Abonnez-vous à nos Lettres Restez informés des actualités du Grand Continent

C’est aujourd’hui évident : les nouvelles extrêmes droites sont là pour rester. Les résultats obtenus par Marine Le Pen à l’élection présidentielle montrent sans ambiguïté que près de la moitié des électeurs français considèrent la dirigeante du Rassemblement national (RN) comme une option valable pour la présidence de l’un des pays fondateurs de l’Union européenne. Si le front républicain a permis à Emmanuel Macron de rester à l’Élysée pour cinq années supplémentaires, Le Pen a largement réussi à se dédiaboliser, facilitée aussi par l’entrée en scène d’Éric Zemmour. Mais il semble naïf que de nombreux analystes et citoyens ne prennent conscience de tout cela que maintenant.

Comme l’a souligné Cas Mudde, l’extrême droite s’est normalisée depuis longtemps. Selon le politologue hollandais, avec le tournant du millénaire, nous sommes entrés dans la quatrième vague de d’ultradroite marquée précisément par le phénomène de dé-marginalisation des nouvelles extrêmes droites1. D’acteurs minoritaires et exclus des institutions ou, du moins, relégués à la marge, ces formations sont devenues un acteur politique ancré dans les territoires, présent dans les parlements et accepté par un pourcentage élevé de la population. Bien sûr, la Hongrie, où Viktor Orbán gouverne depuis douze ans avec des majorités absolues et gouvernera encore quatre ans, et la Pologne, où le PiS est au pouvoir depuis deux mandats, sont les cas les plus emblématiques et les plus inquiétants, mais l’Europe de l’Est n’est pas la seule. Depuis la fin du siècle dernier, les nouvelles extrêmes droites ont fait leur entrée dans les exécutifs de divers pays d’Europe occidentale. N’oublions pas que le Movimento Sociale Italiano, sur le point de devenir Alleanza Nazionale, a cessé d’être le polo escluso2 de la politique transalpine dès 1994, lorsqu’il est entré au gouvernement aux côtés de Forza Italia et de la Lega Nord : au cours des deux décennies suivantes, la présence des post-fascistes de Fini et d’une Lega Nord de plus en plus radicalisée au sein du gouvernement italien, sans parler des nombreuses municipalités et régions qu’ils administraient, a été vécue avec une certaine « normalité » en Italie. De même, en 1999, le FPÖ de Jörg Haider a obtenu 26,9 % des voix et est entré dans un gouvernement de coalition avec les conservateurs en Autriche.

Ces derniers temps, nous avons assisté à une accélération de ce phénomène. D’une part, les nouvelles extrêmes droites ont pris le pouvoir dans différents pays : la victoire de Donald Trump aux États-Unis en 2016, la formation de cadres de coalition entre le FPÖ et l’ÖVP à Vienne et la nouvelle Lega lepenisée de Salvini et du Movimento 5 Stelle en Italie en 2017 et 2018, respectivement, ou encore la victoire de Bolsonaro au Brésil en 2018, sans oublier le phénomène du Brexit au Royaume-Uni. D’autre part, l’avancée électorale de ces formations politiques a été généralisée : lors des élections européennes de 2019, l’extrême droite était la première force dans cinq pays (France, Italie, Royaume-Uni, Pologne, Hongrie) et aujourd’hui, à l’exception de l’Irlande et de Malte, elle est représentée dans tous les parlements nationaux du continent, obtenant des pourcentages de voix même supérieurs à 20 %. Ce qui, jusqu’en 2018, était défini comme « l’exception ibérique » a fondu comme neige au soleil : Chega est déjà le troisième parti au Portugal et Vox est récemment entré pour la première fois dans un gouvernement régional, celui de Castille-et-León, en coalition avec le Parti populaire. En bref, nous parlons d’un phénomène répandu dans tout le monde occidental qui existe bien depuis longtemps.

Nouveaux ou anciens membres de l’extrême-droite ?

