Fin juillet, une fois qu’il était clair que le Premier ministre Pedro Sánchez n’était pas parvenu à un accord avec Pablo Iglesias (Unidas Podemos) pour former un gouvernement, on soulignait que le contexte politique volatil de l’Espagne devenait de plus en plus ingouvernable, créant les conditions pour un mécontentement social général qui pourrait très bien, dans un avenir proche, susciter ce que que le sociologue français Michalis Lianos a appelé un moment de “politique expérientielle”. En d’autres termes, une fois qu’une crise de la représentation se transforme en crise de l’autorité, les loyautés fondamentales qui lient le contrat social deviennent disjointes et de plus en plus fragmentées.

Les cycles électoraux récurrents de la politique espagnole contemporaine semblent se diriger vers ce scénario, quel que soit le résultat des élections d’aujourd’hui, bien que le parti politique de Sánchez (PSOE) domine largement les autres forces dans les sondages. Les échecs récurrents dans la formation du gouvernement doivent être considérés comme le symptôme d’une crise d’autorité beaucoup plus importante de l’État espagnol, qui ne se limite pas seulement au conflit territorial avec la Catalogne, mais aussi à ce que j’ai appelé un processus continu d’abdication des élites politiques, qui sont plus soucieuses de la technification du processus électoral que de la modification de leur position afin de surmonter le moment d’ingouvernabilité. L’abdication des élites politiques semble être un symptôme d’une tendance plus large dans les démocraties occidentales. Je suis d’accord avec le philosophe politique italien Mario Tronti, qui affirme qu’aujourd’hui, contre toute tentation autoritaire populiste, nous devons être capables de construire des habitudes et des styles pour une nouvelle fonction des élites politiques.

Lundi dernier, le débat télévisé avec les cinq candidats à la télévision nationale a montré clairement qu’un terrain d’entente pour renouveler les bases et les principes du contrat social a été rejeté par toute la classe politique. C’est pourquoi l’axe principal de la controverse politique cesse d’être un programme politique bien articulé et lisible, afin d’élaborer un récit sur les responsables de l’impasse actuelle qui a permis une nouvelle élection. Au cours du débat, aucun des candidats n’a même tenté de refondre une position plus souple afin d’établir la base d’un consensus. Cette élaboration rétroactive de récits politiques témoigne de l’incapacité des principaux partis à trouver un terrain d’entente, tout en persistant à s’en tenir à un scénario où le gagnant emporte tout, qui n’est ni réaliste ni pragmatique compte tenu de l’expansion actuelle des partis politiques espagnols. S’il est vrai que Pedro Sánchez était considéré comme le seul homme politique capable d’offrir un large mandat national sous sa direction, rien n’est sûr quant à la façon dont il s’y prendra lorsqu’il ne parviendra pas à nouveau à obtenir une majorité lors des élections de novembre. Les idéaux doivent s’accompagner d’engagements pratiques. Dans ce qui suit, je voudrais souligner six variables qui auront un impact direct sur les prochaines élections de dimanche et qui pourraient nous aider à faire la lumière sur ce moment unique et déterminant du paysage politique espagnol pour les années à venir.

1. De la crise de la représentation à la crise de l’autorité

Dans le sillage des indignados espagnols du mouvement du 15M et de ses suites avec la montée du parti populiste de gauche Podemos, il était courant dans la sphère publique espagnole de faire référence au “régime agonisant de 1978” (année où la constitution a été élaborée par une construction d’élite, ouvrant la voie à la sortie de la dictature de Francisco Franco) comme cela s’exprime le mieux dans la crise de représentation du système bipartisan (PP-PSOE). Près d’une décennie plus tard, nous ne pouvons pas dire que la crise a été perpétuée, puisque le PP et le PSOE contrôlent toujours le centre du conseil politique, tandis que Podemos a connu un déclin important de son électorat. La marée haute des mobilisations de 2011 a également été neutralisée, car elle tend à se produire dans toute dynamique entre un parti-mouvement tel que Podemos, dont les “cercles” (les bases territoriales) sont désormais relativement homogènes, sans la dynamique transversale de son moment original.

