Comptes-rendus


À l’occasion de la parution du dernier volume de sa trilogie Le Musée, une histoire mondiale (Gallimard), nous avons rencontré l’historien et philosophe franco-polonais Krzysztof Pomian. Dans cet entretien encyclopédique, il revient sur la géopolitique et l’histoire de ce lieu singulier inventé par les Européens pour conserver et exposer des œuvres, et dont la forme a ensuite largement voyagé et évolué  : le musée.

Au cours des dernières décennies la gauche a vu son image se modifier, bien loin de la révolte, de la désobéissance et de la transgression qu’elle était censée incarner historiquement. Le terrain perdu sur la canalisation de l’indignation sociale a été conquis par une certaine droite, qui se révèle de plus en plus efficace dans la remise en cause du «  système  ». Nous avons affaire à des nouvelles droites qui disputent désormais à la gauche la capacité de s’indigner face à la réalité et de proposer des moyens de la transformer. Nous publions les bonnes feuilles du dernier livre de Pablo Stefanoni.

La tour Melbourne devait à l’origine faire partie du plan des Olympiades, mais n’a finalement «  jamais vu le jour  ». C’était sans compter l’imagination de Doan Bui qui érige en roman ce brillant système archi-textuel. Derrière les 296 fenêtres de la fictive tour et ses 37 étages, combien de vies  ? Au-delà de cette formidable galerie de personnages en quête d’identité, le roman illustre de façon prototypique ce que Gérard Genette nomme «  transtextualité  », c’est-à-dire tout ce qui met le texte «  en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes  ». 

Comment aborder la dialectique entre l’Afrique et le monde  ? Les auteurs du collectif L’Afrique et le monde  : histoires renouées, dirigé par François-Xavier Fauvelle et Anne Lafont, expliquent comment étudier, analyser, comprendre les connexions millénaires, plurielles et inégales du continent africain avec les autres régions du monde.

«  Être heureux c’est se connaître sans en avoir peur  ». Roman intimiste de l’écrivain Polonais Daniel Odija, Pusty przelot (Le vol à vide), nous plonge dans la relation entre deux frères qui vivent une enfance chaotique. Comme le survol d’un destin familial, vol au-dessus du «  nid  » où seuls restent les oisillons.

Pour comprendre ce qui sépare Russes et Ukrainiens aujourd’hui, il faut se plonger au cœur des sociétés. Dans son nouvel ouvrage Jamais frères  ?, qui paraît demain aux éditions du Seuil, c’est ce à quoi s’emploie Anna Colin Lebedev. Nous reproduisons ici l’un de ses chapitres clefs  : « Maïdan  : aux sources de l’incompréhension ».

Le dernier roman de Pierre Ducrozet oscille autour d’une «  idée fixe  »  : la musique. C’est autour d’elle que Paul Maleval compose son existence. Au-delà de la fresque familiale, une histoire sensible de la musique au XXe siècle se dessine dans ce roman, tentant d’exprimer qu’elle est à elle seule une manière de traverser notre existence.

Dans une village du Nord-Est de l’Italie, situé entre deux vallées, Ginevra Lamberti nous livre le récit d’une famille italienne qui traverse les années soixante-dix. Tandis que la génération des aînés fait face aux angoisses de la modernité, la nouvelle génération manifeste son désir d’explorer ce qu’il y a au-delà de la vallée. Dans cette histoire de famille originale, Ginevra Lamberti explore chaque personnage avec la même bienveillance en mettant en lumière les blessures de l’histoire italienne du XXe siècle.

Au milieu du massif des Vosges, Sophie et Grieg vivent ensemble dans une maison isolée avec leur chienne Yes. Ce roman à la frontière du conte interroge de façon à la fois pudique et poignante le vieillissement amoureux et celui du désastre environnemental, figuré ici par la disparition des espèces. Un livre qui pose avec finesse et poésie de grands problèmes propres à la situation contemporaine de l’humain dans le monde et dans la nature.