Skopje. Pour la première fois dans l’histoire de ce jeune pays qu’est la Macédoine du Nord, le Pape François s’est rendu, le 7 mai dernier, à Skopje dans la foulée d’un déplacement régional débuté à Sofia. Sa visite d’une dizaine d’heures a débuté par une rencontre avec les autorités publiques au palais présidentiel1 démontrant également sa représentation en tant que chef d’État, marquant vingt-cinq ans de relations diplomatiques entre les deux pays. En présence des deux présidents de la république élus, en pleine semaine de transition présidentielle entre le président Gjorge Ivanov (VRMO-DPNE) et le président Stevo Pendarovski (SDSM), le Saint-Père les a encouragés à continuer sur le chemin établi de paix et d’acceptation, dans ce pays hétérogène à la forte diversité ethnique et religieuse2.

Le Saint-Père s’est ensuite rendu à la maison-mémorial de Mère Thérèsa pour prier et rendre hommage à la Sainte catholique et prix Nobel de la paix, née à Skopje dans une famille albanaise, avant de célébrer une messe et une rencontre interreligieuse place Macédoine, transformée à nouveau pour l’occasion, parfaitement arrangée et couverte de tentures blanches, masquant ainsi les travaux toujours en cours de l’ambitieux projet urbain Skopje 2014. La foule nombreuse regroupée pour l’occasion a ainsi pu écouter le message d’espoir et de fraternité que le Pape François a délivré durant son homélie, fortement inspiré de l’actualité macédonienne. Il a en effet appelé à s’éloigner de la désinformation (de nombreuses infox ont notamment été produites à Vélès, petite ville du pays3) et de se libérer du déshonneur et de l’ignominie ; visant certainement par la même des faits de corruption ayant récemment touché le pays, entre eux le mandat d’arrêt et la fuite de l’ancien Premier ministre macédonien Nikola Gruevski 4.

En mettant l’accent sur l’importance de quitter la « réalité virtuelle » pour retourner au monde réel, le Pape a invité les fidèles à revenir vers des valeurs plus fraternelles.5. Appel à la paix et à l’union notamment interethnique, ses mots semblent avoir eu un véritable impact particulièrement chez les jeunes macédoniens. Le Saint-Père a d’ailleurs par la suite consacré une heure de son temps à des jeunes venus du pays et de la région et réunis devant la cathédrale de Skopje.

GEG | Cartographie pour Le Grand Continent

Là, il a exhorté la jeunesse de continuer à « rêver, et rêver grand », mais surtout de « rêver ensemble ! ». Dans un pays où la jeunesse désillusionnée a tendance à émigrer en masse6, ces quelques mots à la symbolique forte tenaient un poids particulier en face des jeunes macédoniens. Le Pape a aussi rappelé les racines artisanales du pays, et a invité à devenir artisans de nos propres espoirs ; toujours en ressassant des valeurs nobles telles que la paix, la patience et le dévouement. Les grandes réalisations étant selon lui faites d’effort, mais aussi de risques et de courage, François a ainsi délivré un fort message d’espoir et de force, dans un pays qui a parfois tendance à la division et au désespoir.

Pour terminer sa visite, le Saint-Père a rendu visite dans la cathédrale du Sacré-Cœur de Jésus de Skopje aux quelques 22 prêtres qui se consacrent à environ 20 000 fidèles de rite catholique du pays7, soit à peine 1% de la population (majoritairement orthodoxe)8, avant de quitter la Macédonie du Nord pour Rome. Il laisse ainsi derrière lui un fort sentiment d’espoir et d’unité dans un pays multiethnique où la jeunesse apprend parfois deux langues et cultures différentes en parallèle, sans toujours se mélanger, mais en cohabitant pacifiquement depuis plusieurs années9.

Enfin, il a réussi la prouesse d’aider à « placer la Macédoine du Nord sur une carte » 10, un pays en effet méconnu et peu prise en compte par l’église catholique même car contenant peu de fidèles catholiques, alors qu’il se trouve au cœur de l’Europe et notamment de l’actualité géopolitique européenne.  

GEG – Cartographie pour Le Grand Continent

Perspectives :

  • Dans quelle mesure les mots et préconisations du Pape pourraient perdurer et agir sur l’évolution, la structuration et la cohésion du pays à long terme ?
  • La notoriété soudaine de la Macédoine du Nord ainsi provoquée pourrait aider aussi, dans une certaine mesure, à son développement à l’international, notamment sur le plan touristique.
  • La visite papale peut influer aussi sur le processus d’intégration à l’Europe de la Macédoine du Nord, dans la perspective d’une hypothétique ouverture des négociations souvent promise pour juin prochain.
Sources
  1. Programme of the Apostolic visit of Pope Francis to the Republic of North Macedonia, 7 mai
  2. Pope in North Macedonia: Full text of speech to authorities, civil society, diplomats, Vatican News, 7 mai 2019
  3. NORMANDE Marie, Retour à Vélès, capitale mondiale de la «fake news» , Les Yeux du Monde, 3 juillet 2018
  4. NONNE Charles, Nikola Gruevski, réfugié politique hors du commun, Le Grand Continent, 2 décembre 2018
  5. Pope at Mass in North Macedonia: hunger for God, fraternity, encounter, Vatican News, 7 mai 2019
  6. CHAMBERLAND Julie, L’exil de la jeunesse de Macédoine, partir et pourquoi ?, Hajde.fr, 30 novembre 2016
  7. En Macédoine du Nord, le Pape a semé des graines de fraternité, Vatican News, 8 mai 2019
  8. SURK Barbara, Visit by Pope Francis Helps Put North Macedonia on the Map, The New York Times, 7 mai 2019
  9. UNDP North Macedonia, A creative approach to multi-ethnic cooperation amongst young people in Kumanovo, 12 janvier 2017
  10. SURK Barbara, Visit by Pope Francis Helps Put North Macedonia on the Map, The New York Times, 7 mai 2019