Au contraire, alors que la représentation a été réabsorbée par les forces bipartites classiques, l’extension de l’arc politique (de Ciudadanos, de centre-droit, à Vox, d’extrême-droite, et les mutations du CiU, de centre-droit pro-indépendantiste, maintenant Junts per Catalunya) a provoqué une crise de l’autorité, mieux exprimée par une profonde suspension de ce que le sociologue Albert Hischman a un temps appelé le principe de loyauté. Au cours des derniers mois, nous avons vu des formes viscérales de déloyauté dans la rhétorique politique espagnole, ce qui est un facteur clé expliquant pourquoi une coalition autour du centre-gauche ou du centre-droit a été rendue irréalisable. Pour donner un exemple : Albert Rivera, de Ciudadanos, n’a pas eu une seule réunion avec Sánchez pendant les mois de négociation du gouvernement en supposant que Sánchez était un “collaborateur totalement indépendantiste”. En même temps, Sánchez qui, lors des élections d’avril dernier, était rhétoriquement proche du programme social-démocrate d’Unidas Podemos, a fait tout son possible pour faire obstacle à une négociation avec le parti de gauche, allant jusqu’à demander un veto sur Pablo Iglesias, le vice-président potentiel de la coalition progressiste. De même, les partis de droite tels que le Partido Popular (PP) et Vox ont élevé leurs accents déloyaux en qualifiant Sánchez de dirigeant politique illégitime et en suggérant une suspension immédiate de l’autonomie régionale de la Catalogne par l’application de l’article 155 de la Constitution espagnole. Ainsi, la crise de l’autorité a poussé toutes les forces politiques à adopter une position hégémonique pour faire face à ce qu’elles perçoivent toutes comme une crise potentielle de risque politique promue par leurs rivaux politiques.

2. La bataille pour les récits

La récurrence incessante des élections en Espagne a créé les conditions endogènes par lesquelles la construction du récit sur le moment politique devient plus importante que les programmes réels avec des offres lisibles. L’élaboration de récits est peut-être le sous-produit le plus dangereux d’une procédure hautement technicisée de conduite politique, puisque ce qui devient important aujourd’hui, c’est la manière dont un discours n’a plus besoin d’une différence substantielle au niveau du contenu. La bataille des récits a été très efficace à la fois à droite et à gauche pour faire face à la montée du mouvement indépendantiste catalan. Cela signifie que le fait de s’exprimer sur la querelle au sujet du nationalisme tend à subordonner toute réforme constitutionnelle et politique au traitement efficace d’un problème qui met en échec la légitimité territoriale espagnole.

De plus, le modèle narratif de la persuasion est global et absorbant, ce qui signifie qu’une fois qu’il est imposé comme le terrain de jeu du débat politique, le seul moyen pour un candidat de s’engager dans le débat est d’accepter les contraintes du cadre. Le cas d’Unidas Podemos et du nouveau parti politique d’Íñigo Errejón, Más País, montre à quel point le discours sur la Catalogne rapporte plus de dividendes au centre-droit qu’à la gauche, comme l’a soutenu le politologue Pablo Simon. Inutile de dire que ce qui est aussi un problème de narrativisation des cadres politiques est ce qui finit par exclure. Dans le cas actuel de l’Espagne, les besoins des gens ordinaires, la conversation sur l’intégration européenne, le changement climatique ou le maintien du contrat social et de l’État providence sont toujours en marge d’un bavardage général vide qui tourne autour des intrigues de négociations gouvernementales manquées.

3. La question catalane et le double pouvoir

Depuis la crise économique de 2008, le mouvement indépendantiste catalan est devenu la force politique hégémonique de la politique catalane. Après le référendum illégitime d’octobre 2017, le mouvement indépendantiste catalan a contribué à propulser l’ascension du parti d’extrême droite nationaliste espagnol Vox sur la scène nationale, qui occupe désormais la troisième place selon les récents sondages. Après l’annonce par la Cour suprême espagnole de peines de prison allant de 9 à 13 ans pour une poignée de dirigeants politiques impliqués dans le référendum catalan, dont le vice-président Oriol Junqueras, les révoltes se sont intensifiées ces dernières semaines à Barcelone. Paradoxalement, le gouvernement de Catalogne a fomenté les émeutes, tout en ordonnant à la police régionale (Mossos) de prendre le contrôle total des rues. On pourrait dire que le gouvernement de Catalogne souffre d’un schisme interne dans sa gouvernabilité ; une situation que l’éminent sociologue Rene Zavaleta Mercado appelait autrefois une dynamique de “double pouvoir”, dans laquelle l’unité de commandement d’en haut est divisée au cœur. Cette dialectique est constamment instrumentalisée par l’ancien président en exil Carles Puigdemont, qui incite de l’intérieur à une résistance totale contre l’État espagnol, et qui orchestre également une campagne “droits-de-l’hommiste” pour la communauté internationale contre l’État espagnol.

Dans les prochains mois, nous verrons quelle est l’efficacité de la diplomatie européenne de Josep Borrell pour désactiver la propagande internationaliste des partisans de la ligne dure du mouvement indépendantiste catalan. L’entrée en lice du parti d’extrême-gauche indépendantiste CUP aux élections nationales introduira un nouveau parti nationaliste au Parlement, ce qui exercera une pression sur les manœuvres de négociation complexes de Sánchez à l’issue des élections. Le conflit avec la Catalogne, il va sans dire, survivra au prochain cours imprévisible des mois à venir. 

