Asie septentrionale

Long format

Les 23 et 24 octobre, a eu lieu le sommet Russie-Afrique, rendez-vous fondamental pour la diplomatie moscovite, qui voit depuis des années le continent noir comme un potentiel scénario d’expansion. Outre les limites claires d’un pays qui a toujours eu du mal à ignorer le continent, il y a la ferme volonté de définir des scénarios distincts au niveau de la coopération et de l’énergie, les deux fondations sur lesquelles Poutine veut agir. Quelles sont les perspectives pour la «  PoutineAfrique  »  ?

Le centre Levada a publié un sondage sur l’opinion publique des citoyens russes vis-à-vis des différents pays et parties du monde. Les résultats indiquent que les relations entre l’Union et la Russie sont entrées dans une nouvelle phase. Le pourcentage de «  bonnes opinions  » à l’égard de l’Union est revenu à un niveau similaire à celui de janvier 2014, soit avant l’annexion de la Crimée et la guerre dans le Donbass. Toutefois, les résultats traduisent l’émergence d’une nouvelle identité russe, distincte de l’Europe. Des signaux à prendre en compte pour les dirigeants européens.

Des élections locales et régionales ont lieu aujourd’hui, dimanche 8 septembre, en Russie. La campagne qui a précédé le vote a entraîné une recomposition significative des équilibres de pouvoir pour le futur de la Russie. La pérennité du régime dirigé par Vladimir Poutine repose dorénavant sur un usage toujours plus important de la force.

Le gouvernement français a exprimé sa profonde préoccupation après que plus de 1000 citoyens russes ont été arrêtés pour avoir manifesté dans les rues de Moscou le 27 juillet. En réponse, le Ministère des Affaires étrangères russe a pointé du doigt les violences policières ayant eu lieu lors du mouvement des gilets jaunes. Le débat chez les utilisateurs de réseaux sociaux en France s’est alors tourné vers la possibilité de comparer la France à la Russie.

Après l’élection présidentielle du 21 avril dernier qui a installé l’ancien comedien Volodymyr Zelensky à la tête du pays, les Ukrainiens se rendront de nouveau aux urnes dimanche pour élire leur parlement. Un vote déclenché par le nouveau président, qui a décidé le jour de son investiture d’annoncer la tenue d’élections anticipées pour continuer son oeuvre de renouvellement du panorama politique ukrainien.

La journée romaine de Poutine a été riche en rencontres, mais sans progrès réels, au-delà des déclarations de façade. D’une part, l’Italie ne peut pas se permettre une trop grande autonomie par rapport aux engagements pris avec l’Union et l’OTAN  ; d’autre part, la Russie ne semble pas encore disposée à modifier sa stratégie libyenne, condition nécessaire pour la relance de la triangulation avec Rome sur ce front. Paradoxalement, le dialogue semble pour l’instant plus fructueux avec le Vatican qu’avec l’allié temporairement «  souverainiste  ».

La délégation russe vient d’être réintégrée à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, avec le vote favorable de nombreux pays occidentaux du continent (ainsi que d’autres plus proches de Moscou, comme la Serbie et la Turquie). L’opposition traditionnelle entre les « philo » et « anti » russes s’est cette fois-ci croisée avec d’autres évaluations d’opportunité, telles que celles liées à la possibilité, pour les citoyens russes, de continuer à recourir à des organisations telles que la CEDH. Mais en règle générale, les priorités géopolitiques nationales ont prévalu sur les convergences idéologiques.

Les parlementaires des États membres du Conseil de l’Europe ont voté lundi 24 juin soir pour mettre fin aux sanctions, décidées après l’annexion de la Crimée, visant la Russie, avec le vote décisif des pays de l’Europe de l’Ouest. La Russie était menacée d’expulsion puisqu’elle refusait de contribuer financièrement au budget de l’institution afin de s’opposer à la suspension de certains de ses droits. Se dirige-t-on vers un rapprochement entre les pays d’Europe de l’Ouest et la Russie aux dépens de l’Ukraine  ?