Perspectives sur l’actualité


Le 23 septembre, les juges du tribunal de Palerme ont rendu leur verdict en appel sur un important procès  : pendant la période 1992-1994, la mafia sicilienne a-t-elle fait du chantage à l’État italien pour ouvrir une négociation  ? Dans cette étude documentée par les éléments du verdict de première instance, Lorenzo Capussela se replonge dans une période de l’histoire économique et politique italienne dont les enseignements n’ont pas cessé d’être pertinents.

Plus d’un an après avoir été lancée à l’initiative Ursula von der leyen, la Conférence sur l’avenir de l’Europe a débuté ses activités ce week-end sous forme de panels, avant de se réunir en assemblée plénière à la fin du mois prochain. Pour Guillaume Sacriste et Karolina Borońska-Hryniewiecka, il faut accorder une place plus importante aux députés nationaux afin de renforcer la légitimité de la Conférence, au risque que les discussions ne débouchent pas sur des propositions politiques concrètes.

Depuis sa création il y a 30 ans, le Mercosur n’a jamais eu un avenir aussi incertain. Alors que le gouvernement uruguayen vient d’annoncer qu’il entamerait «  une étude de préfaisabilité  » pour avancer vers un accord de libre-échange avec la Chine, en dehors du Mercosur, Bernabé Malacalza et Juan Gabriel Tokatlian analysent son processus d’intégration, affaibli par la perte de confiance entre ses membres et par les nouveaux équilibres mondiaux.

La Russie de Vladimir Poutine est entrée dans une phase brejnévienne. À l’approche des élections législatives – même si la victoire du parti au pouvoir, Russie unie, semble assurée – la question de la nature technocratique et autoritaire du régime ainsi que de son avenir dans le temps long se pose. La Russie telle qu’elle est pourrait bien survivre à son leader actuel.

Le Covid-19 a-t-il normalisé le recours à l’endettement au point d’installer un nouveau paradigme  ? Au cours de l’histoire, la fonction de la dette a beaucoup évolué, de même que le regard porté sur elle – jusqu’à aujourd’hui. Dans cette note pour le Groupe d’études géopolitiques, l’économiste Barry Eichengreen plaide pour une défense constructive de la dette publique après la pandémie.

Prix du carbone ou réglementation, au fond peu importe  : d’une manière ou d’une autre, l’économie va subir un choc d’offre négatif, dont l’ordre de grandeur sera proche de celui du choc pétrolier de 1973-74. La transition vers la neutralité carbone au pas de course est un immense défi macroéconomique, qu’il s’agit de prendre à bras le corps – avec toutes les conséquences que cela implique.