par Călin Popescu Tăriceanu, a annoncé sa décision de quitter la coalition de gauche, au pouvoir jusqu’à présent. Si la Première ministre Viorica Dancilă a déclaré que le PSD continuera à gouverner, le pari n’est pas gagné et une période d’instabilité politique pourrait marquer les prochains mois.

60% des citoyens roumains font confiance au Parlement européen, contre 24% pour le parlement national et 23% pour le gouvernement. La Roumanie est le pays où la pression des institutions européennes pour préserver l’État de droit et continuer la lutte contre la corruption, a porté fruit.

La cérémonie officielle de lancement de la première Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne a eu lieu à Bucarest, jeudi 10 janvier 2019, à l’Athénée roumain. Cette présidence qui devrait gérer des dossiers complexes comme le Brexit et les négociations pour l’adoption du cadre financier pluriannuel suscite les inquiétudes de Bruxelles à cause de la corruption et des multiples tentatives du gouvernement de remettre en cause l’État de droit.

Environ 100 000 personnes, majoritairement des expatriés roumains, ont manifesté vendredi à Bucarest contre la corruption et les abus de l’actuel gouvernement. La réponse des forces de l’ordre, qui ont utilisé du gaz lacrymogène et des canons à eau pour disperser les manifestants, n’a fait qu’augmenter la tension à travers le pays. Des mois à venir difficiles pour le parti au pouvoir.