Amériques

Long format

Guillotine 2020 Paul Chopelin 2020 année de la guillotine

Le hashtag #guillotine2020 apparu pendant le confinement a mis en évidence une tendance à l’œuvre depuis plusieurs mois en Europe et aux États-Unis, la guillotine fait son grand retour dans les représentations comme symbole de revendication. Pour Paul Chopelin, qui recense et analyse ce phénomène, il s’agit de choquer mais aussi de montrer son extrême défiance vis-à-vis d’un pouvoir jugé aveugle aux réalités du terrain. En 2020, la guillotine est un autre symptôme de la crise des démocraties libérales.

Une nouvelle étape a été franchie cette semaine dans le conflit qui oppose Trump à certaines grandes plateformes de réseaux sociaux, lorsque Snapchat a annoncé que l’application cesserait de promouvoir le contenu du président américain sur le fil d’information du réseau suite aux propos qu’il a tenu la semaine dernière sur Twitter.

Deux éditoriaux devraient inquiéter le président Donald Trump. D’une part, James Mattis, ancien secrétaire à la défense, à la carrière multi-décorée. De l’autre, John Allen, président de Brookings, légende de la marine. Ils ont eu des différends dans le passé, mais aujourd’hui ils se retrouvent ensemble pour condamner la Maison Blanche. Un commentaire de Federica Saini Fasanotti, Senior Nonresident Fellow de la Brookings Institution.

Si l’Amérique de Donald Trump peut sembler prendre à la légère sur son territoire la pandémie de la Covid-19, elle ne reste pas insensible à l’opportunité de reprendre l’initiative en Afrique tandis que ses alliés et adversaires semblent soit englués, soit incertains de leurs responsabilités.Tour de l’horizon du nouveau protagonisme de Washington dans le continent.