Politique

Long form

Et si le cycle des Printemps arabes que l’on pensait achevé resurgissait en Algérie ? Sous la pression populaire, le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a annoncé le 11 mars qu’il ne briguerait pas de cinquième mandat, promettant de mettre en œuvre la transition démocratique exigée par les manifestants. Cet article esquisse une généalogie de la crise politique algérienne la plus importante depuis 2002 et la fin de la guerre civile.

Les menaces qui troublent le repos des démocraties ne viennent pas seulement dans le sillage des républiques autoritaires : Peter Thiel, libertarien convaincu, membre du conseil d’administration de Facebook, prêche la fin de l’Etat.