Études


Pour avoir la majorité absolue, le RN doit neutraliser le Front Républicain.

Selon les projections de la revue BLUE du Groupe d’études géopolitiques à partir des matrices de transition des législatives de 2022, l’extrême droite pourrait avoir une majorité absolue au deuxième tour en l’absence de désistement.

Alors que les tractations continuent jusqu’à mardi, 18h (date limite pour les déclarations de désistement), nous étudions trois scénarios.

La majorité des électeurs RN se déclare ouvertement «  plutôt  » ou «  au moins un peu  » racistes — et considèrent que les musulmans français «  ne sont pas des Français comme les autres  ».

Qui sont et que pensent vraiment les électeurs du parti de Marine Le Pen et Jordan Bardella  ?

10 graphiques et 6 points clefs.

Demain, la Hongrie, plus vieille démocratie «  illibérale  » de l’Union, prendra la présidence tournante du Conseil pour six mois.

Son slogan  : MEGA — Make Europe Great Again.

Comment en est-on arrivé là  ?

Matthieu Boisdron signe l’enquête au long cours indispensable pour comprendre le phénomène Orbán et son monde.

Marine Le Pen a déclaré hier  : «  chef des armées, pour le président, c’est un titre honorifique  ».

En pratique, l’arme atomique est constitutive du régime et conditionne la légitimité du chef de la «  monarchie nucléaire  » qu’est la Ve République. En droit, les choses sont un peu plus complexes que cela. Existe-t-il vraiment un scénario où Jordan Bardella ou un autre futur Premier ministre appuyé par le RN pourrait avoir accès au «  bouton rouge  »  ? Mise au point.

Pour saisir Jordan Bardella, nous n’utilisons pas le bon point de comparaison italien. Plutôt que Meloni, il faut regarder du côté de Di Maio.

Synthèse chimiquement pure de l’ère technopopuliste, la trajectoire politique de l’ancien ténor du Mouvement 5 étoiles — aujourd’hui placé au cœur du dispositif technique de l’Union européenne — a peut-être quelque chose à nous apprendre sur la séquence qui s’ouvre en France.

Selon notre décompte exclusif et contrairement aux indications du ministère de l’Intérieur, Eric Ciotti, président des Républicains pour encore quelques jours, alignerait sous sa bannière LR-RN pas moins de 69 candidats. Qui sont-ils  ? Où se présentent-ils  ? Ont-ils de réelles chances  ? Quel poids pèseront-ils dans la balance  ?

Nous proposons la première enquête prosopographique granulaire des «  amis de Ciotti  ».

André Ventura, leader de Chega, qui pensait rafler la mise aux Européennes, a reçu un coup de semonce  : s’il se hisse à la troisième place, il ne devance que d’un cheveu le parti Iniciativa Liberal — que personne n’attendait si haut. L’extrême droite portugaise, en pleine ascension, pourrait-elle se faire doubler par une nouvelle initiative venue de la droite libérale  ? S’il est trop tôt pour le dire, une chose semble certaine  : le Portugal demeure, en l’état des forces, politiquement bloqué.

Face au déplacement vers la droite du barycentre politique européen, les partis verts ont perdu en influence lors des élections des 6-9 juin. Pourtant, le baromètre exclusif réalisé par Veolia et Elabe révèle qu’il existe en Europe un consensus sur les constats comme sur les solutions pour progresser vers un avenir post-carbone. Mais un point de blocage ressort nettement des données  : l’absence d’imaginaire pour convertir cet impératif en politique.