Politique

Long format

Alors qu’on célèbre le 47e anniversaire de la Révolution des œillets, la figure de Salazar ne cesse de fasciner une partie de la droite. Du Brésil au Portugal, en passant par la France et les États-Unis, de nombreux contemporains – libéraux, conservateurs, nationalistes – continuent de se réclamer du dictateur portugais, de sa méthode et de ses idées. Cette riche enquête propose une synthèse sur la postérité du salazarisme.

Deux visions du monde, deux visions du droit  : le cadre normatif permet-il seul d’expliquer l’évolution des relations entre l’Union et la Russie, de partenaires en 2000 à rivaux en 2021  ? Pas uniquement. Face à la contestation russe de ce modèle, l’Union européenne a été incapable de repenser son autoreprésentation dans ses relations avec Moscou et de considérer que son approche pouvait être tenue pour un défi géopolitique vu de Moscou.

Le technopopulisme est issu d’une déconnexion entre la politique et la société  : loin de résorber cette séparation, les technopopulistes l’exacerbent, érodant toujours plus les assises de la représentation démocratique. La clef pour sortir de cette impasse est dans la recherche de nouvelles formes d’intermédiation politique.

Après la victoire de la droite incarnée par Guillermo Lasso en Équateur et face au second tour au Pérou qui opposera Pedro Castillo (gauche) à Keiko Fujimori (droite), l’ancien président colombien, Ernesto Samper, et l’ancien ministre des Affaires étrangères équatorien, Guillaume Long, font le point sur les difficultés et les défis qui attendent la gauche progressiste en Amérique latine.

Des élections présidentielles ont eu lieu en Équateur, rendant le pouvoir à la droite conservatrice, avec la victoire de Guillermo Lasso lors du deuxième tour, et au Pérou, où tout indique un deuxième tour entre Pedro Castillo (gauche radicale) et Keiko Fujimori (droite populiste conservatrice). En Bolivie, se sont tenues également des élections régionales et municipales. C’est dans ce contexte que Felipe Bosch analyse le nouvel ouvrage collectif dirigé par Franck Gaudichaud et Thomas Posado.

Dans les régions du Sahara et du Sahel, la gestion de l’exploitation artisanale de l’or entraîne une coopération entre les acteurs non étatiques (groupes armés non étatiques, forces de police et entrepreneurs) et les acteurs étatiques. À travers des dynamiques complexes et consolidées, les acteurs maliens renforcent l’équilibre fragile d’une forme de gouvernance hybride en intégrant l’exploitation aurifère artisanale dans le système du clientélisme.

Dans cette longue conversation qui ouvre la traduction italienne de The New Class War de Michael Lind, qui vient de paraître aux Luiss University Press, Raffaele Alberto Ventura et Lorenzo Castellani partent des thèmes mis en avant par le penseur américain pour proposer une réflexion sur les fractures et les recompositions en cours dans la politique et les sociétés mondiales, en soulignant la dimension elle-même idéologique de ce nouveau clivage.