Capitalismes politiques en guerre

Long format

Est-ce la fin du néolibéralisme  ? Pour certains, le «  pic  » est passé  ; pour d’autres, nous nous installons sur un «  plateau  »  : comment s’y retrouver et comment imaginer l’après  ?

Dans ce nouvel épisode de notre série «  capitalismes politiques en guerre  », un économiste, un historien et une politiste proposent d’ouvrir des brèches.

L’Europe a-t-elle raté la révolution de l’intelligence artificielle  ? Dans un entretien important, Fabrizio del Maffeo fait le point sur les transformations du marché en insistant sur les faiblesses des Européens, tant du point de vue des structures d’investissement que des choix stratégiques qui ont été pris.

L’ouverture économique a-t-elle définitivement vécu  ? Pour l’Union, il est pourtant encore difficile de penser sa sécurité économique — au risque de mettre en péril sa prospérité future. Alors que la Commission européenne doit dévoiler sa stratégie de sécurité économique le 20 juin, l’Europe a l’opportunité de mettre à jour son logiciel à l’âge de la guerre des capitalismes politiques.

Hier comme aujourd’hui, la clef du capitalisme politique européen est en Allemagne. La situation actuelle présente de nombreuses similitudes avec les réponses communautaires aux deux crises transatlantiques qui ont secoué l’Europe dans les années 1970 — sur l’énergie et la monnaie. Une perspective historique sur la réponse européenne à l’Inflation Reduction Act.

Comment arrimer les Suds à un projet mondial conçu au nord de l’Atlantique  ? Dans la guerre des capitalismes politiques, les États-Unis n’ont pas encore trouvé leur doctrine pour répondre au non-alignement.

En expliquant pourquoi hégémonie ne veut pas dire domination, Tim Sahay et Kate Mackenzie pointent certains impensés de la doctrine Sullivan pour un pacte vert global depuis Washington.

Au mitan des années 1980, une peur panique envahit les élites américaines  : le Japon est-il sur le point de ravir aux États-Unis la place de première puissance économique et technologique  ? Les parallèles avec la rivalité sino-américaine aujourd’hui sont nombreux. Notre série Capitalismes politiques en guerre revient, le temps d’un diptyque, sur l’histoire de cet épisode trop peu connu en Europe.

Les sanctions fragmentent, les rivalités géopolitiques divisent et recomposent. Pourtant, la démondialisation n’apparaît ni dans les chiffres, ni dans les institutions.

En Europe, une tentation se fait jour  : le découplage, qui présente des risques majeurs. Prise en étau entre le conflit et l’inaction, l’Union va devoir apprendre à se frayer un chemin à la hauteur de ses ambitions — au-delà de toute perspective de stabilité.

De la guerre des capitalismes politiques que se livrent la Chine et les États-Unis, il est peu probable qu’émerge un nouveau Bretton Woods. Dans une vaste enquête historique, Martin Daunton montre comment, depuis près d’un siècle, la monnaie, le commerce et le développement restent pourtant nos principales coordonnées dans la recherche d’un ordre global.

Au bon endroit, au bon moment. Au cœur de la petite ville néerlandaise de Veldhoven se trouve l’entreprise la plus importante dont vous n’avez jamais entendu parler. Dans cette enquête, Alessandro Aresu raconte l’histoire du succès le plus méconnu d’Europe, celui de l’entreprise ASML, chaînon vital dans la fabrication des semi-conducteurs — et front très concret de la rivalité sino-américaine.