Comptes-rendus


La discrète parution cet automne de l’ouvrage de Xiaohong Xiao-Planes renouvelle l’histoire sociale et populaire globale de la Chine depuis 1949. Abordant les résistances et les luttes de pouvoir qui agitent les premiers temps de la République populaire à partir d’acteurs jusque-là peu étudiés (industriels, commerçants, cadres du Parti de second plan), la sinologue signe l’un des rares ouvrages en langue française sur le sujet et apporte un éclairage remarquable sur la gouvernance contemporaine de la Chine de Xi.

«  Homme plume  », libéral sans attaches et voyageur labile, Mario Vargas Lllosa n’a jamais cessé de promener sa plume. Au moment où paraît son dernier roman, Le dedico mi silencio, Albert Bensoussan, traducteur de son œuvre depuis 1974, dessine le portrait de l’un des plus grands romanciers de notre temps.

Après sa très marquante biographie de Charles de Gaulle, Julian Jackson est revenu avec nous sur son nouveau livre. France on Trial traite du procès du maréchal Pétain. Alors que la traduction française paraîtra au Seuil en janvier 2024, cette conversation a été l’occasion de revenir sur l’histoire longue de l’extrême droite en France, et les ombres portées laissées par le gouvernement de Vichy.

Depuis quelques années, les romans de Patrick Modiano se font de plus en plus courts. La Danseuse ne fait pas exception. La danse, comme discipline, permet de saisir les raisons de cet effacement progressif.

«  Comment se libère-t-on d’un mensonge  ?  » Meeresbrise, dernier roman de l’écrivaine autrichienne Carolina Schutti, est l’histoire enchanteresse d’un désenchantement. Une jeune narratrice s’éveille peu à peu de la fiction à la fois merveilleuse et malheureuse dans laquelle elle a grandi et fait l’épreuve de son «  entrée dans le monde  ».

«  Je suis celle qui raconte cette histoire. Elle ressemble à un gant retourné. Quelqu’un a dû l’enlever dans la précipitation, peut-être en fuite. Il gît sur la neige, à l’envers.  » Troisième volet d’un cycle de romans sur la guerre, la fuite et les déplacements forcés, Die Verwandelten (Les Métamorphosées) de l’écrivaine allemande Ulrike Draesner fait entendre des voix de femmes captivantes à travers trois générations, toutes liées les unes aux autres par les violences du 20e siècle.

Cet entretien s’inscrit dans le cadre d’une série de publications sur les relations franco-allemandes   : une discussion avec Michaela Wiegel, un article sur la crise entre les deux pays d’Andre Loesekrug-Pietri, et une analyse du discours de Robert Habeck, «   Nous ne sommes d’accord sur rien   ». Ce livre a des dimensions surprenantes (presque 1000 pages) et il alterne les registres. Face à quel objet sommes-nous   ? Ce livre n’est pas un essai. Il s’agit d’un récit, à travers mon expérience personnelle, de nos relations avec l’Allemagne, depuis cinquante ans. Une chronique factuelle, mais un témoignage nécessairement subjectif. J’assume cette subjectivité. Aucune idéologie ne […]

De Charles Quint à Kim Jong-un en passant par Louis XIV — pourquoi ceux qui gouvernent ont-ils besoin de se voir  ?

Sur la période qui s’étend de 1494 à 1788, Jean-Marie Le Gall a recensé plus de 3 340 rencontres au sommet. Dans un ouvrage co-écrit avec Claude Michaud, il déploie une vaste enquête quantitative et qualitative sur la structuration d’une République princière européenne. Battant en brèche les soubresauts juridico-diplomatiques d’un ordre plat entre souverains issu du mythe westphalien, il invite à entrer dans une réalité complexe au prisme de la confiance.

Dans son premier roman, Pour Séka, la jeune autrice d’origine bosniaque Mina Hava livre un grand récit sur la guerre de Bosnie, la vie de travailleurs immigrés yougoslaves en Suisse et le désir d’inscrire son propre destin dans la grande Histoire pour y trouver un sens et sa place.