Politique

Long format

Inspirés par le mouvement des camionneurs à Ottawa, des «  convois de la liberté  » cheminent vers Paris et voudraient «  bloquer la capitale  » pour lutter contre les restrictions sanitaires. Dans toute l’Europe, de tels mouvements se propagent depuis l’année dernière. Selon Paweł Zerka, pour désamorcer l’argument de l’extrême droite selon lequel elle serait la seule à pouvoir défendre la liberté, il faut être capable de montrer que sa définition de la liberté est fragmentaire – et en proposer une autre.

Lundi 31 janvier 2022, la réforme constitutionnelle qui accroît les prérogatives de la monarchie hachémite au pouvoir et de son roi Abdallah II a été publiée au Journal officiel Jordanien, après un passage rapide au Parlement. D’un État géopolitique à une géopolitique étatique, cette transformation est l’occasion de faire archéologie de la santé politique d’un pays dont le rapport avec l’échelle règle jusqu’aux arcanes de sa monarchie et de son droit constitutionnel.

C’était le dernier recours  : faute d’accord entre les partis, le Parlement italien a prolongé au Quirinal le Président de la République sortant Sergio Mattarella. Pour Giovanni Orsina et Lorenzo Castellani, qui analysent dans le Grand Continent les étapes de cette élection, il s’agit d’un symptôme pointant vers un changement de système politique en Italie.

«  Celui qui entre en Pape, sort en Cardinal.  » Depuis lundi, le Parlement italien a commencé à voter pour élire le prochain Président de la République, qui succédera à Sergio Mattarella pour un mandat de sept ans. C’est l’un des moments les plus importants et les plus intéressants du calendrier électoral italien. Six questions et six réponses pour naviguer dans cette semaine décisive. 

Pourquoi cette élection du Président italien est-elle si importante  ? Cette figure, évolutive, émerge au milieu des crises – et finit par se transformer. Dans cette étude, Mario de Pizzo revient sur l’histoire brève du Quirinal et interroge le constitutionnaliste Francesco Clementi  : un nouveau pouvoir est là, faut-il l’entériner  ?