4. La montée de Vox

Il y a un an, tout le monde a été surpris de voir comment le parti d’extrême droite Vox avait réalisé d’énormes gains électoraux dans la région andalouse, un bastion historique du Parti socialiste (PSOE). Depuis lors, le parti dirigé par Santiago Abascal a réussi à maintenir son élan grâce à la prudence politique, à une position anti-régionaliste forte et à la capacité de conclure des accords avec le PP au niveau régional, surtout à Madrid. Dans la plupart des sondages, Vox est déjà la troisième force politique majeure sur la scène nationale et pourrait très certainement avoir des résultats positifs lors des prochaines élections.

Les causes de sa brusque montée en puissance sont doubles : d’une part, Vox a capitalisé sur les tensions persistantes avec le mouvement indépendantiste catalan et, d’autre part, il a effectivement occupé le rôle de véritable outsider dans le statu quo politique. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour le Parti Populaire ou Ciudadanos, qui se sont beaucoup éloignés de Vox ces derniers mois. Dans le débat de lundi soir, l’apparition d’Abascal a laissé une forte impression aux téléspectateurs, puisqu’il est apparu comme le seul homme politique qui pouvait contester la clôture de la bataille pour le récit. Cela repose sur le fait que le récit hégémonique de Vox a la force de vouloir restaurer l’imaginaire impérial franquiste entremêlé d’un nationalisme euro-sceptique. En effet, ces derniers mois, Abascal a eu des rencontres personnelles avec Matteo Salvini. Comme l’a écrit Enric Juliana après le dernier débat, l’homme fort de Vox a enfin réussi à introduire un parfum de salvinisme dans la politique espagnole. 

5. La métamorphose de Pablo Casado

La transformation de Pablo Casado, du PP, ne doit pas être sous-estimée. De retour à la convention du parti de 2018, après l’éviction de Mariano Rajoy, l’ascension de Casado à la plus haute fonction du parti s’est caractérisée par un durcissement de la rhétorique du parti à droite, radicalisant ce qui a été pris comme la position passive et anti-charismatique de la direction de Mariano Rajoy. Casado a appelé à l’application de l’état d’exception en Catalogne, et au cours de ses premiers mois à la tête du PP, il est allé jusqu’à qualifier Sánchez de Premier ministre illégitime. Cependant, ces derniers mois, Casado a modéré sa rhétorique incendiaire en adoptant une position centriste, faisant allusion à une éventuelle négociation avec Sánchez. Bien qu’un gouvernement conjoint du PP et du PSOE semble hautement improbable, le changement charismatique radical de Casado transmet un message à la fois très opportuniste, mais aussi symptomatique d’une direction politique attentive aux nuances d’un paysage politique en évolution. Même si Casado n’a pas affronté Abascal lors du débat de lundi, on pourrait facilement dire qu’il gravite maintenant plus vers le centre que vers l’espace d’extrême droite administré par Vox. Cette manœuvre pourrait bien être déterminante à la suite des élections du 10N. 

6. Le centrisme intégral en Espagne

Après des années de fragmentation politique continue, on a l’impression que le centre est devenu l’espace le plus controversé de la politique nationale espagnole. C’est même le cas de l’ancien fondateur du Podemos, Íñigo Errejón, dont le parti nouvellement fondé Más País est plus proche de la démocratie sociale libérale que la gauche traditionnelle du Podemos. En tant que parti, Más País soutient ce que ses partisans ont appelé un “patriotisme progressiste”, qui se nourrit des traditions non respectées du plurinationalisme et du fédéralisme espagnol, ainsi que du Green New Deal d’Ocasio-Cortez comme nouveau paradigme pour créer les fondements d’un nouveau contrat social capable de modifier les écarts entre les territoires et entre générations.

Bien que Más País ait été accusé de fragmenter l’espace du centre-gauche, son émergence pourrait finalement pousser Sánchez à s’engager à former une coalition et à mettre un terme au blocage. Ironiquement, la position de Más País en Catalogne répète les ambiguïtés de Podemos (Errejón a choisi un candidat de la faction de gauche du mouvement indépendantiste), qui pourraient finir par bouleverser la cohérence d’un programme qui soutient l’idéal du patriotisme progressiste espagnol. Entre autres choses, le 10N sera déterminant pour l’avenir politique d’Errejón et de la gauche alternative, car le centre gravite, une fois de plus, vers la restauration et l’équilibre comme compensation à la crise profonde de l’autorité et des loyautés régionales. On dit souvent que le moment le plus important d’une transformation politique n’a pas lieu en octobre (le jour de la prise du pouvoir), mais plutôt en novembre, qui marque le jour où la démobilisation commence et où les institutions prennent la scène principale. Ce mois de novembre dans la politique espagnole aura une teinte similaire dans un contexte de polarisation extrême et de fragmentation du système politique.