Perspectives sur l’actualité


La rivalité entre la Chine et les États-Unis se joue au-delà des limites de l’atmosphère. L’invasion de l’Ukraine par la Russie met un coup d’arrêt à tout espoir de continuer la coopération spatiale. C’est désormais certain  : le rêve de la paix par l’espace est derrière nous. Pour Raffaele Mauro et Alessandro Aresu, les auteurs de I Cancelli del cielo (LUISS), nous risquons d’entrer dans une nouvelle guerre de l’espace.

«  Nous pensions que 2019 était la pire année  ; elle pourrait bien s’avérer être la meilleure des dix prochaines années.  » Depuis un mois, les habitants de Shanghai font face à un confinement drastique, des rationnements, une politique de tests draconienne.
Sur les réseaux et les forums, l’entraide essaye à grand peine d’étouffer les cris d’angoisse.

Dans le temps long, il faudra patiemment défaire le contre-récit russe. Mais dans l’immédiat, la question reste ouverte  : le régime poutinien a-t-il un projet génocidaire en Ukraine  ? Il n’est pas possible de le nier purement et simplement. Selon Jean-Yves Pranchère et Anna Zielinska, nous ne devrions pas écarter les outils juridiques qui permettent de s’opposer au génocide qui pourrait se produire devant nos yeux. 

Pour l’historien Georges-Henri Soutou, la séquence ouverte par l’invasion de l’Ukraine par la Russie ne nous entraîne pas dans une nouvelle guerre froide. En revanche, elle entérine le retour d’une géopolitique brutale entre l’Est et l’Ouest, dans laquelle l’Europe devra à tout prix maintenir son autonomie d’observation et d’interprétation.