L’un des principaux débats concernant les nouvelles extrêmes droites est celui de la terminologie, qui est directement lié à la relation avec le fascisme dans l’entre-deux-guerres. Tant dans les publications universitaires que dans les médias, on assiste à une concurrence de définitions différentes et distantes pour parler de Trump, de Salvini, de Le Pen, d’Orbán ou encore d’Abascal : droite radicale, populisme de droite radicale, ultra-droite, extrême droite, populisme national, post-fascisme, néo-fascisme ou même fascisme tout court. Il ne s’agit pas, comme on pourrait le croire, d’un débat anodin : il est essentiel de savoir comment appeler les choses pour les comprendre.

Ma perception est que nous sommes confrontés à deux énormes obstacles – les concepts de fascisme et de populisme – qui nous empêchent de trouver une solution satisfaisante à cette question. Premièrement, les nouvelles extrêmes droites sont différentes du fascisme historique. Comme l’explique Emilio Gentile, le fascisme était un mouvement politique et une idéologie qui présentait une série de caractéristiques que nous ne retrouvons pas dans le trumpisme, la Lega, le Fidesz ou le RN : de l’utilisation de la violence comme outil politique à la volonté d’instaurer un régime totalitaire à parti unique, en passant par le projet d’encadrer les masses dans de grandes organisations ou de se présenter comme une révolution palingénésique visant à transformer radicalement la société et à créer de nouveaux hommes et femmes3. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d’éléments de continuité entre ces expériences et celles d’aujourd’hui : cependant, le fascisme a simplement été autre chose. Aujourd’hui, les groupes néo-fascistes et néo-nazis existent toujours, mais ils sont ultra-minoritaires.

En bref, la nouvelle extrême droite a cessé de faire le salut romain, de se raser la tête et de se tatouer des croix gammées sur les bras : elle porte désormais une chemise, une veste et même une cravate. Elle s’est rendue plus présentable. En outre, elle affirme parler le langage des gens ordinaires, rejeter l’étiquette de fasciste ou d’extrémiste et accepter le cadre démocratique. Il s’agit plutôt d’un aggiornamento, c’est-à-dire d’une mise à jour, de l’idéologie fasciste qui a commencé au moins entre les années 60 et 70 du siècle dernier. L’une des figures clés est sans doute Alain de Benoist qui, avec le groupe français de la Nouvelle Droite, a permis de repenser la culture politique néo-fasciste à partir d’une relecture d’Antonio Gramsci. L’extrême droite a décidé de mettre de côté la lutte pour la conquête du pouvoir politique et de se concentrer sur la guerre de position, au sens gramscien, pour obtenir l’hégémonie culturelle. Voilà donc de quoi elle est faite.

Deuxièmement, le populisme est peu utile pour définir et comprendre les nouvelles extrêmes droites. Au cours des deux dernières décennies, des rivières d’encre ont coulé sur ce concept, qui est devenu une sorte de fourre-tout pour tout ce qui ne correspond pas aux idéologies politiques traditionnelles. Le seul consensus qui a pu être atteint concerne précisément la « nature protéiforme » du populisme et le fait qu’il s’agisse d’un « concept essentiellement controversé » et « politiquement polémique »4. Il y a ceux qui y voient une idéologie, même si elle est mince et peut être juxtaposée à d’autres, comme le nationalisme ou le socialisme, et ceux qui y voient une rhétorique, un style, un langage ou une stratégie politique5. En l’absence d’un corpus doctrinal, je crois que la seconde interprétation est plus juste. Ajoutez à cela le fait que nous vivons dans une phase où le populisme imprègne tout. Si Le Pen, Mélenchon et même Macron sont populistes, à quoi nous sert ce concept ? C’est plutôt la marque de l’époque dans laquelle nous vivons et nous devrions parler, comme l’ont souligné Marc Lazar et Ilvio Diamanti, de « peuplecratie »6. En bref, l’extrême droite utilise les outils rhétoriques et linguistiques du populisme, mais le populisme en lui-même ne nous aide pas à la définir et à la comprendre.

