Théophile Rospars


Le gouvernement roumain PSD-ALDE est sous le feu de la critique tant nationale qu’internationale à cause de sa réforme du système judiciaire. La pression a pris une nouvelle ampleur la semaine dernière avec la publication de communiqués officiels par les principaux pays occidentaux, dont la France, l’Allemagne et les États-Unis, et la convocation à un référendum par le Président Iohannis (PPE) le 26 mai prochain. Signaux faibles provenant de la Présidence du Conseil de l’Union.