Perspectives sur l’actualité


Depuis quelques années, les autorités chinoises ont marqué une tendance de l’ouverture de la justice au droit international, domaine dans lequel la Chine était plutôt vue comme un mauvais élève. Mais il est impossible de comprendre et de mesurer ce geste d’ouverture sans le replacer dans la diplomatie active que Xi Jinping mène dans le cadre des Nouvelles Routes de la Soie. Plongée dans une dimension méconnue de la stratégie globale de Beijing.

À quelques jours du scrutin européen, des mots flottent dans le débat : populisme, nationalisme, progressisme ou encore souveraineté, qui dessinent aujourd’hui les lignes de force d’un véritable champ de confrontations politiques. Trop souvent, l’utilisation fréquente de ces notions dans les débats publics ne reflète pas suffisamment la complexité de leur définition et doit conduire à un travail indispensable d’analyse et de clarification. Ces derniers mois, des membres du Groupe d’études géopolitiques et de l’Institut Jacques Delors se sont réunis régulièrement pour tenter de clarifier cette notion. « Les mots de la campagne » est le rapport qui rend compte de leurs dicussions.

Le 2 mai Donald Trump a annoncé une augmentation de 10% à 25% des taxes sur plus de 200 milliards de biens chinois. Ces nouveaux tarifs devraient être mis en œuvre à partir du 10 mai. La Maison Blanche entend ainsi affronter « la lenteur » des négociations commencées mardi dernier à Beijing entre les États-Unis et la Chine. Pourtant, l’interdépendance trentenaire entre les deux pays est déjà un facteur de risque pour l’économie mondiale depuis des années. La montée des tensions entre les deux géants pourrait provoquer une crise globale sans précédent mais aussi amorcer une progressive désintermédiation.

La rivalité entre la France et l’Italie sur le dossier libyen n’est pas nouvelle. Depuis 2011, les positions des deux pays divergent radicalement, au point de se livrer à une concurrence féroce, qui a culminé avec le rappel de l’Ambassadeur de France à Rome. Dans ce contexte, l’attaque de Khalifa Haftar sur Tripoli change la donne : embourbées dans leur rivalité, Paris et Rome s’écartent du jeu libyen malgré elles, laissant la place à des puissances non européennes.

La réponse européenne a longtemps tardé en raison des inquiétudes que suscite l’initiative chinoise. Cependant, alors que certaines puissances telles que les États-Unis tentent de s’opposer frontalement au projet chinois, l’Union européenne a choisi de développer un plan de connectivité qui pourrait être complémentaire à l’Initiative.

Un dossier synthéthique et quelques cartes pour saisir les limites l’un des dossiers les plus complexes de la géopolitique européenne.

Trois ans jour pour jour après la signature de l’Accord de Paris sur le climat, le changement climatique est sur toutes les lèvres. À travers le mouvement des Fridays for Future, des élèves et étudiants du monde entier font grève avec Greta Thunberg le vendredi. La communauté scientifique lance des appels désespérés. Tandis que quelques (rares) chefs d’États nient son existence, nombre d’autres se déclarent prêts à l’action. En s’intéressant à ce qu’est une COP, on en revient à se poser une question simple : pourquoi est-il si difficile de sauver la planète ?

C’est le débat qui agite passionnément la France depuis lundi soir : puisqu’il faut reconstruire Notre-Dame, et vite, comment la reconstruire ? Refaire la flèche à l’identique ou s’adapter à la mode du temps ? Ce débat n’est pas nouveau. Carlo de Nuzzo et Cécile Maisonneuve passent en revue, à travers une série d’études de cas, les différentes postures architecturales face à la question de la reconstruction.