Avec sa définition de la droite radicale, Cas Mudde a réussi à surmonter les deux écueils déjà mentionnés. Cependant, sa proposition est problématique. D’une part, est-il correct d’utiliser le même adjectif – radical – comme s’il existait une sorte de symétrie entre les nouvelles formations d’extrême droite et de gauche telles que Podemos, Syriza ou La France Insoumise ? Personnellement, je pense que c’est une erreur : la gauche radicale, en effet, critique les systèmes libéraux existants, en se concentrant principalement sur le modèle néolibéral et les questions économiques, et appelle à leur réforme, mais ne remet pas en cause les acquis démocratiques et les droits garantis par ces mêmes systèmes. Elle appelle plutôt à un élargissement et à un approfondissement de ces mêmes droits, ainsi qu’à une réduction des inégalités. Comme le souligne Beatriz Acha Ugarte, « peut-on concevoir une démocratie non pluraliste ? Peut-on qualifier de démocratiques – bien que non dans leur « version libérale » – des forces qui, dans leur traitement de « l’autre » (immigré, étranger), méprisent le principe démocratique d’égalité ? » Et elle ajoute : « on ne peut pas rejeter la démocratie libérale sans rejeter aussi, d’une manière ou d’une autre, la démocratie », il faut donc être « prudent quant à [les] considérer comme des formations démocratiques, car elles défendent une idéologie de l’exclusion qui est incompatible même avec [la] version simplement procédurale » de la démocratie7.

Extrême droite 2.0, une macro-catégorie déclinée au pluriel

Sur la base de ces considérations, j’ai proposé la définition, légèrement provocatrice si l’on veut, d’extrême droite 2.0. 

Avec ce concept, je veux souligner non seulement que Trump, Salvini et Le Pen sont un phénomène différent du fascisme historique avec des éléments radicalement nouveaux par rapport au passé, mais aussi que les nouvelles technologies ont joué un rôle crucial dans la montée de ces formations politiques. Je voudrais également souligner l’utilité d’une macro-catégorie dans laquelle nous pouvons inclure toutes ces formations politiques car, au-delà de certaines divergences, il y a plus de choses qu’elles partagent tant en termes de références idéologiques qu’en termes de stratégies politiques et de communication.

[Depuis le tout début de l’invasion de la Russie de l’Ukraine, avec nos cartes, nos analyses et nos perspectives nous avons aidé 2 millions de personnes à comprendre les transformations géopolitiques de cette séquence. Si vous trouvez notre travail utile et vous pensez qu’il mérite d’être soutenu, vous pouvez vous abonner ici.]

Cette définition inclurait les partis politiques membres des groupes Identité et Démocratie (ID) et Conservateurs et Réformistes européens (CRE) au Parlement européen, ainsi que le Fidesz hongrois, récemment exclu du Parti populaire européen (PPE). Elle comprendrait également les mouvements identitaires qui évoluent dans le même sens et les phénomènes sui generis tels que le trumpisme, le bolsonarisme ou le Likoud de Benjamin Netanyahu en Israël. Il s’agit d’une macro-catégorie qui n’inclut cependant pas les partis de la droite traditionnelle – généralement membres du PPE – bien que dans certains cas, comme les Tories britanniques ou le PP en Espagne, on observe un processus plus ou moins marqué de nationalisme d’ultra-droite, c’est-à-dire ce que Roger Eatwell et Matthew Goodwin appellent le « populisme national léger »8. Il en va de même pour les partis ou mouvements politiques tels que Amenecer Dorado, CasaPound Italia ou Hogar Social Madrid, ainsi que pour les organisations et associations telles que Combat 18, Lealtà e Azione ou d’autres groupes qui participent à des réseaux transnationaux tels que Blood & Honour, qui, en raison de leurs liens idéologiques directs avec le fascisme de l’entre-deux-guerres et de leur utilisation de la violence comme outil essentiel de leur stratégie politique, peuvent être définis comme néofascistes ou néonazis. Les gouvernements et les mouvements politiques dirigés par Duterte aux Philippines, Modi en Inde ou Erdoğan en Turquie n’entreraient pas non plus dans cette catégorie, car ils sont le résultat d’expériences issues de cultures et de contextes politiques très différents de ceux de l’Occident : Duterte, Modi et Erdoğan, ainsi que Poutine, répondent davantage à la vague autoritaire mondiale et vont au-delà d’une définition telle que celle d’extrême droite 2.0. Pour ces cas, on pourrait parler d’autoritarisme compétitif, pour reprendre la formule inventée par Steven Levitsky et Lucan Way, c’est-à-dire des régimes qui se fondent sur l’utilisation périodique d’élections formellement libres, mais dont la mise en œuvre est incorrecte9.

