Joshua Slawski


La Commission a publié le 1er avril dernier les émissions de gaz à effet de serre vérifiées pour 2018 au sein de l’Union. Le rapport indique l’entrée de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair au sein du club des 10 plus gros pollueurs. Un signal faible qui interroge sur l’efficacité des politiques carbone à destination du secteur aérien, qui représente 3% des émissions totales de l’Union.

Le 30 novembre 2016, la Commission européenne a présenté le Clean Energy for All Europeans package, un ensemble de textes ayant pour objectif de consolider le projet d’Union de l’Energie et d’aligner les engagements climatiques de l’UE avec ceux pris au sein de l’Accord de Paris. Si sur les huit textes quatre ont déjà été adoptés par le Parlement et le Conseil de l’Union, les dispositions proposées portant sur le marché européen intégré de l’électricité font face à l’opposition du gouvernement polonais.

Le vice-ministre russe à l’énergie a déclaré le 17 octobre vouloir relancer le dialogue énergétique avec l’Union. La tentative de créer un partenariat stratégique sur l’énergie a été lancée en 2000 et arrêtée en 2014, à la suite de la crise en Crimée. Depuis, les tentatives de l’Union pour se défaire de sa dépendance à l’énergie russe sont interrogées pour leur rationalité économique et ont soulevé des dissensions internes, notamment entre l’Allemagne et le groupe de Visegrad.