Perspectives sur l’actualité


Conversation avec Ulrike Guérot

Depuis les tous premiers jours de la pandémie, la solidarité européenne a été mise à rude épreuve. L’accord historique obtenu le 9 avril par l’Eurogroupe relance le débat autour de la capacité de l’Union à surmonter la crise de manière unie. Dans ce texte inédit, Ulrike Guérot interroge l’avenir de la solidarité européenne à lumière de la crise en cours. L’Europe de l’après-corona sera-t-elle encore capable de penser une démocratie continentale  ?

Conseil des Ministres, Turquie

La Turquie est en «  confinement volontaire  », et comme tous les autres pays avant elle, elle attend la vague meurtrière des infectés du SARS-CoV-2. Dans le même temps, à grand renfort de communication sur les réseaux sociaux, le président Recep Tayyip Erdogan se veut rassurant, répétant que l’Etat turc se prépare depuis deux mois à cette situation, et que toutes les mesures ont été prises. Pourtant, sur le terrain, le mécontentement augmente. Plus qu’une crise passagère, la situation actuelle est un test dans tous les domaines pour l’AKP, dans la perspective de son maintien au pouvoir et des élections de 2023.

Des économistes estiment qu’un triptyque construit autour d’un fonds Covid (doté d’une capacité d’emprunt), de garanties de crédit spécifiques via la Banque européenne d’investissement et de lignes de crédit dédiées telles qu’une ligne Covid du Mécanisme européen de solidarité MES ou le plan de soutien temporaire récemment proposé pour financer le chômage partiel (SURE) serait adéquat, à condition qu’il soit correctement dimensionné et permette des emprunts à très long terme.

Nos réseaux sociaux notre régulation Jean Cattan Serge Abiteboul

La crise actuelle témoigne de combien les réseaux sociaux sont devenus une infrastructure sociétale essentielle. Demain, la question de leur régulation se posera avec peut-être encore plus d’acuité qu’hier. Serge Abiteboul et Jean Cattan considèrent les différentes voies existantes en la matière. Parmi elles, celle de la régulation-supervision permettrait de répondre aux problèmes posés par les réseaux sociaux sans diminuer leurs apports essentiels pour la société.

Alfred Kubin, Homme

La crise du coronavirus a semblé être l’occasion d’évaluer les mérites respectifs des régimes démocratiques et dictatoriaux. Et pourtant, pour Michel Wieviorka, il faut dépasser cette opposition stérile pour étudier le rapport que les sociétés humaines entretiennent avec l’idée de progrès pour comprendre pourquoi les gouvernements et les populations réagissent de manières différentes à l’épidémie.