Toutes les formations de l’extrême droite 2.0 ont un minimum de dénominateurs communs, c’est-à-dire des références idéologiques communes. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer un nationalisme, un identitarisme ou un nativisme marqués, la récupération de la souveraineté nationale, une critique profonde du multilatéralisme – et, en Europe, un haut degré d’euroscepticisme -, la défense des valeurs conservatrices, la défense de la loi et de l’ordre, l’islamophobie, la condamnation de l’immigration comme « invasion », la critique du multiculturalisme et des sociétés ouvertes, l’anti-intellectualisme et la distanciation formelle par rapport aux expériences passées du fascisme. Il existe également d’autres éléments communs : un tacticisme exacerbé dans le but de fixer l’agenda médiatique, la capacité d’utiliser les nouvelles technologies et les réseaux sociaux pour viraliser leurs messages, profiler les données des citoyens et polariser davantage la société avec les guerres culturelles, et le désir de se présenter comme des transgresseurs et des rebelles contre un système supposé hégémonique de la gauche qui aurait établi une dictature progressiste ou politiquement correcte. Cette dernière caractéristique est particulièrement intéressante et nous la voyons plastiquement représentée dans des figures comme l’influenceur trumpiste Milo Yiannopoulos ou l’économiste paléolibertaire argentin Javier Milei, qui rompent avec l’image classique de ce que nous considérions comme des représentants de l’extrême droite traditionnelle. Les nouveaux extrémistes de droite ne sont pas seulement devenus plus « présentables », mais tentent de s’approprier des bannières progressistes et de gauche – pensons au concept de liberté ou à des phénomènes tels que l’homonationalisme ou l’éco-fascisme – à un moment historique marqué par le confusionnisme idéologique10. En outre, toutes ces formations politiques partagent les mêmes objectifs. En premier lieu, ultra-droitiser le débat public, c’est-à-dire déplacer la fenêtre d’Overton en rendant acceptables des discours et des récits qui ne l’étaient pas il y a encore quelques années. Deuxièmement, arriver au pouvoir afin d’établir une démocratie illibérale selon le modèle d’Orbán. Aujourd’hui, la Hongrie n’est pas une démocratie à part entière, mais un régime hybride qui évolue progressivement vers l’autoritarisme11.

Cependant, il existe également des différences et des divergences entre ces formations politiques, allant du programme économique – il y a ceux qui, comme Vox ou Chega, sont ultra-libéraux et ceux qui, comme Le Pen, défendent le dit Welfare Chauvinism, les valeurs – en Europe du Sud et de l’Est, la position est beaucoup plus ultra-conservatrice que l’extrême droite des Pays-Bas ou de la Scandinavie, un peu plus ouverte sur des questions telles que les droits de la communauté LGTBI et l’avortement – ou la géopolitique où, comme nous l’avons vu ces derniers mois, il existe des partis russophiles et d’autres qui sont atlantistes. Peut-être devrions-nous décliner le concept d’extrême droite 2.0 au pluriel et parler d’extrêmes droites 2.0  : pour paraphraser l’historien Ricardo Chueca, qui a étudié la Phalange pendant le régime franquiste, chaque pays donne vie à l’extrême droite dont il a besoin. Et on peut ajouter que chaque extrême droite est le fruit des cultures politiques existant dans chaque contexte national. D’où leurs particularités, qui ne les empêchent pas d’être considérées comme faisant partie d’une grande famille mondiale, puisqu’il existe également des réseaux transnationaux qui œuvrent au renforcement des liens existants, à l’élaboration d’un programme commun et au financement de ces partis politiques12.

