Asie Orientale

Long format

Lundi 1er février, l’armée a pris le pouvoir en Birmanie et déclaré l’état d’urgence pour un an. Ce coup d’État est-il appelé à se transformer en prise de pouvoir permanente, marquant ainsi la fin de la transition démocratique entamée dans ce pays depuis plus de dix ans  ? Deux clés d’analyse peuvent permettre d’apporter des éléments de réponse  : l’étude des forces politiques en présence au sein d’un pays qui hérite, par son histoire, d’un régime politique singulier, et celle des enjeux géopolitiques liés à la résolution de cette crise.

Il y a 180 ans, Hong Kong était proclamé territoire souverain du Royaume-Uni. Le territoire de Hong Kong est aujourd’hui devenu l’un des sujets majeurs de politique intérieure pour le régime chinois.

Fin décembre, l’Union signait avec la Chine un accord d’investissements, décrié en Europe en raison des faibles garanties de respect du droit du travail par les Chinois et du bénéfice que l’Allemagne devrait en tirer au premier chef. Pour Luuk van Middelaar, l’accord Union-Chine donne une clé de lecture sur l’avenir de la relation transatlantique.

À l’occasion du congrès du Parti du travail de Corée, le 5 janvier, Kim Jong-un a reconnu l’échec de son plan quinquennal économique et la difficulté de la situation économique de la Corée du Nord en temps de pandémie. Un aveu surprenant alors que le régime prétend avoir atteint l’utopie communiste depuis 2012  ; un véritable tournant pour une Corée du Nord faisant face à la pandémie  ?

A Pékin, l’agenda politique se précise et approche à grands pas, alors même que la pandémie n’a pas disparu. 2021 sera l’année du centenaire du PCC et en 2022 se tiendra le 20e Congrès. La crise sanitaire a été une formidable occasion pour Xi Jinping de concentrer son pouvoir, de le légitimer et de préparer le prochain Congrès. Le calendrier rassemble par conséquent, et sur les deux années à venir, deux rendez-vous d’une importance cruciale tant sur le plan économique que stratégique. Cet article propose une analyse nuancée de la mise en scène de la victoire du Parti-État sur la pandémie de Covid-19.

L’année prochaine, le Bangladesh fêtera ses 50 ans d’existence. En 2020, le pays célèbre le centenaire de la naissance de Sheikh Mujibur Rahman, leader du mouvement national de libération et premier dirigeant du pays qui connut une fin tragique. Pour célébrer l’anniversaire, les autorités du pays ont décidé d’ériger des statues représentant le «  père de la Nation  ». Une initiative qui ne plait pas aux islamistes radicaux car contraire aux règles de la charia.

Signé ce dimanche 15 novembre par écrans interposés, l’accord de partenariat économique global régional (RCEP) devient le plus grand accord commercial au monde. Alors que le contexte de crise sanitaire force au repli sur soi et au protectionnisme, le RCEP se dresse comme une réaffirmation en faveur du multilatéralisme et du libre-échange puisqu’il prévoit, à […]