Perspectives sur l’actualité


Le Covid-19 a-t-il normalisé le recours à l’endettement au point d’installer un nouveau paradigme  ? Au cours de l’histoire, la fonction de la dette a beaucoup évolué, de même que le regard porté sur elle – jusqu’à aujourd’hui. Dans cette note pour le Groupe d’études géopolitiques, l’économiste Barry Eichengreen plaide pour une défense constructive de la dette publique après la pandémie.

Prix du carbone ou réglementation, au fond peu importe  : d’une manière ou d’une autre, l’économie va subir un choc d’offre négatif, dont l’ordre de grandeur sera proche de celui du choc pétrolier de 1973-74. La transition vers la neutralité carbone au pas de course est un immense défi macroéconomique, qu’il s’agit de prendre à bras le corps – avec toutes les conséquences que cela implique.

Si Joe Biden souhaite réellement «  reconstruire en mieux  », il devra prendre en compte les nouveaux paramètres des inégalités à l’ère numérique afin de construire «  vers l’avant  ». Selon Nathan Gardels, cofondateur de l’Institut Berggruen, la solution viendra des États, comme la Californie, tant en matière de participation démocratique que d’innovation.

Alors que l’échéance du parachèvement de la construction du gazoduc Nord Stream 2 dans la mer Baltique approche, les tensions s’intensifient sur les deux rives de l’Atlantique. L’accord germano-américain signé en juillet atteste de la décision de l’administration Biden de ne pas sanctionner les entités impliquées dans la construction du gazoduc, et consacre pour l’Allemagne la montée en puissance de la notion de solidarité énergétique.

Donald Trump a été le produit et non le créateur de la droite populiste américaine. Depuis l’élection de Joe Biden, certaines franges du parti républicain se sont faits les champions d’un nouvel autoritarisme anti-démocratique. Conspirationnistes, elles nourrissent un certain enthousiasme pour les dirigeants autoritaires étrangers et tentent désespérément de faire en sorte que le trumpisme survive à Trump – sans succès pour l’instant. Une perspective signée David Bell.

Une partie de la jeunesse étudiante libanaise se réunit dans des «  clubs laïcs  ». Ces jeunes souhaitent s’extirper du système confessionnel en vigueur depuis l’indépendance du pays, car il sous-tend selon eux un clientélisme qui gangrène la classe politique. La situation économique et politique est devenue critique depuis l’explosion d’août 2020, et appelle plus que jamais à une volonté politique qui propose une troisième voix face aux forces traditionnelles.