Vers une lutte pour l’hégémonie dans l’espace de l’extrême-droite ?

Aujourd’hui, il est clair que l’extrême droite a atteint le premier objectif : elle s’est normalisée et démarginalisée, elle a au moins partiellement gagné la bataille culturelle et elle ultra-droitise le débat public. C’est déjà une réalité dans tous les pays occidentaux. La question maintenant n’est pas tant de savoir s’ils voudront faire évoluer les pays où ils gouvernent ou gouverneront vers des systèmes démocratiques illibéraux – ils le feront dès qu’ils le pourront, plus ou moins vite, avec plus ou moins de difficultés – mais de savoir si une lutte pour l’hégémonie dans l’espace d’extrême droite a commencé et quelles en seront les conséquences13. Dans différents pays, en effet, nous avons vu comment les principaux partis d’extrême droite ont vu émerger des concurrents dans leur propre espace politique et idéologique. Le cas français est peut-être le plus récent et, bien que Le Pen ait gagné le premier tour contre Zemmour, la guerre n’est peut-être pas terminée. Un phénomène similaire se produit également aux Pays-Bas, où l’hégémonie du Partij voor de Vrijheid de Geert Wilders est contestée par le Forum voor Democratie de Thierry Baudet, et au Danemark, avec l’entrée en scène de Nye Borgerlige de Pernille Vermund et de Stram Kurs de Rasmus Paludan, qui exercent une pression de droite sur le Dansk Folkeparti. Le cas le plus emblématique est toutefois celui de l’Italie, où la Lega de Salvini est engagée dans un match de judo avec la formation Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni depuis quelques années maintenant, les deux partis se disputant l’avantage autour de la barre de 20 %.

Cette question revêt également une dimension européenne et internationale. La guerre en Ukraine a encore mis à mal les fragiles équilibres entre les différents partis de la grande famille de l’extrême droite. Salvini tente depuis des années de lancer une OPA sur les Conservateurs et Réformistes européens que les Polonais du PiS et de Fratelli d’Italia rejettent catégoriquement. Le départ d’Orbán du PPE a mélangé les cartes, et maintenant la Lega et le Fidesz ont annoncé un accord pour créer un nouveau parti européen qui veut cannibaliser le Parti populaire. L’affaire peut se conclure simplement par l’incorporation de Fidesz dans Identité et Démocratie et une tentative de lifting pour suivre l’exemple de Le Pen dans le processus de dédiabolisation vis-à-vis de l’opinion publique, ou elle peut se transformer en un tremblement de terre, conduisant à la création d’un parti d’extrême droite européen unique. Il semble que Kaczyński et Meloni n’y soient pas favorables – leurs relations avec Orbán, également dues à la position pro-Poutine du premier ministre hongrois, se sont considérablement refroidies – mais Vox pourrait se joindre à l’initiative. Les leaders du noyau dur d’Abascal, membre d’ECR, étaient à Budapest pour célébrer la victoire d’Orbán le 3 avril et ont accompagné Le Pen à son quartier général le soir du second tour des élections présidentielles françaises. En bref, le jeu est ouvert et peut réserver des surprises.

Un dernier élément vient s’ajouter à tout cela : les partis traditionnels de droite sont le maillon faible des systèmes politiques en Europe. Ils traversent une crise majeure et ne savent pas comment faire face à l’émergence d’un concurrent à leur droite. Si en Allemagne, la CDU a maintenu un cordon sanitaire contre Alternative für Deutschland, dans d’autres pays, la droite, qui se définit comme démocratique et qui a été l’un des piliers de la construction de l’Union européenne, s’est alliée à l’extrême droite et a adopté une grande partie de son discours. Il faut donc ajouter cet élément à l’équation, qui pourrait avoir des conséquences majeures dans un avenir proche. En un mot, si l’extrême droite parvient à surmonter ses divergences et à s’unifier ou du moins à collaborer, tout en attirant la droite traditionnelle dans son camp, le scénario le plus probable est celui d’une orbanisation des différents pays et même de l’Union européenne. Ne perdons pas de vue qu’il y a trente ans, le Premier ministre hongrois était un libéral et qu’à la fin des années 1980, il a reçu une bourse de la fondation de Georges Soros.

Dépassons donc une bonne fois pour toutes l’étonnement naïf devant les résultats obtenus par les extrêmes droites 2.0 à chaque élection et prenons pour acquis leur processus de normalisation et l’ultra-droitisation du débat public. Il est maintenant temps de se concentrer davantage sur l’étude de ce phénomène, de comprendre ses caractéristiques inédites et les raisons de son essor et, en tant que citoyens attachés aux valeurs démocratiques, de travailler à résoudre la crise à plusieurs niveaux dont souffre la démocratie libérale et pluraliste.

Sources
  1. Cas Mudde, La ultraderecha hoy Barcelona : Paidós, 2021, pp. 35-43.
  2. Piero Ignazi, Il polo escluso. Profilo storico del Movimento sociale italiano Bolonia : Il Mulino, 1998.
  3. Emilio Gentile, Chi è fascista, Roma-Bari : Laterza, 2019.
  4. Paolo Graziano, Neopopulismi. Perché sono destinati a durare, Bolonia : Il Mulino, 2018, p. 13.
  5. Sur ce sujet, voir les différentes interprétations proposées par Cas Mudde et Cristóbal Rovira Kaltwasser, Populismo. Una breve introducción, Madrid : Alianza, 2019 ; Jan-Werner Müller, ¿Qué es el populismo ?, Ciudad de México : Grano de Sal, 2017 ; Ernesto Laclau, La razón populista, Buenos Aires : Fondo de Cultura Económica, 2005 ; Benjamin Moffitt et Sebastian Tormey, “Rethinking Populism : Politics, Mediatisation and Political Style”, Political Studies 62/2 (2014), pp. 381-397.
  6. Ilvo Diamanti et Marc Lazar, Popolocrazia. La metamorfosi delle nostre democrazie, Roma-Bari : Laterza, 2018.
  7. Beatriz Acha Ugarte, Analizar el auge de la ultraderecha, Barcelona : Gedisa, 2021, pp. 43, 44, 58.
  8. Roger Eatwell y Matthew Goodwin, Nacionalpopulismo. Por qué está triunfando y de qué forma es un reto para la democracia, Barcelona : Península, 2019, p. 310.
  9. Voir Steven Levitsky et Lucan A. Way, Competitve Authoritarism. Hybrid Regimes after the Cold War, Cambridge : Cambridge University Press, 2010.
  10. Voir Pablo Stefanoni, ¿La rebeldía se volvió de derecha ?, Buenos Aires : Siglo XXI, 2021 y Philippe Corcuff, La grande confusion. Comment l’extrême-droite gagne la bataille des idées, París : Textuel : 2021.
  11. Voir Stefano Bottoni, Orbán. Un despota in Europa, Roma : Salerno Editrice, 2019.
  12. Sur ces questions voir Steven Forti, Extrema derecha 2.0. Qué es y cómo combatirla, Madrid : Siglo XXI de España, 2021.
  13. Sur ce sujet, voir Steven Levitsky y Daniel Ziblatt, Cómo mueren las democracias, Barcelona : Ariel, 2018.